Passer au contenu principal

Comprendre l’endettement pour atteindre vos objectifs opérationnels

  • 5 min de lecture

On entend rarement la question : « Suis‑je suffisamment endetté? » Généralement, on se fait plutôt mettre en garde contre un emprunt excessif et l’incapacité de le rembourser. Toutefois, si votre entreprise est en phase d’expansion, de diversification ou de transition, l’endettement est un outil qui peut vous aider à atteindre vos objectifs. Il est important de bien comprendre l’endettement afin de l’utiliser à bon escient.

Pour déterminer le niveau d’endettement que vous devriez contracter, il vous faut d’abord comprendre vos objectifs à court et à long terme ainsi que votre situation financière. C’est là que s’établit le lien entre votre plan d’affaires et votre budget de trésorerie.

Associez vos objectifs à vos besoins financiers

Il est judicieux de vous demander quel est votre objectif à long terme de votre entreprise. Si vous envisagez de prendre de l’expansion à un rythme viable afin de positionner votre entreprise pour qu’elle attise l’intérêt des acheteurs, votre attitude envers l’endettement est peut‑être un peu plus prudente, et vous devrez alors modérer vos objectifs de planification.

Si vous envisagez de prendre beaucoup d’expansion pour faire connaître votre marque ou pour élargir vos marchés, vous devrez vous assurer d’avoir la capacité de rembourser une dette à fort effet de levier.

L’endettement peut vous aider à atteindre vos objectifs opérationnels à court et à long terme.

L’endettement peut contribuer à l’atteinte des objectifs opérationnels à court et à long terme. Un emprunt qui accroîtra la rentabilité et la viabilité à long terme de l’exploitation et qui est assorti d’un plan de remboursement solide peut être un instrument économique essentiel pour l’entreprise. Il est toutefois déconseillé de payer pour des biens au‑delà de leur durée de vie utile, notamment le matériel de transformation.

Soyez conscient de vos limites

Quelquefois, il ne vaut pas nécessairement la peine de chercher à contracter un emprunt coûteux à court terme pour décrocher un « gros contrat » si les marges sont trop faibles ou si le risque d’erreur est trop grand. Certes, il est grisant d’obtenir de gros contrats, mais si votre budget de trésorerie ne vous permet pas d’affronter les retards ou les obstacles qui se dressent sur la route, il vaut parfois mieux refuser poliment et décrocher plusieurs petits contrats qui offrent une marge positive (tout en permettant de diversifier votre clientèle).

Comme n’importe quel instrument, l’endettement doit être compris et structuré en fonction de vos besoins opérationnels.

Comprenez les cotes de crédit

L’accès accru au crédit a créé le besoin de mettre en place un système exhaustif d’évaluation de la solvabilité des emprunteurs. Lorsque vous faites une demande de prêt, vous permettez au prêteur de consulter votre cote de crédit. Cette cote reflète votre relation avec vos créanciers actuels, notamment le degré de diligence dont vous avez fait preuve pour rembourser ce prêt.

La plupart des gens ne réalisent pas que leur cote de crédit diminue lorsqu’ils règlent leur facture de téléphone cellulaire en retard. De la même manière, si vous effectuez toujours le paiement minimal exigé sur le solde de vos cartes de crédit, votre cote de crédit s’affaiblira. En revanche, votre cote de crédit s’améliorera si vous payez habituellement vos factures à temps et si vous ne semblez pas surutiliser le crédit. Par contre, elle s’affaiblira si vous faites des demandes de crédit à plusieurs prêteurs dans un court laps de temps.

Trouvez votre cote de crédit

Un prêteur n’est pas censé vous révéler votre cote de crédit, mais il peut vous demander des explications au sujet d’incidents spécifiques. Soyez prêt à expliquer tout point négatif. Il y a souvent deux versions d’une même histoire.

Les deux agences d’évaluation du crédit du pays sont TransUnion et Equifax. Vous pouvez obtenir gratuitement votre dossier de crédit de chaque agence. Votre cote de crédit n’est pas incluse dans votre dossier de crédit, mais vous pouvez l’obtenir moyennant des frais modiques. Les cotes varient de 300 à 900. Plus votre cote est élevée, plus vous êtes considéré comme étant solvable.

Protégez et améliorez la cote de crédit de votre entreprise

Il est tout aussi important de gérer les finances – vos finances personnelles et celles de votre entreprise.

Le score de défaillance commerciale est une prévision de la probabilité qu’une entreprise règle ses factures et gère sa trésorerie. Comme la cote de solvabilité, ce score sera évalué par les prêteurs.

Les paiements en retard et les recouvrements peuvent entacher votre cote de crédit pendant plusieurs années. Votre dossier de crédit remonte habituellement à au moins six ans. Toutefois, en déployant des efforts consciencieux, vous pouvez améliorer votre cote de crédit. Les pratiques exemplaires qui s’appliquent aux particuliers sont similaires à celles qui s’appliquent aux entreprises.

Des erreurs se glissent souvent dans les dossiers de crédit. Il est donc utile de vérifier périodiquement l’exactitude des renseignements contenus dans votre dossier.

Pour en apprendre davantage à ce sujet, nous vous invitons à consulter la page Principes de base des dossiers et des cotes de crédit du gouvernement du Canada.

Faites le point

À titre de directrice ou de directeur des finances de votre entreprise, avez‑vous de bonnes habitudes de remboursement des dettes? Le niveau d’endettement correspond‑il à vos objectifs opérationnels à court et à long terme?

Votre cote de crédit est fondée sur vos antécédents de crédit. Elle reflète votre capacité à régler vos factures et à rembourser vos prêts. Pour ouvrir des perspectives et atteindre les objectifs à court et à long terme pour lesquels vous vous endettez, la situation financière et le budget de trésorerie de votre exploitation doivent être solides.

Voici certaines mesures à prendre :

  • Examiner votre plan d’affaires, en particulier vos objectifs à court et à long terme, par rapport à votre budget de trésorerie
  • Veiller à ce que vos modalités actuelles de financement correspondent à la durée de vie utile du bien financé
  • Examiner votre rapport de solvabilité chaque année pour y déceler toute erreur
  • Discuter avec votre prêteur si vous avez des questions