Passer au contenu principal

Comment les fabricants et les transformateurs de produits alimentaires répondent aux besoins des consommateurs pendant la crise de la COVID-19

  • 3 min de lecture

De nombreux secteurs de l’économie sont à l’arrêt pendant la pandémie de COVID‑19, mais pas la fabrication et la transformation de produits alimentaires.

Les consommateurs s’attendent à ce que le retour à la normale prenne beaucoup de temps et ne peuvent plus acheter aussi régulièrement qu’avant. Ils se tournent donc vers des produits alimentaires économiques et à longue durée de conservation, comme les produits appertisés.

Selon Simon Somogyi, chercheur attaché au Arrell Research Institute de l’Université de Guelph, ces achats sont dictés par la panique. Or, cette ruée est superflue : la chaîne d’approvisionnement alimentaire du Canada est « assez robuste » et a eu quelques semaines pour s’adapter à la pandémie.

Transformation des habitudes d’achat

Il est évident que la COVID‑19 bouleverse les comportements d’achat. Dans certains cas, la demande de consommation entraîne des changements aux chaînes de production.

Toutefois, si l’on regarde les tablettes des épiceries, il paraît évident que la COVID‑19 bouleverse les comportements d’achat. Et dans certains cas, la demande de consommation entraîne des changements, du moins temporaires, aux chaînes de production.

Par exemple, à l’échelle du pays, certaines distilleries mettent à profit leur savoir-faire dans le domaine de l’alcool pour produire du désinfectant au lieu de la bière, du gin et de la vodka.

Les changements rapides qui s’opèrent sur le marché nécessitent des options de refinancement et de financement agiles. Debra Wadia, directrice supérieure, Financement corporatif et commercial à FAC pour l’Ontario, et son équipe de 32 employés surveillent l’évolution du marché. Mme Wadia affirme que FAC s’adapte aux changements de plusieurs façons. 

La société offre notamment du financement pour aider les fournisseurs à saisir des débouchés nouveaux ou grandissants. Certains fournisseurs qui vendaient à des marchés frais comme les restaurants recherchent de nouvelles occasions d’affaires depuis que les restaurants sont fermés en raison de l’interdiction de tout rassemblement public.

« Essentiellement, les consommateurs doivent surveiller leurs dépenses discrétionnaires, explique Mme Wadia. Il se peut que la demande de produits alimentaires coûteux diminue et que la demande de produits appertisés, comme la soupe, augmente. Les transformateurs et les fabricants recherchent des fournisseurs qui sont en mesure de combler cette demande. Il s’agit d’un débouché pour tous les acteurs concernés. »

Certains marchés ont disparu, mais Mme Wadia indique que les consommateurs ajoutent de plus en plus de produits frais à leur liste d’épicerie. 

Les détaillants, eux, se tournent vers des serres commerciales pour obtenir de plus grandes quantités de produits comme les fraises, les concombres et les poivrons.

Nouveaux défis pour les fournisseurs

Cette activité pose de nouveaux défis pour certains fournisseurs. Par exemple, les entreprises qui comptent sur les travailleurs étrangers pour effectuer des tâches manuelles devront peut-être accroître leur capacité d’hébergement pour respecter les périodes d’isolement obligatoires.

« Leurs coûts de logement risquent d’augmenter », avance Mme Wadia, qui souligne que des lignes de crédit plus élevées pourraient être utiles à certains producteurs.

Une autre stratégie consiste à s’associer avec d’autres établissements de crédit. Michael Hoffort, président-directeur général de FAC, affirme que le soutien à l’industrie reposera sur une collaboration étroite entre les banques, les caisses populaires et les coopératives de crédit, FAC et d’autres institutions financières.

« FAC est un partenaire solide et stable de l’industrie depuis plus de 60 ans, et il n’en va pas autrement dans la situation actuelle, ajoute M. Hoffort. Nous travaillerons en partenariat avec d’autres fournisseurs de services financiers pour offrir les solutions qui permettront à l’industrie agricole et agroalimentaire de surmonter les défis qui l’attendent. »

Ce qu’il faut retenir

La COVID-19 bouleverse les habitudes d’achat des consommateurs et a des répercussions sur les marchés d’approvisionnement alimentaire. De nouveaux débouchés s’offrent aux transformateurs et aux fabricants de produits alimentaires, qui doivent notamment trouver des moyens de s’adapter aux nouvelles exigences des consommateurs ainsi que de nouveaux circuits de vente.

Article par : Owen Roberts