Passer au contenu principal

Vous songez à avoir une boutique en ligne? Lisez l’histoire de réussite en commerce électronique de ce détaillant alimentaire!

  • 4 min de lecture

Les ventes en ligne peuvent ouvrir la porte aux commentaires directs et immédiats des consommateurs, créant ainsi une plateforme pour l’interaction.

Francis Lo est cofondateur et directeur des ventes de Yoso (en anglais seulement), une entreprise qui vend 22 sortes de yogourts et tartinades réfrigérés, à base de lait, sans gluten et sans caséine, dans plus de 2 000 magasins au détail à l’échelle du Canada.

Il concède au commerce électronique moderne tout son mérite pour compenser les répercussions négatives de la COVID sur les ventes de son entreprise.

« La pandémie nous a forcés à nous adapter et à trouver un nouveau moyen d’acheminer nos produits aux clients directement à leur domicile », affirme M. Lo.

Le commerce électronique permet également à Yoso d’établir un dialogue avec les clients, ce qui est un énorme avantage.

« Nous pouvons entrer en contact avec eux, leur demander ce qu’ils pensent de nos produits et obtenir d’autres informations, affirme M. Lo. Il est très difficile d’avoir ce type d’interaction en se cantonnant aux magasins traditionnels, qui ont pignon sur rue. Maintenant, lorsque nous annonçons des prix promotionnels sur Instagram, où nous avons 5 000 abonnés, nous avons des ventes en ligne immédiates. C’est très stimulant. »

Un gestionnaire en place

Lorsque Yoso a établi sa boutique en ligne, elle a été guidée par un gestionnaire technophile, et a choisi une plateforme de commerce électronique qu’elle a ajouté à son site Web en quelques jours seulement.

Il s’agit d’une plateforme dont la source est en libre accès, ce qui signifie qu’elle est offerte gratuitement au public et qu’elle peut être adaptée aux besoins de chaque entreprise. Le site Web de Yoso a été créé avec WordPress, mais il existe plusieurs autres options comme Wix, Weebly ou Strikingly. Pour ajouter la capacité de vente en ligne à son site Web, Yoso a utilisé WooCommerce (en anglais seulement), mais elle aurait pu aussi avoir recours à Square Online ou Wix ECommerce.

Pour choisir sa plateforme, M. Lo explique que l’entreprise avait établi les trois critères suivants :

  1. Facilité d’utilisation pour l’entreprise comme pour les clients
  2. Esthétisme visuel
  3. Personnalisable, de sorte qu’il soit possible pour l’entreprise de « mettre en vedette des choses personnelles comme des photos, des images et des produits ».

Adaptation et apprentissage

Une partie des deux douzaines d’employés qui travaillent dans les installations sur 24 000 pieds carrés de Yoso a été réaffectée au traitement des commandes en ligne, des courriels et des appels occasionnés par le nouveau service.

Les deux camions de l’entreprise ont aussi été mis à contribution afin de livrer les produits aux clients vivant dans un rayon de 150 kilomètres des installations, y compris dans la région du Grand Toronto.

Malgré des débuts lents, M. Lo affirme que les ventes en ligne ont augmenté de façon constante et continuent d’être en hausse.

Comme pour bien des choses, le succès dans les ventes en ligne demande du travail.

« Le processus a demandé beaucoup d’apprentissage et d’adaptation, affirme M. Lo, mais comme pour bien des choses, le succès dans les ventes en ligne demande du travail. Nous sommes très satisfaits du résultat. »

Puisque les magasins de détail continuaient d’offrir les produits de l’entreprise, M. Lo explique qu’ils ont dû trouver et prendre leur place dans le marché des ventes en ligne tout en restant fidèle aux ventes au détail. Par exemple, ils ont dû s’assurer que les ventes en ligne ne coupaient pas l’herbe sous le pied des détaillants, tout en trouvant des moyens d’attirer des clients en ligne.

« Nous offrons des promotions surprises comme des ensembles santé, qui regroupent trois ou quatre produits pour un total de 30 $. Ce faisant, nous en avons beaucoup appris au sujet des produits les plus attrayants pour les gens. »

Les promotions en ligne leur ont aussi donné de l’information sur le moment où les clients magasinent en ligne, sur les produits et les promotions qui fonctionnent le mieux, et à quelles heures.

Les frères Lo ne sont pas les seuls à avoir fait le saut dans le commerce en ligne dans le secteur agroalimentaire.

Une recherche récente menée par l’association de l’industrie alimentaire et NeilsenIQ, aux États-Unis, montre que la vente en ligne de produits du secteur de l’agroalimentaire a plus que doublé au cours de la dernière année, pour s’établir à 106 milliards de dollars (en anglais seulement).

De la même façon, avec un pourcentage de 44 %, les produits agroalimentaires constituent aujourd’hui la plus importante catégorie de produits de consommation emballés, détrônant le chef de file de longue date du segment, les produits d’hygiène et de beauté, établi à 38 %.

En conclusion

Les ventes en ligne peuvent ouvrir la voie à des commentaires directs et immédiats des consommateurs, ce qui peut être nouveau pour les transformateurs d’aliments. La transition aux ventes en ligne peut nécessiter la réaffectation de membres du personnel et l’établissement d’une boutique en ligne qui est facile à utiliser et qui a un système de paiement fiable.

Article par : Mark Cardwell