Vous voulez rencontrer des professionnels qui vous ressemblent? Découvrez les avantages de participer à un groupe consultatif formé de pairs.

  • 5 min de lecture

Les groupes consultatifs formés de pairs de l’agroindustrie reposent sur les avantages de pouvoir échanger sur les aspirations, les défis, les expériences et les objectifs liés à la gestion d’une exploitation agricole. Ils font naître un sentiment d’appartenance à une communauté, ce qui permet aux participants de discuter et d’échanger sans se préoccuper de la concurrence.

C’est exactement ce que Shelley Gunn, céréalicultrice du sud-ouest de la Saskatchewan, affirme avoir trouvé au sein de son groupe consultatif formé d’agriculteurs.

Mme Gunn a participé à l’un des trois groupes consultatifs formés de pairs lancés par FAC comme projets-pilotes en novembre 2021 – après en avoir entendu parler lors d’un événement de FAC.

Dans son groupe, formé de cinq autres céréaliculteurs et producteurs de la Saskatchewan, de l’Alberta et de l’Ontario, tous d’âges différents, elle a été jumelée avec un animateur chargé de diriger des conversations sur la gestion d’entreprise. Les membres du groupe consultatif devaient s’écouter et se conseiller les uns les autres, et ensemble, ils ont abordé plusieurs aspects de la gestion précisément liés à leur exploitation, suggéré des ressources, transmis des coordonnées et proposé des solutions rapides. Ils ont agi comme un groupe de conseillers de confiance les uns envers les autres.

D’abord nerveuse à l’idée d’y participer, Mme Gunn a rapidement compris que le fait de pouvoir rencontrer des agriculteurs issus de différents secteurs, d’âges et de lieux différents s’avérait être une expérience agréable et enrichissante.

Je cherchais une communauté formée de gens qui ne sont pas des concurrents pour discuter avec eux.

« On se sent vraiment isolé quand on pratique l’agriculture, déplore Mme Gunn, en parlant de la difficulté d’échanger des renseignements commerciaux avec d’autres membres de sa collectivité.

Dans notre milieu, nous nous faisons tous concurrence. Il y a rarement des bilans qui fournissent des analyses comparatives en fonction des autres exploitations. Je cherchais une communauté formée de pairs qui ne sont pas des concurrents pour pouvoir discuter librement avec eux. »

Selon Kendall Litschko, directrice de programme au sein de l’équipe des Services consultatifs de FAC, c’est justement l’objectif du programme. Elle soutient qu’à titre d’organisation nationale, FAC a réussi à former un groupe réunissant des gens qui peuvent faire profiter leurs pairs de leur propre expérience et instaurer un climat de confiance entre eux sans les pressions de la concurrence souvent associées à des rencontres professionnelles à une échelle plus locale.

« Les groupes mettent vraiment l’accent sur la gestion d’entreprise, soutient Mme Litschko. Ce ne sont pas des groupes axés sur la commercialisation ou la production. Il se peut que les participants connaissent leurs besoins d’affaires, mais le groupe leur donne la confiance et le soutien nécessaires pour prendre des décisions qui mèneront à des mesures concrètes. Le groupe est une source d’écoute et de conseils. »

L’inquiétude a fait place à l’appartenance

Selon Mme Litschko, échanger des idées au sein du groupe est tout aussi important qu’apprendre et résoudre des problèmes de gestion d’entreprise.

« Lorsqu’une personne prend conscience qu’elle a une expérience à raconter, cela compte tout autant qu’obtenir des réponses de la part du groupe », affirme-t-elle.

Au départ, Mme Gunn n’était pas certaine que le fait de raconter ses expériences en matière d’exploitation d’entreprise serait utile aux autres qui, comme elle le décrit, « avaient peut-être de meilleures qualifications ». Le fait qu’elle ne provienne pas d’un milieu agricole n’aidait en rien à atténuer ses craintes, même si, la cinquantaine bien sonnée, elle pratiquait l’agriculture depuis plus de vingt ans.

La diversité d’origines, de personnalités, d’âges et d’expériences a été un plus pour l’ensemble du processus. Mme Gunn estime que cela a contribué à améliorer la dynamique du groupe, en plus de mettre en perspective la réalité actuelle de son entreprise et les points qui pouvaient être améliorés.

« Entendre les autres raconter leurs réussites et leurs difficultés m’a réellement donné un sentiment d’appartenance à une communauté. Sur le plan personnel, cela m’a beaucoup motivée », confie Mme Gunn. De plus, elle a beaucoup aimé que d’autres agricultrices participent au groupe, autant que le fait d’échanger avec des personnes à différentes étapes de leur carrière agricole.

« Personnellement, je ne voulais pas d’une réunion mensuelle simplement pour bavarder. Je voulais avoir des devoirs à faire et être forcée de sortir de ma zone de confort. Nous (ma famille et moi) avions parlé de certains projets, mais nous n’avions jamais le temps de les réaliser. Le groupe consultatif nous a motivés à nous y atteler. »

L’élaboration de stratégies en matière de ressources humaines est un bon exemple de ces projets.

« Au fur et à mesure que notre ferme a pris de l’expansion, nous avons eu de la difficulté à attirer des employés et à les maintenir en poste. Les membres du groupe nous ont offert beaucoup de suggestions et d’aide, et un jour, nous avons reçu les coordonnées d’un spécialiste en ressources humaines et il nous a aidés à élaborer nos stratégies. »

De son côté, Mme Gunn dit avoir raconté comment sa famille gère les relations avec les propriétaires de terres, une activité qui lui demande énormément de temps et d’énergie parce que son entreprise agricole loue de nombreuses terres.

Des avantages durables

Mme Gunn et les cinq autres participants ont trouvé que leur groupe consultatif leur a apporté une telle valeur qu’ils ont décidé de continuer de se réunir, même après la fin du projet pilote, et ils restent en contact au moyen des médias sociaux.

« C’est particulier de réunir six individus qui se disent agriculteurs et qui prennent conscience du degré de complexité de l’agriculture, de la multitude de points de vue et de façons de faire qui existent et du fait que tout cet apprentissage aide à trouver des solutions différemment. On se rend compte que les différences sont en fait positives, tout en continuant d’apprendre », affirme Mme Gunn.

Participants recherchés

FAC recrute activement des participants pour ses programmes qui commenceront en novembre 2022, avec des groupes de pairs axés sur l’agriculture [en anglais seulement] et les aliments et boissons [en anglais seulement]. La participation est gratuite et vise à faire découvrir aux producteurs le concept de groupes consultatifs et d’apprentissage par les pairs.

Pour en savoir plus ou vous inscrire, cliquez sur fac.ca/groupes-pairs. Il convient de noter que les groupes de pairs ne sont offerts qu’en anglais pour le moment.

Article par : Matt McIntosh