Passer au contenu principal

Attention arnaque : quelques indices à surveiller

  • 4 min de lecture

Voici le premier de deux articles sur les stratagèmes de fraude par téléphone, par courriel et par texto qui visent à soutirer des renseignements personnels et de l’argent à des citoyens canadiens, y compris des producteurs agricoles. Cette semaine, nous nous penchons sur l’étendue grandissante des stratagèmes de fraude. La semaine prochaine, nous vous proposerons des moyens de vérifier l’identité de l’expéditeur ou de l’appelant, et nous examinerons la façon dont FAC protège les renseignements de ses clients.

La hausse récente du nombre d’arnaques visant à usurper les renseignements confidentiels des Canadiennes et des Canadiens par des fraudeurs qui se font passer pour des fonctionnaires de différents ministères fédéraux n’est pas une nouvelle escroquerie, mais l’évolution des stratagèmes entraîne des pertes de revenus, d’économies et de renseignements confidentiels pour plusieurs Canadiens.

Il est impératif que les citoyens connaissent les signes qui mettent en garde contre les communications frauduleuses.

Des citoyens reçoivent un appel qui semble provenir d’un ministère fédéral. Dans certains cas, il s’agit d’une voix enregistrée qui vous signale un problème avec le gouvernement et qui vous invite à appuyer sur un chiffre pour corriger la situation. L’appel est ensuite acheminé, ou la voix vous prie d’attendre qu’on vous rappelle.

De fait, la personne qui vous rappelle se fait passer pour un fonctionnaire et tente de vous soutirer de l’argent. Souvent, elle demandera aussi des renseignements personnels et vous donnera des instructions sur la façon de transférer les fonds.

Malgré les arrestations effectuées au début de la semaine relativement à ce type de fraude, il est impératif que les citoyens connaissent les signes qui mettent en garde contre tous les types de communications frauduleuses (courriel, téléphone ou texto), selon le Centre antifraude du Canada (CAC).

Un producteur averti en vaut deux

Jennifer Hogan, analyste principale de la sécurité de la Division de la TI à FAC, indique que les producteurs canadiens peuvent surveiller plusieurs signes s’ils reçoivent un appel téléphonique d’une personne exigeant un paiement.

« La personne parle‑t‑elle vite? Essaie‑t‑elle de semer la confusion dans votre esprit? Vous demande-t-elle des renseignements personnels? Des renseignements financiers? »

Il en va de même des courriels, note Mme Hogan. Posez‑vous les questions suivantes :

  • Le courriel est‑il cohérent?
  • La demande correspond‑elle à la nature de l’expéditeur?
  • Est-ce la façon dont vous communiquez normalement avec cet expéditeur?
  • Le courriel vous rend‑il mal à l’aise ou vous fait‑il ressentir de la pression?
  • S’agit‑il d’un courriel inattendu? Contient‑il un lien ou une pièce jointe?
  • La grammaire laisse‑t‑elle à désirer?
  • Cherche‑t‑on à vous soutirer des renseignements personnels ou financiers ou des données d’identification?

Fraude téléphonique

Jeff Thomson, agent principal du renseignement à la GRC, gère l’unité de prévention de la fraude et de réception des plaintes au Centre antifraude du Canada.

Dans sa forme la plus récente, dit‑il, ce stratagème de fraude, qui remonte au moins à 2014 – année où des fraudeurs ont commencé à se faire passer pour des fonctionnaires de l’Agence du revenu du Canada – possède des caractéristiques très similaires.

« Vous recevez un appel automatisé, soi‑disant d’un ministère ou d’une institution légitime comme une banque ou une compagnie d’hydroélectricité », dit M. Thompson, qui ajoute que le ton du message est souvent très alarmant.

« On vous dira, par exemple, que vous avez été victime d’une fraude et que vous devez appuyer immédiatement sur le 1 parce qu’on doit en discuter avec vous. »

Aucune institution légitime n’agit de la sorte, souligne M. Thompson.

Si une vraie personne prend le relais, elle se présentera peut‑être comme un agent officiel et pourrait prendre un ton « très autoritaire et menaçant, vous enjoignant à donner suite à ses demandes ».

Les arnaqueurs effraient les gens et arrivent à obtenir ce qu’ils désirent des citoyens canadiens, que ce soit des renseignements personnels ou de l’argent.

Ayez aussi la puce à l’oreille si on vous demande de payer à l’aide de cartes‑cadeaux, de cartes iTunes ou Google Play ou de bitcoins, ou si on vous demande de vous rendre à un guichet automatique de bitcoins.

Aucune institution légitime ne ferait cela, affirme M. Thompson.

Mme Hogan indique que FAC ne communiquerait jamais par courriel, par texto ou par téléphone pour demander de l’argent, des renseignements personnels ou bancaires non sollicités ou des mots de passe. Personne ne devrait fournir ces renseignements à quiconque leur en fait la demande par courriel, par texto ou par téléphone s’ils ne sont pas d’abord eux-mêmes entrés en contact avec le demandeur.

Si vous avez reçu un appel, un texto ou un courriel suspect, signalez‑le à votre détachement local de la GRC. S’il s’agit spécifiquement d’une communication de FAC, nous vous prions de communiquer avec notre Service à la clientèle en composant le 1‑888‑332‑3301.

En conclusion

Les arnaques par téléphone et par courriel qui visent à vous soutirer des renseignements personnels et de l’argent ne datent pas d’hier, mais certains indices peuvent vous aider à les détecter. Des experts en matière de fraude offrent plusieurs conseils pour protéger les citoyens canadiens, notamment le fait de savoir qui est susceptible de vous appeler pour obtenir ces renseignements.

Article par : Craig Lester