Apaisez vos inquiétudes avec un bilan de santé mentale

  • 4 min de lecture

L’Organisation mondiale de la santé a déclaré que la flambée de COVID‑19 constitue une pandémie. Le fait de suivre l’état de la situation dans le monde et dans nos cours peut susciter de l’anxiété, y compris dans les exploitations agricoles. La nécessité de concilier vie personnelle, travail à la ferme et préoccupations sanitaires peut être une source de stress pour les agriculteurs.

Lorsque s’ajoutent les répercussions financières possibles liées à une économie incertaine, les inquiétudes peuvent s’amplifier.

Lesly Kelly, cofondatrice de la fondation Do More Agriculture, qui pratique l’agriculture avec sa famille à Watrous, en Saskatchewan, explique que, par le passé, en période de stress intense, elle s’est efforcée de trouver des alliés.

Communiquez avec votre famille et vos amis en cette période de distanciation sociale et dressez un plan d’urgence pour vous soutenir mutuellement.

« Ça nous a aidés à nous sentir moins seuls. Vous pouvez discuter avec votre voisin, à quelques maisons de chez vous, ou avec quelqu’un qui vit à l’autre bout du pays », dit‑elle.

Maintenant que la distanciation sociale est la nouvelle norme et que les grands rassemblements sont déconseillés, communiquer avec nos êtres chers peut vouloir dire passer par des moyens technologiques comme la conversation vidéo ou le téléphone.

Soyez ouverts et faites le point

Mme Kelly affirme que les membres de sa famille s’appliquent à maintenir une communication ouverte.

L’ouverture est bénéfique lorsque quelqu’un vit une dure journée. Ainsi, tout le monde est à l’aise de vérifier comment vont les autres et de discuter dans les moments difficiles, qu’il s’agisse de préoccupations concernant la ferme ou d’anxiété à propos de la COVID‑19 [en anglais seulement].

Lors des journées difficiles, la famille maintient aussi le dialogue au sujet de la santé mentale. Les membres s’informent des sentiments des autres et s’assurent que personne ne se sent abattu. Et pour garder le moral pendant les longues heures de travail, Mme Kelly explique qu’elle et les siens aiment s’envoyer des textos pour garder les voies de communication ouvertes.

« Ma mère nous textait une photo de mon père qui passait une très belle journée, et ça nous remontait le moral. »

Trouvez votre exutoire

Adelle Stewart, directrice générale de Do More Agriculture, recommande de combattre les inquiétudes et le stress en trouvant ce qui nous convient le mieux personnellement.

« Prendre soin de soi‑même est une stratégie d’adaptation extrêmement individualisée, affirme Mme Stewart. Alors, soyez ouverts à vous‑même et explorez ce que ça signifie pour vous. »

Pour certaines personnes, cela veut dire se pelotonner avec un bon livre, alors que pour d’autres, c’est synonyme d’activité physique. Mme Stewart recommande d’essayer différentes activités pour découvrir celle qui vous convient le mieux.

Dans le contexte des craintes actuelles à propos de la COVID‑19, le magazine Psychology Today recommande ces stratégies pour rester en bonne santé mentale [en anglais seulement] en cette période d’incertitude. Faites attention à votre santé physique et à vos émotions, adoptez des pratiques saines, partagez des informations fiables, et évitez les nouvelles de dernière heure lorsque vous vous sentez dépassé.

Selon Mme Stewart, les producteurs doivent être attentifs à leur santé mentale pendant les périodes de l’année où ils sont très occupés, comme la saison du vêlage.

« Le vêlage amène souvent les gens à négliger leur hygiène de sommeil, alors il faut être indulgent envers soi-même », dit‑elle.

L’hygiène de sommeil désigne les saines habitudes qui nous aident à mieux dormir la nuit et à rester endormis. Toutefois, lorsque les producteurs se réveillent toutes les heures pour vérifier l’état de leurs animaux, leur sommeil est interrompu.

« L’hygiène de sommeil est différente pour tout le monde et certaines personnes ont besoin de plus de sommeil que d’autres. Il est important de se reposer suffisamment, car le manque prolongé de sommeil ou de repos de qualité diminue nos facultés mentales et physiques et notre coordination, ce qui peut entraîner de l’irritabilité, des accidents et la prise de mauvaises décisions. »

Il est difficile pour les agriculteurs de conserver de bonnes habitudes de sommeil pendant le vêlage, l’ensemencement et la récolte. Toutefois, le fait de connaître les effets potentiels sur eux peut les aider à comprendre comment ils se sentent ou agissent lorsqu’ils vivent de longues périodes de fatigue.

Préparez l’avenir

En ce qui concerne l’ensemencement printanier, Mmes Kelly et Stewart conseillent aux agriculteurs de s’asseoir en famille dès maintenant et de dresser des plans d’urgence. Selon elles, le fait d’avoir des plans de secours permet de réduire le stress.

« Même les plans (et les plans de secours) les mieux élaborés ne se concrétisent pas toujours, alors les stratégies qu’on élabore pour prendre soin de soi-même et le fait de demander du soutien peuvent être bénéfiques pour notre bien‑être mental », estime Mme Stewart.

Mme Kelly et sa famille ont déjà commencé à dresser leurs plans d’ensemencement, de rotation et de marketing.

« Nous essayons d’en faire autant que possible à l’avance, cela nous permet de nous sentir en confiance. Nous savons que les choses peuvent changer, mais au moins, nous avons un plan A et un plan B pour l’instant », explique‑t‑elle.

Par ailleurs, durant les semailles et la récolte, Mme Kelly et sa famille se réunissent tous les matins pour discuter de l’état de la situation et pour planifier cette journée.

« Ça permet de réduire le stress élevé et de savoir que nous avons fait de notre mieux, même si les choses sont hors de notre contrôle. Par exemple, nous n’avons aucun pouvoir sur la météo, mais nous pouvons gérer notre façon de nous y adapter, jusqu’à un certain point. C’est savoir que vous avez fait de votre mieux », dit Mme Kelly.

En conclusion

L’incertitude engendrée par la COVID‑19, conjuguée à une mauvaise récolte et à des inquiétudes relatives aux semis printaniers, provoque du stress à la ferme. Faire un bilan sur la santé mentale avec des amis et des proches peut aider à apaiser l’anxiété. Il est donc important de maintenir les voies de communication ouvertes et de trouver des exutoires personnels pour décompresser. Pour ce qui est de la COVID‑19, soyez à l’écoute de vos émotions, évitez de regarder les nouvelles si vous vous sentez dépassé, et tâchez d’adopter les meilleures pratiques pour votre santé.

Article par : Taryn Milton