Passer au contenu principal

Analyses comparatives sur une exploitation d’élevage – comment un agriculteur mesure la valeur d’une terre

  • 2,5 min de lecture

À Black Diamond, en Alberta — à près d’une heure au sud de Calgary, au pied des Rocheuses —, les nouveaux agriculteurs Ben et Stephanie Campbell expérimentent de nouvelles façons de faire fructifier leur exploitation d’élevage nommée Grazed Right.

Lors d’un épisode récent de la série de balados La terre et la table présentée par Savoir FAC (en anglais seulement), l’animateur Marty Seymour s’est entretenu avec M. Campbell concernant sa façon d’effectuer des analyses comparatives sur son élevage afin de maximiser la valeur de sa terre agricole, entre autres choses.

M. Campbell a renoncé à une carrière d’ingénieur, préférant se consacrer à l’agriculture et mettre son esprit critique au service de son exploitation d’élevage.

Les analyses comparatives comme moyen de vérifier s’il est rentable de payer quelqu’un pour faire une tâche

Mon but est de faire en sorte que mon revenu agricole soutienne mon exploitation d’élevage et sa croissance, et que tout le reste serve à rembourser mon hypothèque.

Étant à ses débuts dans l’industrie, et puisque les activités de l’exploitation d’élevage du couple Campbell sont diversifiées, M. Campbell est plus disposé à essayer de nouvelles choses – et les analyses comparatives font partie de l’une d’entre elles.

Son approche est simple : s’il touche moins d’argent que quelqu’un d’autre pour effectuer une même tâche, il perd au change.

Par exemple, s’il se verse 35 $ l’heure pour s’occuper du bétail et qu’il veut embaucher quelqu’un d’autre pour effectuer cette tâche, mais que personne ne le fait à ce taux horaire, M. Campbell devra peut‑être remettre en question l’idée de sous‑traiter cette tâche. En revanche, s’il trouve quelqu’un pour faire ce travail à 20 $ l’heure, M. Campbell peut garder la différence et consacrer son temps ainsi libéré à un autre aspect de la ferme ou à sa famille.

La question revient à savoir combien il verserait à quelqu’un pour faire le même travail – et est‑ce avantageux?

La formule fondée sur le taux horaire l’aide aussi à déterminer si l’exploitation est rentable. Par exemple, s’il considère l’idée de prendre une année sabbatique pour la passer avec sa famille, il se pose la question suivante : « Puis‑je confier les travaux de l’entreprise agricole en sous‑traitance et réaliser tout de même un profit? » Si la réponse est non, il est temps de réévaluer la situation et de songer à remplacer ces activités par quelque chose de plus rentable.

La grande valeur de la diversité

Le couple Campbell s’emploie délibérément à tirer la valeur optimale de la cour et la terre de son exploitation d’élevage.

Ainsi, comme bien des entreprises agricoles, l’entreprise des Campbell compte beaucoup de bâtiments dans la cour. M. Campbell explique qu’il a converti un de ces bâtiments en entrepôt, alors qu’un autre sert d’espace à un atelier qu’il loue à un mécanicien local. M. Campbell loue également de l’espace pour l’entreposage de véhicules récréatifs, ainsi qu’un loft aménagé dans l’une des étables.

M. Campbell considère la valeur élevée de la diversification des activités. Son but est de faire en sorte que son revenu agricole soutienne son exploitation d’élevage et sa croissance, et que tout le reste serve à rembourser son hypothèque.

Pour en savoir davantage sur la façon de mettre un diplôme en génie à contribution d’un élevage de bovins de pâturage, écoutez l’épisode complet (en anglais seulement).