PTP: le Canada pourrait avoir du mal avec son ordre du jour plus progressiste

  • 07 nov. 2017

La promotion par le gouvernement Trudeau de chapitres dits plus progressistes dans un Partenariat transpacifique (PTP) renégocié sera probablement difficile auprès de plusieurs partenaires du Canada dans la région du pourtour du Pacifique, indiquent des experts.

Le ministre du Commerce international, Francois-Philippe Champagne, a déjà affirmé que la stratégie de négociation du Canada, en plus de préserver l'accès aux marchés, comporterait des pressions pour l'inclusion de chapitres sur l'environnement, les droits du travail et l'égalité des genres.

Toutefois, des experts du commerce comme l'ancien premier ministre du Québec Jean Charest estiment que le Canada devrait faire preuve de prudence en tentant de persuader certains de ses partenaires autour de la table de la pertinence d'apporter de tels changements au PTP.

M. Charest, associé au cabinet McCarthy Tétrault qui siège aussi au conseil d'administration de la Fondation Asie Pacifique du Canada, a dit croire, en entrevue, que le gouvernement répond aux préoccupations des Canadiens, qui sont aussi celles d'autres populations dans le monde, de voir les accords commerciaux être davantage qu'une «série de chiffres sur une feuille de papier».

Soulignant que la portée est plus large lorsqu'il est question d'environnement et de droits des travailleurs, M. Charest a fait valoir qu'il fallait bien évaluer jusqu'où aller en discutant avec des pays émergents qui «vont suivre leur propre voie de développement».

Par exemple, M. Charest, qui a été impliqué dans des discussions de commerce international en tant que politicien provincial et fédéral, a indiqué que le Mexique n'avait pas repoussé les efforts du Canada en vue de l'inclusion d'éléments progressistes similaires dans la version renégociée de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA). Mais lorsqu'il s'agira de les appliquer, le Mexique n'aura pas les mêmes atouts que le Canada en matière de formation et d'éducation, a souligné M. Charest.

Les partenaires réunis au Vietnam

Le premier ministre Justin Trudeau et M. Champagne seront cette semaine à Da Nang, au Vietnam, pour des entretiens avec des partenaires du Canada au sein du forum de la Coopération économique de la zone Asie-Pacifique (APEC).

Le PTP devrait être un enjeu clé durant le sommet de l'APEC, alors que 11 partenaires économiques tenteront de ressusciter l'entente à la suite de la décision du président américain Donald Trump de retirer les États-Unis de l'accord, plus tôt cette année.

Maude Barlow, une militante d'expérience des droits de la personne, a affirmé que bien que l'inclusion de ces chapitres progressistes dans les accords commerciaux représenterait une amélioration, ils risqueraient d'être finalement futiles si d'autres problèmes fondamentaux ne sont pas réglés par les partenaires.

Mme Barlow, présidente honoraire du Conseil des Canadiens, a notamment souligné les dispositions relatives au règlement des différends entre investisseurs et États, qui permettraient aux entreprises de contester les normes et les réglementations des gouvernements, incluant les normes environnementales.

Mme Barlow a aussi relevé les craintes que le PTP ouvre les marchés publics aux groupes étrangers et contribue à l'augmentation des prix des médicaments.

«Nous devons aller au coeur de ce qui cloche avec ces accords commerciaux», a-t-elle fait valoir.