Surveiller les coûts de la machinerie pour optimiser la rentabilité

  • 04 juil. 2019
  • 3 min de lecture

Avez-vous la certitude d’enregistrer des profits satisfaisants au cours d’une bonne année? Sinon, des spécialistes en finances agricoles indiquent qu’il faut peut-être réévaluer vos dépenses.

Comme elle représente l’une des dépenses les plus importantes, la machinerie doit souvent faire l’objet d’un examen minutieux, disent-ils.

Prévoir des profits réalistes

Shannon Lueke, conseillère en gestion agricole du cabinet MNP, indique que les dépenses se divisent en trois grandes catégories : 1) la production; 2) la terre, les bâtiments et les finances; 3) les coûts de la main‑d’œuvre et de la machinerie.

Le calcul du coût global de la machinerie doit tenir compte des charges d’exploitation, du carburant, de l’entretien et de l’amortissement.

De façon générale, dit Mme Lueke, chaque exploitant devrait être en mesure de faire correspondre les dépenses de la ferme et le revenu brut prévu (au cours d’une bonne année) et d’envisager une marge bénéficiaire de 10 à 20 %. S’il est impossible de prévoir un bénéfice dans des conditions favorables, des correctifs s’imposent.

Votre exploitation agricole rapporte‑t‑elle de 10 % à 20 % de profit dans une bonne année? Si ce n’est pas le cas, réévaluer les coûts de votre machinerie serait un bon point de départ. Partagez sur Twitter

D’après son expérience, Mme Lueke indique que lorsque la machinerie n’est pas adaptée à la superficie de la ferme, cela peut avoir une incidence négative sur le ratio des dépenses par rapport au revenu. Elle ajoute que la capacité productive de la terre doit être prise en considération. Pour ce faire, il faut se demander si la terre est propice à la production de cultures de grande valeur comme le canola, ou si elle se prête mieux à la production de cultures de valeur moins élevée.

« Si dame nature se montre bienveillante et qu’elle apporte de la pluie et du soleil en quantité suffisante, qu’êtes‑vous en mesure de produire? » demande Mme Lueke.

Tenir compte du resserrement des marges

Craig Klemmer, économiste agricole principal à Financement agricole Canada, souligne qu’il importe de tenir une comptabilité claire. Toutefois, il ajoute que les attentes en matière de bénéfices doivent tenir compte du fait que les marges sont généralement plus serrées ces dernières années.

« Nous avons connu de très bonnes années en agriculture, et nous n’avons peut‑être pas beaucoup porté attention à nos dépenses en équipement. Parfois, on perd les choses de vue », dit‑il.

La répartition des coûts par acre – et le fait de déterminer si un équipement donné permettra de réduire les coûts du carburant, de l’entretien, de la main‑d’œuvre et d’autres charges – peut montrer si le jeu en vaut la chandelle.

Certains agriculteurs s’efforcent de réduire leurs coûts par acre en les étalant sur une plus grande superficie. Cette stratégie peut fonctionner, indique M. Klemmer, mais elle peut aussi inciter les producteurs à accroître la capacité d’autres équipements, ce qui ne fait qu’accentuer le problème.

« Cela ne veut pas dire que l’achat de nouvelles machines ou l’amélioration des machines existantes n’est pas la bonne option pour votre ferme, mais il ne faut rien laisser au hasard. Je pense que cela demande plus de planification que ce à quoi nous avons été habitués dernièrement », dit M. Klemmer.

L’importance d’une bonne tenue des registres comptables

Mme Lueke et M. Klemmer insistent sur le fait qu’une bonne tenue de registres comptables est cruciale pour accroître la rentabilité.

« Vous devez avant tout vous assurer d’avoir un bilan positif », dit Mme Lueke.

M. Klemmer indique qu’il est aussi possible de collaborer avec des conseillers financiers agricoles pour mieux cerner les économies possibles.

En conclusion

Il est indispensable de calculer soigneusement les coûts de la machinerie pour déterminer s’ils ont une incidence indésirable sur les bénéfices. Des experts recommandent aux producteurs de veiller à ce que la machinerie soit adaptée à leur superficie et de calculer les coûts de l’équipement par acre pour déterminer les moyens de réduire les coûts du carburant et de l’entretien ou d’autres dépenses.

Article par : Matt McIntosh