La cuisine qui renforce la communauté

Si vous demandez à Danielle McIntyre ce que représente pour elle une cuisine, elle vous dira qu’au-delà des aliments qui s’y trouvent, c’est un endroit où les gens de tous les horizons peuvent se rassembler, tisser des liens, se sentir habilités et acquérir des compétences qui transformeront leur vie. Mais, surtout, une bonne cuisine contribue à renforcer l’esprit communautaire.

Mme McIntyre est directrice générale à la banque alimentaire Interfaith Food Bank Society of Lethbridge (banque alimentaire interconfessionnelle de Lethbridge), en Alberta. L’organisme, qui a ouvert ses portes en 1989, offre depuis 2005 des cours de cuisine et de nutrition aux adultes et aux jeunes de la région dans le cadre de ses programmes de cuisine communautaire.

« En tant que banque alimentaire, nous nous sommes développés de manière à non seulement  "tendre la main" en distribuant des paniers de nourriture, mais également à "donner un coup de main" aux familles en les aidant à acquérir les compétences nécessaires pour veiller à leur propre sécurité alimentaire », déclare la directrice générale. « Je dis toujours que nous sommes plus qu’une banque alimentaire; nous sommes un centre
d’apprentissage. »

La banque alimentaire Interfaith Food Bank procède actuellement à l’ajout d’une deuxième cuisine plus vaste dans ses locaux afin de pouvoir offrir plus de programmes. En soutien à ce projet, Financement agricole Canada lui a versé 20 000 $ par l’intermédiaire du fonds AgriEsprit de FAC, ce qui contribuera à l’achat de nouvelles armoires de cuisine basses qui serviront aussi de surfaces additionnelles pour la préparation d’aliments.

Les programmes culinaires offerts à la cuisine communautaire s’adressent aux familles à faible revenu, aux familles monoparentales, aux personnes sous-employées ou sans emploi. Par ailleurs, il y a plusieurs participants ayant des déficiences qui les empêchent de trouver un emploi stable.

Mme McIntyre ajoute que les cours de cuisine de la banque alimentaire s’adaptent aux besoins des participants. Il peut s’agir de personnes qui ne savent pas comment couper des légumes ou d’autres qui souhaitent apprendre à préparer des repas plus sains avec un budget restreint.

« Nous savons qu’une bonne alimentation coûte cher, et c’est un obstacle auquel sont confrontées plusieurs de nos familles à faible revenu », indique Mme McIntyre. « Opter pour une soupe en conserve ou du macaroni Kraft Dinner est facile et peu coûteux, mais il est beaucoup plus sain de cuisiner avec des aliments entiers et de consommer des repas équilibrés. »

Pour Tracy, une mère seule âgée de 36 ans qui participe assidûment aux ateliers culinaires, la cuisine communautaire offre un contexte social important.

« L’ambiance est tout simplement formidable. Cela fait maintenant près de trois ans que je viens ici et je n’ai manqué aucun cours », dit-elle. « Le programme culinaire s’adresse à tous et je trouve qu’il aide les personnes de tous les horizons. C’est une initiative indispensable dans notre communauté. »

L’an dernier, la banque alimentaire Interfaith Food Bank a offert 336 ateliers culinaires pour adultes à environ 1 500 personnes, dont 70 à 80 participants issus de municipalités rurales voisines.

« Puisque Lethbridge est un point central du sud de l’Alberta, plusieurs personnes des régions avoisinantes ont recours à nos services, car il n’existe aucune banque alimentaire dans leurs communautés rurales », explique Mme McIntyre.

Elle souligne également que les participants des programmes culinaires peuvent repartir avec les repas qu’ils ont préparés, permettant ainsi de nourrir d’autres personnes, notamment leurs conjoints et leurs enfants. Selon la directrice générale, la cuisine communautaire permet de nourrir chaque année environ 6 200 personnes, et ce nombre devrait augmenter, car la banque alimentaire enrichit sa programmation.

Selon Mme McIntyre, la nouvelle cuisine communautaire agrandie servira également de vaste espace multifonctionnel, mesurant 288 m2 et pouvant accueillir 100 personnes.

« Nous serons en mesure d’adapter la cuisine en fonction du programme donné, qu’il s’agisse d’un atelier culinaire, d’un programme de nutrition axé sur l’exercice, d’un événement pour un groupe d’aînés ou pour souligner la contribution des bénévoles », indique-t-elle.

Mme McIntyre ajoute que la cuisine communautaire réaménagée devrait ouvrir ses portes en décembre 2018. Elle a d’ailleurs hâte d’accueillir d’autres organismes de services sociaux et des groupes locaux ainsi que leurs participants.

« Le soutien obtenu grâce au fonds AgriEsprit de FAC représente à nos yeux beaucoup plus que de nouvelles armoires de cuisine; il permet de créer un espace au sein de notre organisme où les groupes communautaires peuvent véritablement se rassembler », souligne-t elle. « Par ailleurs, lorsque nous travaillons avec les gens dans le cadre de nos programmes, nous apprenons à les connaître, à leur enseigner des compétences culinaires, puis nous collaborons avec nos partenaires pour répondre à l’ensemble de leurs besoins sous-jacents. Mais, tous ces aspects reposent sur le sentiment d’appartenance à la communauté qui se crée dans la cuisine », conclut la directrice générale de la banque alimentaire Interfaith Food Bank.

À propos du fonds AgriEsprit de FAC

Financement agricole Canada (FAC) a accordé 1,5 million de dollars au titre du fonds AgriEsprit de FAC. Le financement a été versé à 84 groupes communautaires partout au Canada afin d’appuyer la réalisation de projets d’immobilisations en milieu rural. La prochaine période de présentation des demandes débutera en mars 2019. Nous encourageons les organismes de bienfaisance enregistrés, les municipalités et les organismes sans but lucratif qui souhaitent recevoir du financement à consulter les critères d’admissibilité, à voir les projets lauréats des années passées et à présenter une demande en ligne à www.fondsagriespritfac.ca.

Article par Joey Sabljic