Rapport de Statistique Canada sur les stocks de céréales de la récolte précédente

Analyse du marché

Aperçu

  • Les stocks de canola sont plus abondants que prévu en raison de l'augmentation de la production en 2015
  • La demande vigoureuse permettra d'absorber l'accroissement des stocks de canola, et les préoccupations liées à un resserrement des stocks pour 2016‑2017 sont apaisées pour l'instant
  • Le Fusarium et la présence de grains vitreux durs sont les principaux risques de déclassement du blé roux de printemps de l'Ouest canadien, mais la germination risque de s'ajouter à ces facteurs de risque si les conditions météorologiques ne s'améliorent pas.

La semaine dernière, Statistique Canada a publié son rapport sur les stocks canadiens de céréales à la fin de l'année commerciale 2015‑2016 (31 juillet), fondé sur une mesure des stocks commerciaux et sur une enquête menée auprès de 13 100 producteurs à l'échelle du pays.

En date du 31 juillet, les stocks totaux de blé, de canola et de lentilles du Canada étaient inférieurs aux volumes constatés à pareille date l'année dernière. Parallèlement, les stocks d'orge et d'avoine s'étaient accrus par rapport à ceux du 31 juillet 2015.

Le tableau ci-dessous présente un résumé du rapport de Statistique Canada sur les stocks de céréales pour la période qui s'est terminée le 31 juillet 2016. Les chiffres sont exprimés en millions de tonnes métriques.

En date du 31 juillet, les stocks totaux de blé, de canola et de lentilles du Canada étaient inférieurs aux volumes constatés à pareille date l'année dernière.
  Stocks totaux
Stocks totaux
  31-Jul-16 31-Jul-15
Orge
1,433 1,217
Canola 2,016 2,542
Lin 0,274 0,097
Avoine 0,93 0,673
Tout le blé
5,167 7,054
Blé dur
1,092 0,956


Canola

Les stocks de canola sont la grande surprise de ce rapport. En effet, Statistique Canada estime que les stocks canadiens de canola, en date du 31 juillet, s'établissaient à 2,02 millions de tonnes, comparativement à 2,542 millions de tonnes à pareille date l'année dernière. Toutefois, les données sur l'offre et la demande calculées par les organismes gouvernementaux et par les différents participants au marché avant la publication du rapport indiquaient des stocks de report d'environ 1,3 million de tonnes seulement.

Cependant, à peine quelques semaines après la publication de ses dernières estimations officielles concernant la production, Statistique Canada a haussé de 1,15 million de tonnes ses estimations concernant la production de canola de 2015 pour les porter à 18,4 millions de tonnes. Cet ajout soudain de 1,15 million de tonnes à la production de canola de 2015 s'est traduit par une révision à la hausse des stocks de report pour l'année commerciale précédente et pour la nouvelle année commerciale.

Cette révision à la hausse imprévue de la production de 2015 porte de nombreux intervenants de l'industrie à se demander à quel point la récolte de canola de 2016 est abondante. Statistique Canada estime que la récolte de canola de 2016 s'établit à 17 millions de tonnes, ce qui est considéré comme nettement sous‑estimé. De l'avis général du marché céréalier, les producteurs déclarent des récoltes moins abondantes qu'elles le sont en réalité, écart&nbp;qui n'est pas suffisamment comblé dans la modélisation analytique de Statistique Canada.

Chose certaine, la taille de la récolte de canola est désormais sur toutes les lèvres : doit‑on s'attendre à 18 ou à 19 millions de tonnes pour 2016? Certains croient maintenant que la récolte pourrait atteindre 20 millions de tonnes. Pour ma part, je ne suis pas encore prêt à avancer un chiffre aussi gros.

Heureusement, la demande de canola demeurera une exception pour 2016‑2017. Malgré tout, la demande vigoureuse permettra d'absorber l'accroissement des stocks de canola, et les préoccupations liées à un resserrement des stocks pour 2016‑2017 sont apaisées pour l'instant.

Blé

Les stocks totaux de blé en fin de campagne, le 31 juillet, s'établissaient à 5,2 millions de tonnes, comparativement à 7,1 millions de tonnes à pareille date l'année dernière. Ce volume était toutefois supérieur d'environ un million de tonnes aux attentes.

L'utilisation fourragère à l'échelle nationale s'établit à 3,44 millions de tonnes cette année, ce qui est inférieur aux attentes (l'utilisation fourragère était de 4,36 millions de tonnes l'année dernière). C'est une des raisons pour lesquelles les stocks en fin de campagne ont été plus abondants que prévu. La légère diminution des exportations de blé indiquée dans les tableaux de Statistique Canada comparativement aux données de la Commission canadienne des grains est le dernier facteur qui explique pourquoi les stocks de report de tous les types de blé pour 2015‑2016 sont supérieurs aux quelque 4 millions de tonnes auxquelles nous nous attendions.

L'état d'esprit actuel est teinté des préoccupations liées au fait que les conditions pluvieuses qui prévalent en Alberta s'étendent à la Saskatchewan, ce qui risque d'accroître le volume de céréales hors catégorie. Le Fusarium et la présence de grains vitreux durs sont les principaux facteurs de risque de déclassement du blé roux de printemps de l'Ouest canadien, mais la germination risque de s'ajouter à ces facteurs de risque si les conditions météorologiques ne s'améliorent pas.

Blé dur

Même si les estimations concernant le blé dur ne font pas les manchettes, les stocks de report de blé dur, qui s'établissent à 1,1 million de tonnes, seront pratiquement exempts de maladie et de qualité moyenne. Ces stocks pourraient être convoités et seront utilisés en 2016‑2017 dans les mélanges avec le blé dur de 2016 qui semble être de moindre qualité. Même si les comptes rendus de récolte arrivent au compte‑gouttes, la qualité de la production de blé dur de 2016 semble être mise à rude épreuve. Les taux élevés de Fusarium et de vomitoxine faisaient déjà diminuer les prix des récoltes de grades inférieurs étant donné que les négociants hésiteront à accepter des livraisons présentant des risques accrus liés à la vomitoxine.

Orge

En date du 31 juillet, les stocks totaux d'orge s'étaient accrus de 18,6 % pour s'établir à 1,4 million de tonnes, ce qui correspondait à peu près aux attentes moyennes du marché. Pas de surprise à ce chapitre.

Avoine

Toujours en date du 31 juillet, les stocks totaux d'avoine s'étaient accrus de 38,2 % par rapport aux stocks en date du 31 juillet 2015 et s'établissaient à 930 000 tonnes. Ce résultat n'est pas non plus une grande surprise pour le marché.

Mike Jubinville de Pro Farmer Canada offre de l'information sur les marchés des produits et les stratégies de marketing. Composez le 204-654-4290 ou visitez www.pfcanada.com (en anglais seulement) pour en savoir plus au sujet des services qu'il offre.

Saviez-vous que nous offrons des événements d'apprentissage sur ce genre de sujets partout au Canada? Trouvez un événement gratuit près de chez vous.