Ces agriculteurs qui ne prennent jamais leur retraite

Le passage de la ferme familiale d’une génération à la suivante est l’une de nos traditions agricoles les plus solides. Toutefois, aucun des enfants de Rob Dreger, ni leurs conjointes et conjoints, n’envisagent de reprendre cette ferme de 116 ans située dans la région de Lang, en Saskatchewan. Tous mènent une carrière et ont leurs propres champs d’intérêt, et M. Dreger, producteur de céréales et d’oléagineux âgé de 65 ans, accepte cette situation avec sérénité. Étant donné que la ferme, qui est sa passion et celle de son épouse Lois, génère un revenu confortable, et que tous deux sont en bonne santé, le couple envisage de pratiquer l’agriculture encore un certain temps.

Des milliers d’agriculteurs sont dans la même situation que Rob Dreger. Les Canadiens vivent plus vieux et en meilleure santé que jamais, dit Darrell Bricker de la société Ipsos Global Research de Toronto. La population du pays vieillit de façon marquée. En 1970, l’âge médian était de 26 ans, ce qui signifie que la moitié de la population était plus jeune et l’autre moitié plus âgée. Aujourd’hui, l’âge médian est de 41 ans dans la population en général et il atteint 56 ans dans la population agricole.

Réinventez votre retraite

Réenvisagez votre rôle dans l’exploitation une fois que vous avez décidé de prendre votre retraite. 

Les agriculteurs choisissent de prendre leur retraite pour toutes sortes de raisons. Certains perdent la flamme après avoir atteint les buts qu’ils s’étaient fixés. D’autres veulent s’adonner à de nouvelles activités, et d’autres encore y sont contraints en raison de problèmes de santé ou après avoir traversé une crise. Toutefois, pour certains producteurs, l’agriculture est un mode de vie irremplaçable.

« J’ai enseigné pendant 31 ans, et je pratique l’agriculture depuis 44 ans, confie M. Dreger. J’ai pris ma retraite de l’enseignement à l’âge de 52 ans. Après 30 ans, j’avais fait le tour; j’étais prêt à arrêter. Je ne peux toutefois pas en dire autant de l’agriculture pour l’instant. Je n’ai même pas encore planifié la vente de mon exploitation. Je veux continuer de pratiquer l’agriculture pendant un certain temps. »

« Je veux continuer de pratiquer l’agriculture pendant un certain temps. » Pourquoi certains agriculteurs plus âgés ne sont pas prêts à tout arrêter.

M. Dreger ne saurait expliquer facilement cette volonté de persévérer. Certes, l’agriculture le passionne toujours, mais il ajoute que certains changements récents à la structure fiscale des petites entreprises font qu’il est beaucoup plus attrayant de continuer à exploiter sa terre que de la louer.

Toutefois, il veut pratiquer l’agriculture comme bon lui semble avec une belle gamme d’équipements qui rend le travail aux champs agréable. M. Dreger attache de l’importance à sa qualité de vie, alors il n’hésite pas à embaucher un exploitant qui effectue la pulvérisation ou le transport du grain sur commande, ce qui lui laisse tout le loisir de passer du temps avec ses petits-enfants ou de voyager.

« Je veux continuer à participer activement à la gestion et à la commercialisation, et ce, pour une durée indéterminée, dit M. Dreger. Le jour viendra où ce sera terminé pour moi, mais je ne vendrai jamais ma terre. Elle continue de répondre à nos besoins financiers, à Lois et à moi, et elle représente un legs pour nos enfants et nos petits-enfants. Nous leur laisserons le soin de décider de son sort une fois que nous ne serons plus là. »

D’après un article de l’AgriSuccès (novembre 2018) par Lorne McClinton.


Facilitez le transfert de votre ferme

Trouvez des ressources et des outils pour chaque étape du processus de planification

Explorer les options