Taux variable ou taux fixe : quelle option choisir?

Les taux d’intérêt au Canada sont à la hausse pour la première fois en sept ans. En effet, la Banque du Canada a relevé son taux directeur de 25 points de base en janvier 2018, et ce après deux hausses successives de 25 points de base également depuis l’été (juillet et septembre 2017), pour le porter à 1,25 %. Au vu de cette augmentation, les producteurs se demandent si le moment est venu de bloquer un taux fixe pour au moins certains de leurs prêts.

« On nous demande constamment s’il est préférable d’opter pour un prêt à taux fixe ou pour un prêt à taux variable, dit Jean‑Philippe Gervais, vice‑président et économiste agricole en chef à Financement agricole Canada. Les taux d’intérêt variables sont avantageux pour les producteurs depuis de très nombreuses années parce que les graphiques à long terme indiquent que les taux d’intérêt sont à la baisse depuis 30 ans. Cependant, cette tendance de longue date ne garantit pas que les taux demeureront aussi bas indéfiniment. »

Pas de panique

Même si la Banque du Canada procède à d’autres hausses légères, les producteurs ne devraient pas s’alarmer, indique M. Gervais. Ce relèvement à 1,25 % ne fait que ramener les taux aux niveaux de 2015, avant que la Banque les abaisse pour aider l’économie à s’ajuster au ralentissement du secteur du pétrole et de l’énergie.

Demandez‑vous quelle incidence une hausse de taux aurait sur vos marges l’année prochaine, suggère M. Gervais. Votre fonds de roulement est‑il optimal dans l’hypothèse d’un resserrement de vos marges? Quelles répercussions cela aurait‑il sur votre rentabilité à long terme? Profitez de cette hausse pour examiner l’état de votre bilan.

La décision de passer à un prêt à taux fixe ou de conserver un taux variable dépend, en définitive, de votre tolérance au risque. Si vous êtes à l’aise dans la situation actuelle, vous n’avez aucune raison de bloquer un taux fixe. Toutefois, si vous êtes très endetté, vous en arriverez peut‑être à une conclusion différente.

Quel scénario vous met à l'aise?

« Personne ne sait à quel niveau se situeront les taux d’intérêt dans deux ans, souligne M. Gervais. Certains voudront éviter d’avoir à se soucier des taux d’intérêt en plus du risque de production, du risque de prix et de leurs autres préoccupations, et bloqueront leurs taux pour cinq ans. D’autres atténueront leur risque en négociant un taux fixe pour leur prochain prêt. Tout dépend de la zone de confort de chacun. »

Des hausses légères n’indiquent pas que la tendance baissière à long terme des taux d’intérêt est en train de s’inverser, insiste M. Gervais. Toutefois, cela offre aux producteurs une bonne occasion de rencontrer leur comptable ou leur conseiller financier pour discuter de l’incidence qu’une augmentation de 1 % ou de 2 % des coûts d’emprunt aurait sur leur exploitation.

D'après un article de l'AgriSuccès (janvier 2018) de Lorne McClinton.