Prévisions de la production canadienne

Aperçu

  • La production de blé canadien atteindra son plus faible niveau depuis 2012
  • La production canadienne et québécoise de soya fracasse tous les records
  • Cette année, il y aura légèrement plus de maïs-grain dans l’Est du Canada

Maintenant que l’été s’achève (bien qu’on ait l’impression qu’il n’a jamais commencé tellement il fait froid), Statistique Canada a dressé un premier bilan des cultures canadiennes. Sans surprise, les ensemencements tardifs dans l’Est du pays et le manque d’eau en juin-juillet dans les Prairies canadiennes auront affecté négativement les rendements. À l’exception des graines de tournesol, une baisse de rendement est anticipée comparativement à l’été dernier. Regardons en détail la production des trois principales cultures de l’Est du Canada, soit le blé, le maïs-grain et le soya.

Blé

Même si les superficies récoltées seront légèrement supérieures à celles de l’été 2016, tout juste sous la barre du neuf millions d’hectares, la production est très loin de ce qu’on a déjà connu. Au Canada, on note une baisse de rendement de 20 % comparativement aux records établis l’an dernier, c’est donc inévitable de connaître une chute de la production.

La production canadienne de soya a bondi de 45 % en seulement quatre ans

Particulièrement pour le blé dur dont la production a chuté de moitié. En regroupant tous les types de blé, la production est estimée à 25,5 millions de tonnes, comparativement à 31,7 millions l’an dernier.

Maïs-grain

Au Canada, la production de maïs-grain est estimée à 13,65 millions de tonnes, représentant une croissance de 3,4 % comparativement à l’an dernier. L’augmentation de la production provient de l’accroissement de la superficie avec 3,5 millions d’acres (+7,0 %), puisque le rendement moyen devrait être de 3,3 % plus faible que l’an dernier à 153,4 boisseaux/acre. Au Québec, les agriculteurs s’attendent à récolter 3,5 millions de tonnes, soit 6,6 % de moins que l’an dernier. Malgré une croissance de 5 % des superficies, le rendement a reculé d’environ 11 %. En Ontario, la production est estimée à 8,6 millions de tonnes, ce qui représente une hausse de 6,3 % comparativement à 2016. L’augmentation de la production ontarienne s’explique par une hausse de la superficie en acres de 4,2 % et du rendement de 2,0 % pour atteindre 161,6 boisseaux/acre. Dans l’Est du Canada, l’offre sera similaire à l’été dernier avec seulement 2 % de plus, représentant 280 000 tonnes.

Soya

Au Canada, les agriculteurs prévoient une récolte record à 7,74 millions de tonnes, en hausse de 20 % comparativement à l’an dernier. Ce n’est pas une surprise étant donné les superficies en acres records au printemps qui étaient en hausse de 35 % avec l’entrée de la Saskatchewan dans la production de la fève; cette province a triplé sa production cette année. La culture du soya ne cesse de gagner en popularité : la production canadienne a bondi de 45 % en seulement quatre ans! Au Québec, la production devrait atteindre également une quantité record à 1,15 million de tonnes, ce qui représente une progression de 10,6 %. En Ontario, la superficie récoltée devrait avoir augmenté de 13,3 % pour se chiffrer à 3,1 millions d’acres alors que le rendement sera plus faible que l’an dernier à 44,6 boisseaux/acre. Somme toute, la production de l’Ontario sera d’environ 3,7 millions de tonnes, ce qui est similaire à 2015.

Gabriel Joubert-Séguin est stratège de marché principal chez R.J. O’Brien & Associés Canada et conseille les entreprises agricoles sur la gestion du risque depuis 2011. Il détient une maîtrise en économie financière appliquée de HEC Montréal, en plus de détenir les désignations d’analyste financier agréé (CFA) et d’analyste agréé en investissements alternatifs (CAIA). Aussi, Gabriel est membre des économistes québécois.

Le contenu et les opinions exprimés dans ce commentaire sont uniquement ceux de l'auteur et ne sont pas nécessairement partagés par R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. Les données et les commentaires fournis ici sont à titre informatif seulement.

Il existe un risque important de perte de contrats à terme sur marchandises et d'options sur contrats à terme sur matières premières qui n'est pas approprié pour tous les investisseurs. R.J. O'Brien & Associés Canada Inc. est membre de l'Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM) et du Fonds canadien de protection des épargnants (FCPE).