Perspectives pour le soya de l’Est du Canada

Analyse du marché

Aperçu

  • On évalue que 25 % de la nouvelle récolte estimée est déjà commercialisée par les producteurs
  • G3 Canada vient de mettre son nouveau terminal en activité à Hamilton, ce qui créera plus de concurrence en Ontario
  • On ne peut pas espérer que les prix à Chicago reviennent aux niveaux de janvier-février pour les trois à six prochains mois

L’activité commerciale depuis le début de l’année est élevée. Surtout pour la nouvelle récolte. On évalue que 25 % de la récolte estimée de soya est déjà commercialisée par les producteurs. 

Cependant, les entreprises exportatrices semblaient être longues à cause de la demande européenne plus basse que la normale pour la période d’octobre à novembre. La marge de trituration est maigre surtout pour les quatre à six prochains mois. La projection pour l’ensemencement est bonne. On estime que la superficie ensemencée au Québec sera similaire à celle de 2016, mais celle de l’Ontario devrait être supérieure de 5 %.

La base USD livrée aux ports du Saint-Laurent est de 0,15 $/boisseau moins élevée que la moyenne, mais elle est trop élevée pour les ports des lacs comme celui d’Hamilton. Les raisons sont diverses. Notamment, G3 Canada vient de mettre son nouveau terminal en activité, ce qui créera plus de concurrence, et les producteurs de l’Ontario n’ont pas été aussi actifs que ceux du Québec. Les entreprises commerciales ontariennes sont en train de prendre des positions longues en raison de la « guerre des prix » attendue pour livrer au port d’Hamilton. On verra si ce sera le cas, mais pour l’instant, il n’y a pas de demande à l’exportation pour soutenir ce niveau des bases aux lacs.

On estime que la superficie ensemencée au Québec sera similaire à celle de 2016, mais celle de l’Ontario devrait être supérieure de 5 %.

Le contrat à terme à Chicago a commencé la baisse espérée depuis quelques mois. Les fonds d’investissement ont été vendeurs depuis la mi-février, causant une baisse
de 0,60 $/boisseau pour le contrat d’août. Le haut niveau d’exportations américaines à la Chine, causé par diverses raisons, avait maintenu le niveau de spéculation élevé au CBOT mais, en fin de compte, les raisons fondamentales ont pris le contrôle. La surproduction mondiale ne pouvait pas être ignorée pour toujours. La production brésilienne est un nouveau record tandis que la Chine commence à montrer des signaux de stocks élevés aux ports. On ne peut pas espérer que les prix à Chicago reviennent aux niveaux de janvier-février pour les trois à six prochains mois.

Gino Becerra :

Gino Becerra est directeur, commercialisation des grains pour la Division agricole de La Coop fédérée. Il est responsable des activités de négociation du soya au Canada et il supervise les activités de commercialisation en Ontario et dans l'Ouest du Canada. Il possède plus de 25 ans d'expérience dans le commerce des produits de base agricoles, et travaille depuis plus de 10 ans dans l'industrie canadienne des grains et de l'alimentation animale.

Clause de non‑responsabilité : Les vues et opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement la position officielle de La Coop fédérée, ni aucune de ses filiales.