De nouveaux articles établissent le lien entre la chaîne de valeur agroalimentaire et le développement rural

La prospérité du secteur agroalimentaire dépend de la solidité de la chaîne de valeur qui sert et englobe les producteurs primaires. Dans cet esprit, le Rural Ontario Institute a produit une série d’articles intitulée Rural Ontario Foresight Papers. Ces articles traitent de sujets qui illustrent les défis et les possibilités des régions rurales et du Nord de l’Ontario.

Rédigés par des experts, les articles portent sur les politiques adaptées au milieu, les répercussions des grandes tendances sur le développement rural, l’infrastructure large bande, la relève des entreprises en milieu rural, le bénévolat et l’économie touristique, qui repose sur l’intérêt des visiteurs suscité par les agréments de la campagne.

Les articles examinent les orientations que divers intervenants, les gouvernements ou les organismes sans but lucratif peuvent suivre pour favoriser le développement rural, à la lumière des tendances et des possibilités qu’entrevoient les auteurs. L’institut a choisi ces sujets en s’appuyant sur des consultations avec ses intervenants, notamment des agriculteurs.

Cadre de base pour les milieux ruraux

« Les agriculteurs ont besoin qu’un cadre de base soit mis en place pour que leurs enfants aient accès à des écoles, pour créer un bassin de main-d’œuvre et pour satisfaire à d’autres nécessités de la chaîne de valeur agroalimentaire », fait valoir Norman Ragetlie, directeur des politiques et de l’engagement des intervenants de l’institut.

Un article de David Freshwater, intitulé Growth Beyond Cities: Place-Based Rural Development Policy in Ontario, a capté l’attention de la Fédération de l’agriculture de l’Ontario (FAO).

Dans cet article, M. Freshwater souligne qu’en raison de la taille même et de la diversité du milieu rural de l’Ontario, la province doit composer avec diverses réalités rurales, et ce, de différentes manières, pour qu’une politique soit efficace.

Développement économique avantageux pour tous

Les politiques dites « universelles » ne fonctionnent plus, poursuit-il. En fait, il existe dans les régions rurales de l’Ontario des possibilités de développement économique concrètes qui pourraient avantager à la fois les habitants de ces régions et l’ensemble des Ontariens.

« Pour exploiter ces possibilités, nous devons établir un cadre stratégique qui favorise les initiatives de développement rural à l’échelle locale », plaide M. Freshwater. À cet égard, ajoute-t-il, l’Ontario se compare à d’autres pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques qui éprouvent des difficultés semblables à déterminer des politiques appropriées pour soutenir la croissance des régions rurales.

Dans un article sur l’infrastructure large bande, Catherine Middleton explique que les entreprises agricoles modernes ont besoin d’Internet haute vitesse au même titre que les entreprises des villes. Il en va de même des entreprises à la ferme, qui sont désavantagées en raison de la lenteur de la connexion Internet et de la couverture inégale. De la même façon, les producteurs qui adoptent des stratégies de production novatrices, comme l’agriculture de précision et le regroupement avancé de données, ont besoin d’une meilleure bande passante que celle dont ils disposent de façon générale.

Deux autres articles sont particulièrement pertinents pour les agriculteurs.

La nécessité d’un plan de relève pour les entreprises en milieu rural

Dans un de ces articles, intitulé Rural Business Succession: Innovation Opportunities to Revitalize Local Communities, l’auteur Paul Chamberlain fait état du nombre d’entreprises en milieu rural qui n’ont pas de plan de relève. Si elles cessent simplement leurs activités une fois que les propriétaires prennent leur retraite, ces entreprises laissent un vide dans les collectivités agricoles qui dépendent d’elles.

Dans l’article intitulé The Visitor Economy and Rural Cultural Amenities, l’auteur Christopher Fullerton souligne l’intérêt croissant que suscitent les expériences touristiques liées à l’agriculture dans les régions rurales, comme les routes de la gastronomie, les marchés de producteurs, les gîtes touristiques à la ferme et le tourisme culinaire. Ces activités prolifèrent et sont en train de devenir un phénomène culturel, mais nous devrons les soutenir et adopter des politiques pour qu’elles durent.

Le président de la FAO, Keith Currie, félicite les efforts déployés par l’institut pour présenter les enjeux agricoles sous cet angle. Il affirme que la fédération « salue la manière dont ces articles dépeignent l’importance de nos collectivités rurales ».

Les articles sont accessibles à l’adresse ruralontarioinstitute.ca/foresightpapers (en anglais seulement).

En conclusion

Des politiques vigoureuses de développement économique rural sont indispensables pour redynamiser les collectivités, mais nous ne pouvons plus compter sur des solutions toutes faites.

Article par : Owen Roberts