Encore du temps chaud et sec prévu dans les Prairies

Les conditions chaudes et sèches qui prévalent dans les Prairies devraient persister au cours des semaines et des mois qui viennent, prévoient des météorologues.

Les conditions chaudes et sèches qui prévalent dans les Prairies devraient perdurer encore un certain temps.

« Tout indique que le mois d’août sera plus chaud que la normale », dit Dave Phillips, climatologue principal d’Environnement Canada.

M. Phillips formule la même prévision pour septembre et octobre.

Environnement Canada prévoit aussi des conditions plus sèches que la normale à la grandeur des Prairies en août. Les modèles pour septembre et octobre sont incertains, mais M. Phillips pense que les conditions pourraient demeurer sèches.

Brett Soderholm, météorologue du Weather Network (le pendant anglophone de MétéoMédia) prévoit aussi que le temps sec persistera au moins jusqu’à la mi-août, voire jusque dans la deuxième moitié du mois.

« Des conditions encore plus sèches sont attendues dans l’ensemble de la région, les températures seront saisonnières ou légèrement supérieures à la normale, et pour cette raison, il est encore plus probable que les conditions de sécheresse persistent », explique M. Soderholm.

Régions desséchées

Cette année, les zones qui sont aux prises avec les conditions de croissance les plus sèches dans les Prairies se trouvent dans le Sud de l’Alberta et de la Saskatchewan.

En Alberta, les régions les plus arides en 2018 s’étendent de Lethbridge à Medicine Hat, dit M. Phillips. Il souligne que certaines régions ont reçu des précipitations correspondant à moins de 40 % de la normale au cours des 60 derniers jours.

« Toute la zone allant de Calgary jusqu’à la frontière avec les États-Unis, au sud, et jusqu’à Medicine Hat, au nord-est, est l’une des zones les plus sèches en Alberta », ajoute M. Soderholm.

Certaines parties de la Saskatchewan figurent aussi parmi les régions les plus chaudes des Prairies.

« La région qui s’étend de Maple Creek à Swift Current en passant par Rosetown et les Battlefords a reçu des précipitations qui correspondent environ à 50 % de la normale », dit M. Phillips.

M. Soderholm ajoute que la zone comprise entre Swift Current et Kindersley, au nord, et la région de Val Marie-Cypress Hills, au sud, est « l’une des zones les plus sèches dans les Prairies à l’heure actuelle ».

Régions plus humides

De façon générale, le manque de précipitations n’est pas un problème pour la ceinture agricole du Nord, ni pour le Sud-Est de la Saskatchewan et le Sud-Ouest du Manitoba, souligne M. Phillips.

Cependant, ces précipitations n’ont pas toutes été bénéfiques. En effet, M. Soderholm précise que certaines régions situées au nord de Jasper, en Alberta, ont reçu de la grêle et des pluies abondantes. La grêle a aussi touché certaines régions situées plus au sud, entre Jasper et Calgary, ajoute-t-il.

Par comparaison, le Manitoba s’en tire bien grâce à des précipitations qui correspondent aux deux tiers ou aux trois quarts des précipitations normales, dit M. Phillips.

« Il s’agit d’une nette amélioration par rapport aux périodes records de temps sec enregistrées entre l’automne dernier et le milieu du printemps », dit-il.

En conclusion

Tandis que les Prairies sont aux prises avec du temps sec, le Manitoba fait figure d’exception, mais les conditions desséchées qui touchent les parties les plus arides et les plus chaudes de l’Alberta et de la Saskatchewan ne semblent pas près de s’atténuer.

Article par : Richard Kamchen