Les stocks de grains canadiens

Fréderic Hamel-Analyse du marché

Aperçu

  • Les stocks de blé canadien sont en baisse de 23,8 % par rapport à l'an dernier
  • Les stocks sont encore élevés au pays alors que les producteurs et les élévateurs détenaient plus de 7,8 millions de tonnes en mars dernier

Stocks de grains canadiens

Deux semaines après la publication de Statistique Canada sur les stocks de grains détenus au Canada, il est pertinent de relater et d'exposer certains faits qui peuvent représenter des occasions pour des producteurs de l'Est canadien. Il est possible de profiter d'une baisse ou d'une hausse des stocks pour négocier des bases intéressantes sur certains produits. 

Blé canadien

Statistique Canada révélait qu'au 31 mars 2016, les stocks de blé canadien atteignaient moins de 13,8 millions de tonnes, en baisse de 23,8 % par rapport au 31 mars 2015. Il faut se rappeler que la production totale de blé en 2015‑2016 représentait 27,6 millions de tonnes métriques, soit la plus basse production des cinq dernières années.

Compte tenu de la sécheresse qui sévit dans les Prairies en ce début 2016, il serait surprenant que les rendements et les ensemencements soient élevés en 2016-2017.

Compte tenu de la sécheresse qui sévit dans les Prairies en ce début 2016, il serait surprenant que les rendements et les ensemencements soient élevés en 2016‑2017. Les producteurs de céréales de l'Est canadien pourraient en profiter pour établir des relations commerciales avec les acheteurs de l'Est du pays et maximiser leurs cultures de blé afin de profiter de débouchés éventuels. À ce sujet, Statistique Canada indiquait que les intentions d'ensemencement étaient en baisse de 1,1 % dans son rapport publié en avril dernier. Il est intéressant de constater une tendance forte au Québec alors que les producteurs devraient ensemencer près de 100 000 hectares de blé, ce qui représente plus du double d'il y a cinq ans.

Maïs

Contrairement au blé, les stocks de maïs ont augmenté de plus de 23,6 % en 2015‑2016 par rapport à la même période en 2014‑2015. La production a crû de plus de 18 % en 2015, ce qui explique probablement ces hausses de stocks. Au 31 mars, les producteurs et les acheteurs de grains possédaient 7,8 millions de tonnes. Au Québec, les stocks ont atteint le niveau record de 2005, les producteurs détenant encore plus de 2 millions de tonnes. Statistique Canada révélait que les producteurs de l'Ontario et du Québec avaient l'intention de semer respectivement 4,6 % et 4,1 % plus de maïs ce printemps. En fait, à l'échelle canadienne, les producteurs déclaraient vouloir semer 6,2 % plus de maïs en 2016.

Soja

Les producteurs ont aussi obtenu une récolte impressionnante en 2015. Presque toutes les provinces canadiennes productrices de soja ont augmenté leurs rendements. Au total, les provinces canadiennes ont cultivé 3,1 % plus de soja par rapport à 2014. La production a atteint 6,2 millions de tonnes, et ce, malgré une diminution des terres consacrées à cette culture. Par contre, malgré la bonne tenue de la production, on note une baisse des stocks au 31 mars, date à laquelle les stocks totaux s'établissaient à 1,8 million de tonnes métriques. En avril dernier, le rapport sur les intentions d'ensemencement laissait entrevoir une hausse très modeste (0,6 %) des semis de soja au Québec.

Avoine et orge

Les agriculteurs ont déclaré avoir récolté 15,5 % plus d'orge en 2015 par rapport à 2014. La production a atteint un niveau de 8,2 millions de tonnes. Les stocks demeurent élevés à 3,8 millions de tonnes, en hausse de 12,1 %. À l'échelle nationale, la production d'avoine a atteint 3,4 millions de tonnes, en hausse de 15,1 %, en 2015. Un accroissement des superficies récoltées et de meilleurs rendements ont permis aux producteurs de rétablir le niveau de production à la moyenne des cinq dernières années. En date du 31 mars 2016, les stocks d'orge étaient supérieurs de 9,3 % à ceux du 31 mars 2015, atteignant 1,8 million de tonnes. Les producteurs canadiens devraient semer plus d'orge (3,8 %), alors que les intentions d'ensemencement en avoine indiquent une diminution de 10,9 % en 2016. Au Québec, les superficies destinées à l'avoine sont en baisse de 14 000 hectares. Les superficies d'orge devraient demeurer stables à 49 000 hectares.

Saviez-vous que nous offrons des événements d'apprentissage sur ce genre de sujets partout au Canada? Trouvez un événement près de chez vous.