Les marchés de grains sous pression atteignent de nouveaux creux

Mike Jubinville

Aperçu

  • Deux facteurs ont influencé les échanges commerciaux cette semaine : le volume et l'ampleur des productions de maïs et de soja des États-Unis pour 2014, et la fermeture des comptes de la campagne de commercialisation des grains de 2013-2014.
  • Cette année, au dire de tous, les États-Unis enregistreront les productions de maïs et de soja les plus abondantes de leur histoire.
  • Comme les prix au comptant du maïs s'établissent à moins de 3,00 $ le boisseau dans certaines parties des États-Unis, les producteurs sont peu enclins à vendre, à moins d'avoir des besoins de trésorerie imminents ou de manquer d'espace d'entreposage.

« Les récoltes abondantes ne cessent de grossir. » Il s'agit de l'idée prédominante qui a eu des répercussions sur les marchés des céréales et des oléagineux des États-Unis tout au long de l'été et en ce début de la période de la récolte.

Sous l'effet des tendances qui se sont développées sur le marché gigantesque au sud de la frontière, les marchés de grains du Canada ont, eux aussi, subi des pressions similaires.

Deux facteurs ont influencé les échanges commerciaux cette semaine : le volume et l'ampleur des productions de maïs et de soja de 2014 des États-Unis et la fermeture des comptes de la campagne de commercialisation des grains de 2013-2014.

Cette année, au dire de tous, les États-Unis enregistreront les productions de maïs et de soja les plus abondantes de leur histoire, ce qui exercera une tension sur les capacités d'entreposage et de transport du grain au sud de la frontière au cours de la prochaine année.

En raison des rendements massifs prévus aux États-Unis pour les récoltes de maïs et de soja 2014, les marchés à terme tendent déjà vers des creux pluriannuels.

Ce n'est toutefois pas une primeur. En effet, le marché a entretenu ce sentiment tout l'été, ce qui s'est déjà traduit par une baisse des prix des contrats à terme à échéance rapprochée de Chicago pour le maïs et le soja, qui se situent respectivement à près de 3,00 $ et de 9,00 $ le boisseau.

La fermeture des comptes de la campagne de commercialisation des grains de 2013-2014 a eu lieu le mardi 30 septembre, date de la publication du rapport sur les stocks trimestriels de céréales et du compte rendu des petites céréales du département de l'Agriculture des États-Unis (USDA).

Les données contenues dans ces rapports ont eu un effet légèrement négatif sur les marchés du maïs et du blé. Entre autres, les stocks reportés de la campagne précédente étaient légèrement supérieurs aux attentes, et les marchés entretenaient un certain optimisme à l'égard du soja étant donné que les stocks de report de la récolte précédente aux États-Unis étaient plus restreints que jamais auparavant.

Les stocks de soja aux États-Unis à la fin de l'année commerciale 2013-2014 (1er septembre) s'établissaient à 92 millions de boisseaux, ce qui était inférieur aux estimations moyennes du marché, qui étaient de 130 millions de boisseaux. En fait, c'est la première fois, dans mon souvenir, que les stocks finaux de soja aux États-Unis sont inférieurs à 100 millions de boisseaux.

Ce facteur aurait dû avoir un effet haussier sur le marché du soja. Mais malgré le niveau extrêmement restreint des stocks de report de la récolte précédente au début de la nouvelle campagne de vente, la réaction du marché demeure atone et baissière. L'attention des négociants est fermement axée sur la récolte record de soja de 2014 qui est en cours et qui permettra de reconstituer rapidement les réserves globales d'oléagineux des États-Unis.

Dans le cas du maïs, les stocks en fin de campagne (au 1er septembre) s'établissaient à 1,24 milliard de boisseaux, ce qui était supérieur d'environ 50 millions de boisseaux aux estimations moyennes du marché.

Ce résultat est une déception pour le marché, qui croyait de façon générale que le volume utilisé de maïs de la récolte précédente était plus élevé que ce qu'indiquent ces chiffres.

De façon globale, ces rapports ont eu un effet négatif sur les prix à terme du maïs et du blé et une incidence variant de neutre à légèrement positive sur les prix du soja du point de vue de la récolte précédente.

À partir de maintenant, le marché continuera d'évaluer la mesure dans laquelle les récoltes de maïs et de soja de 2014 seront abondantes. Les stocks de soja de la récolte précédente aux États-Unis ont à peine comblé les besoins de la dernière année, mais à présent, les nouvelles cultures sont en train d'être récoltées.

Comme les prix au comptant du maïs dans le Haut-Midwest et dans les Plaines du nord des États-Unis se situent maintenant à moins de 3,00 $ le boisseau en moyenne (et encore plus bas dans certaines régions), les producteurs ont très peu d'intérêt à vendre. Mis à part les ventes des producteurs qui ont besoin de combler des besoins de trésorerie immédiats ou qui manquent d'espace d'entreposage, nous ne nous attendons pas à beaucoup de transactions.

En résumé
La taille même des récoltes 2014 de maïs et de soja des États-Unis, qui sont en cours, a atténué les répercussions du rapport de jeudi de l'USDA sur les stocks trimestriels de céréales.

En raison des rendements massifs prévus aux États-Unis pour les récoltes de maïs et de soja de 2014, les marchés à terme tendent déjà vers des creux pluriannuels. De façon générale, une remontée des prix sur les marchés de grains est à prévoir après l'effondrement long et très marqué des derniers mois. Toutefois, le contexte global n'est que peu propice à une remontée soutenue, du moins, à l'heure actuelle.

Malheureusement, aucun signe n'indique clairement l'atteinte de niveaux planchers sur les marchés des céréales et des oléagineux, et ce, malgré des conditions de survente majeure, à mon avis. Je soupçonne toutefois qu'à un moment donné, un regard rétrospectif nous permettra d'affirmer que la récolte 2014 était la période de l'année commerciale où les prix étaient au plus bas.

Mike Jubinville de Pro Farmer Canada offre de l'information sur les marchés des produits et les stratégies de marketing. Téléphoner au 2046544290 ou se rendre à l'adresse www.pfcanada.com (en anglais seulement) pour en savoir plus au sujet des services qu'il offre.