L’an un de l’ère Trump : et puis après?

Il y a un an, un nom était sur toutes les lèvres et devinez quoi? Le même nom continue de dominer les conversations encore aujourd’hui. Donald Trump s’avère en effet un président atypique et tout le monde tente d’apprivoiser ce dirigeant qui mène son pays à coups de tweets.

Si au début de l’année 2017 on s’inquiétait des visées protectionnistes, ces craintes se sont concrétisées avec le retrait des États-Unis du traité de partenariat transpacifique et la renégociation de l’ALENA.

Malgré les critiques virulentes de Trump contre « le pire traité jamais signé par les États-Unis », l’ALENA est encore en vigueur et fait l’objet de discussions.

Sur ce dernier point, et malgré les critiques virulentes de Trump contre « le pire traité jamais signé par les États-Unis », l’ALENA est encore en vigueur et fait l’objet de discussions. Les représentants des trois pays se trouvent d’ailleurs à Montréal jusqu’au 29 janvier pour cette raison et une ronde de négociations est prévue au Mexique en février. Bien que le président américain ait soufflé le chaud et le froid au sujet du traité depuis un an, il semble hésitant à mettre ses menaces à exécution. Le lobby agricole américain se manifeste régulièrement et peut compter sur l’appui de sénateurs républicains issus d’États agricoles pour faire entendre leur voix à Washington. Le Canada s’est aussi organisé et a envoyé régulièrement des représentants auprès des élus américains. 

Négociations en cours

L’issue des négociations demeure toutefois incertaine. Les enjeux sont en effet de taille puisque les exportations agricoles vers les États-Unis sont importantes, que ce soit pour des denrées animales ou végétales. Le dollar canadien a d’ailleurs perdu des plumes à la suite de cette rumeur. Les États-Unis ont également beaucoup à perdre, comme l’a fait valoir le secteur des affaires américain.

Selon les observateurs politiques, Trump évaluera probablement ses choix selon le scénario qui le servira le mieux auprès de sa base. Les élections de mi-mandat auront aussi un impact, mais lequel? C’est encore à voir.

L’économie des États-Unis

Sur les autres plans, le bilan économique de Trump est plutôt bon : une économie qui roule à un bon rythme, un taux d’emploi tout à fait respectable et un dollar qui se maintient dans le haut de la fourchette. La dernière réforme fiscale américaine a donné du tonus aux marchés financiers et le Dow Jones a dépassé la barre des 26 000 points. Un voisin en santé est une bonne nouvelle pour le Canada et pour les échanges commerciaux de part et d’autre de la frontière.

En conclusion

Un an plus tôt, l’incertitude économique était le sujet dominant avec l’élection de Donald Trump. Il semble que les principaux acteurs, autant économiques que politiques se sont ajustés depuis, malgré que les revirements de situations demeurent nombreux. C’est d’ailleurs le cas pour l’ALENA et bien malin qui pourrait prédire l’issue des négociations. Si certaines voix sont plutôt pessimistes, d’autres font valoir que la première version a pris des années avant d’être entérinée. Mais ce qui est certain, c’est que le président Trump continuera d’alimenter les discussions au cours des prochains mois.


Journaliste depuis plus d’une vingtaine d’années, Céline Normandin s’est spécialisée en finance et en économie. Elle collabore depuis plusieurs années à de nombreuses publications agricoles québécoises à titre de journaliste à la pige.