Assurez l’avenir de votre ferme même en cas d’invalidité

Keep your farm working even if you can't work

Aperçu

  • Une police d'assurance-invalidité peut remplacer jusqu'à 85 % de vos gains
  • Une assurance frais généraux d'entreprise en cas d'invalidité garantit que la société aura la capacité de payer ses factures
  • Une assurance-prêt aux entreprises en cas d'invalidité offre une protection supplémentaire
  • L'assurance contre les maladies graves offre un paiement forfaitaire pour couvrir vos besoins

Qu’arriverait-il à votre exploitation agricole si vous deveniez invalide par suite d’une blessure ou d’une maladie? Selon l’Ombudsman des assurances de personnes du Canada, une personne sur trois, en moyenne, sera atteinte d’invalidité pendant 90 jours ou plus au moins une fois avant l’âge de 65 ans.

« Si vous avez les moyens de prendre votre retraite et que vous travaillez par pur plaisir, vous n’avez peut-être pas besoin d’une assurance invalidité », affirme Bill Allen, planificateur financier agréé de Sun Life à Regina, en Saskatchewan. « Vous pourriez simplement louer votre terre et vous n’auriez aucun problème d’argent. »

Une personne sur trois, en moyenne, sera atteinte d’invalidité pendant 90 jours ou plus.

Une police personnelle d’assurance-invalidité peut remplacer jusqu’à 85 % de vos gains provenant de toutes sources. De façon générale, ces gains sont calculés sur la base du revenu imposable déclaré. Comme cette méthode ne fonctionne pas toujours bien pour les agriculteurs, certaines compagnies d’assurance ont commencé à tenir compte d’une partie du revenu reportée par les producteurs grâce aux déductions pour amortissement.

Les sociétés d’exploitation agricole ont d’autres moyens de se protéger dans l’éventualité où un actionnaire qui détient une participation d’au moins 25 % dans l’entreprise serait trop gravement malade ou blessé pour exercer ses fonctions habituelles, dit M. Allen. Par exemple, l’assurance frais généraux d’entreprise en cas d’invalidité garantit que la société aura toujours la capacité de payer ses factures. Elle couvre les salaires de certains employés, le loyer foncier, les services publics, la location d’équipement, les paiements de prêts et l’intérêt sur une marge de crédit. Les primes peuvent être déductibles d’impôt à titre de dépense d’entreprise.

Vous pouvez aussi vous munir d’une protection supplémentaire en souscrivant une assurance-prêt aux entreprises en cas d’invalidité si vous avez exploité au maximum votre assurance frais généraux d’entreprise, ajoute M. Allen. Ce type de police couvre les paiements de prêts, mais pas le remboursement des marges de crédit, jusqu’à concurrence du montant assuré.

« Les primes varient selon la qualité de la protection, souligne M. Allen. Par exemple, la définition d’invalidité, la durée des versements et le délai de carence sont trois facteurs qui influencent [les primes]. De plus, comme les primes sont fondées sur le risque, elles sont plus élevées pour les personnes âgées. »

L’assurance contre les maladies graves est une autre possibilité, poursuit M. Allen. Elle offre un paiement forfaitaire que vous pouvez utiliser pour couvrir vos besoins en cas de diagnostic d’Alzheimer, de cancer, de maladie cardiaque, de Parkinson, d’accident vasculaire cérébral ou de toute autre affection couverte. Vous pourriez aussi l’utiliser pour financer intégralement ou en partie les conventions de rachat et ainsi faciliter le rachat par votre société des actions d’un associé malade ou blessé.

Différents produits d’assurance s’offrent aux exploitations agricoles, et le choix du produit dépend de la taille et de la structure du capital social de l’entreprise. Il est judicieux de consulter des professionnels de l’industrie. Pour en savoir plus, consultez l'article Assurance : de quelle protection avez-vous vraiment besoin?

Vous avez tout investi dans votre entreprise et de nombreuses personnes dépendent de sa réussite. Mais il arrive parfois qu'un accident se produise ou qu’un décès survienne prématurément, ce qui peut compromettre votre entreprise et exposer vos êtres chers à des soucis financiers si vous n’êtes pas protégé par une assurance-prêt. Cette protection souple et pratique est la meilleure façon d’avoir l’esprit en paix.

D'après un article de l'AgriSuccès (juin 2017) de Lorne McClinton