Votre comptable et votre conseiller juridique sont de fidèles alliés

La plupart d’entre nous aiment rendre visite à d’autres agriculteurs pour comparer nos activités. C’est un excellent moyen d’en apprendre sur les nouveaux produits et les nouvelles pratiques, les possibilités de commercialisation et les pièges éventuels.

Durant ce genre de conversation, je suis parfois étonné d’entendre les conseils en matière de comptabilité et d’affaires que certains producteurs reçoivent ou ne reçoivent pas.

Je suis stupéfait du nombre d’exploitations agricoles qui possèdent des éléments d’actif considérables et génèrent des ventes importantes, sans pourtant être constituées en société par actions, ou n’envisagent même pas cette option. La constitution en société par actions comporte des avantages et des inconvénients, mais certains producteurs prêtent une importance démesurée aux aspects négatifs et à ce que certains comptables ou conseillers aux entreprises leur ont dit jadis.

Je m’étonne aussi du nombre de couples de propriétaires-exploitants qui n’ont pas pris toutes les dispositions nécessaires pour doubler leur exonération cumulative des gains en capital. Par exemple, dans le cas d’une terre qui n’est pas détenue par la société d’exploitation agricole, le titre foncier est-il aux deux noms?

Plusieurs d’entre nous, comme moi, ne comprennent pas parfaitement les dispositions relatives au transfert des terres agricoles, la détermination du prix de base rajusté des terres agricoles et la façon dont les règles diffèrent selon que la ferme est une entreprise à propriétaire unique, une société de personnes ou une société par actions.

Cependant, j’en sais assez pour solliciter des conseils judicieux et poser beaucoup de questions. La somme que nous consacrons pour obtenir des avis comptables et juridiques professionnels est un investissement extraordinaire. Je paie volontiers ma juste part d’impôt, mais je vais certainement utiliser tous les outils possibles pour réduire mon fardeau fiscal.

Les règles fiscales sont compliquées et évoluent constamment, chaque ferme étant unique, et différents professionnels peuvent donner des conseils quelque peu contradictoires.

Assurez-vous d’obtenir des conseils judicieux en fonction de vos objectifs et qui tiennent compte de la dynamique en évolution de votre ferme. Pour ce faire, rencontrez régulièrement votre comptable et peut-être même votre avocat ou votre notaire. Mais tâchez aussi d’effectuer vos propres recherches pour pouvoir poser des questions pertinentes.

D’après un article de l’AgriSuccès (juin 2018) de Kevin Hursh.