Comprendre les avantages qu’offre la chaîne de blocs aux agriculteurs

Les exigences en matière de traçabilité et de transparence de la part des détaillants et des consommateurs sont à l’origine de l’adoption de la chaîne de blocs en agriculture, et les agriculteurs pourraient en tirer parti.

La chaîne de blocs est d’abord et avant tout associée au Bitcoin, dont elle constitue le registre des transactions, mais elle possède de nombreuses autres applications en dehors des cryptomonnaies.

En termes simples, la chaîne de blocs est un grand livre comptable virtuel partagé qui ne peut être falsifié.

Et elle est en train de s’implanter en agriculture.

Une technologie convoitée par les acteurs internationaux

Il y a un mois, Louis Dreyfus a écrit une page d’histoire dans le domaine du commerce des produits agricoles en appliquant la chaîne de blocs à une cargaison de soja entre les États-Unis et la Chine.

L’été dernier, d’importants acteurs du secteur de l’alimentation, dont Kroger, Nestlé, Tyson Foods, Unilever et Walmart, ont annoncé qu’ils collaboreront avec IBM pour cibler des secteurs susceptibles de tirer parti de la chaîne de blocs.

« Que ce soit pour une question de salubrité alimentaire ou de fraude alimentaire, il est possible de retracer des produits beaucoup plus rapidement grâce à la technologie de la chaîne de blocs parce que tout est très transparent, toutes les données sont accessibles en temps réel », explique Sylvain Charlebois, doyen de la Faculté de gestion et professeur à la Faculté d’agriculture de l’Université Dalhousie.

Walmart a déjà testé la chaîne de blocs pour suivre le parcours de denrées alimentaires dans la chaîne d’approvisionnement, notamment celui des porcs en Chine et celui des mangues aux États-Unis, jusqu’aux tablettes de ses magasins. Dans le cas des mangues, l’entreprise a pu retracer la ferme d’origine en deux secondes plutôt qu’en quelques semaines.

« À mon avis, cette pratique va devenir la norme pour fournir l’assurance de la qualité et de la salubrité des produits alimentaires », affirme Malcolm Campbell, professeur et vice-président de la recherche à l’Université de Guelph.

Avantages pour les participants

Quiconque dans la chaîne d’approvisionnement résistera à cette tendance risque d’être laissé pour compte.

« Je pense que les détaillants vont exercer de la pression et que certains pays vont même exiger que les chaînes d’approvisionnement soient validées par la chaîne de blocs sous peine de mettre fin à leurs importations », avance M. Campbell.

Les consommateurs seront nécessairement avantagés parce que la chaîne de blocs oblige tous les intervenants à être transparents, et de plus en plus, ce sont les consommateurs qui provoquent le changement, dit M. Charlebois.

« Ainsi, à un moment donné, que ce soit sous l’influence de la chaîne de blocs ou d’une autre technologie, la chaîne d’approvisionnement devra être plus transparente parce que les clients s’attendent à du changement », dit-il.

Avantage pour les agriculteurs

« À n’en pas douter, la chaîne de blocs avantagera les producteurs parce qu’elle pourrait contribuer à garantir l’intégrité des produits alimentaires ou des produits de base, dit M. Charlebois. Elle permet aux détaillants de fournir des garanties solides quant à la provenance des aliments. »

« Le Canada est déjà réputé à l’échelle mondiale pour la fiabilité, la salubrité et le caractère durable des aliments qu’il produit, souligne M. Campbell. L’adoption de la chaîne de blocs nous offre un moyen de vérifier ou de certifier que nos aliments satisfont aux normes que les consommateurs associent aujourd’hui aux produits alimentaires canadiens. »

Données automatisées

Parallèlement à l’adoption de la chaîne de blocs, la collecte de données automatisées est appelée à s’accentuer, prévoit M. Campbell. Par exemple, les moissonneuses-batteuses, les drones et les robots de traite pourraient transmettre des données en temps réel au grand livre comptable que représente la chaîne de blocs.

« Cela neutralise le risque d’erreur lié à la consignation manuelle des données. »

En conclusion

Les agriculteurs et les consommateurs pourraient tirer de grands avantages de l’adoption de la chaîne de blocs à l’échelle du secteur agricole, dans la mesure où cette technologie garantit que les aliments satisfont aux normes élevées qu’exigent les consommateurs.

Article par : Richard Kamchen