Le temps chaud enregistré en septembre a été salutaire pour les cultures en Ontario

La vague de chaleur qui a déferlé sur l’Ontario au début de l’automne a aidé les cultures semées tardivement à parvenir à maturité.

La période de temps chaud enregistrée en septembre, au cours de laquelle le mercure a dépassé 30 °C pendant plusieurs jours, a été particulièrement bénéfique pour les cultures de maïs semées tardivement, indique Dale Cowan, agronome principal des coopératives AGRIS et Wanstead, dans le Sud de l’Ontario.

La chaleur a contribué à accélérer le mûrissement et le séchage du maïs semé tôt, et elle n’a pas eu d’incidence sur le soja, « à l’exception du soja semé tardivement », dit‑il.

Début de la récolte du soja

M. Cowan indique que la récolte du soja est déjà commencée dans le Sud‑Ouest, mais que la récolte du maïs n’a pas encore débuté.

« Les fèves sèchent, mais les tiges sont vertes, ce qui ralentit quelque peu la progression », explique‑t‑il.

M. Cowan, qui fait carrière en agriculture depuis plus de 40 ans, affirme que le printemps frais et humide enregistré en Ontario était un printemps assez normal comparativement à ceux des cinq à huit dernières années, « où nous avons eu des printemps hâtifs et des automnes précoces ».

Cette année, la période d’ensemencement a été tardive si l’on compare à celles des trois à quatre dernières années », dit‑il.

Chaleur salvatrice

Mark Wales, producteur de légumes et de cultures commerciales du comté d’Elgin, indique que la chaleur enregistrée en septembre a sauvé les cultures de maïs et de soja à l’échelle de la province, une grande partie des cultures ayant été semées tardivement. « Nous avions besoin d’un mois de septembre ensoleillé et chaud, et c’est ce que nous avons eu. »

Étant donné le séchage « assez précoce » du maïs et du soja, M. Wales prévoit que la récolte du maïs commencera plus tôt que la normale, ce qui pourrait signifier des conditions météorologiques plus favorables durant la récolte.

Il qualifie la saison de croissance de « frustrante ».

« Il n’y a plus de normale », déplore M. Wales.

Les producteurs ont été confrontés à un éventail de conditions météorologiques. Après la fraîcheur et l’humidité qui ont prévalu pendant une bonne partie de l’été, en particulier dans l’Est de l’Ontario, « la chaleur a fini par arriver en septembre », souligne-t-il.

Récolte de pommes moins abondante

Le président de l’association Ontario Apple Growers, Charles Stevens, indique que les températures chaudes enregistrées cet automne n’ont aucune incidence sur la récolte de pommes.

La taille de la récolte est inférieure de 20 % à celle de l’année dernière en raison de la sécheresse de 2016. Par contre, les pommes sont plus grosses et plus juteuses cette année, et elles sont plus colorées.

En conclusion

La longue période de chaleur enregistrée en septembre a été salutaire pour les cultures de maïs et de soja semées tardivement en Ontario.

Article par : Susan Mann