La manipulation du grain représente un danger toute l'année

entreposage à grain

Aperçu

  • Malgré les dispositifs et les précautions pour prévenir les décès liés à la manipulation du grain, ceux-ci figurent fréquemment parmi les causes de décès agricoles
  • La capacité de reconnaître le danger constitue la première étape de la prévention
  • Utilisez le matériel de sécurité adapté aux différents modèles de cellules à grains

C’est l’une des pires situations auxquelles les services de pompiers volontaires des régions rurales sont confrontés : un producteur agricole est coincé dans une cellule à grains. Malgré la présence de dispositifs qui créent une barrière protectrice pour la personne prise au piège et la possibilité d’entailler les cellules pour en évacuer le grain, ces accidents ont souvent une issue tragique.

C’est tout simplement le temps qui manque.

La sécurité relative aux cellules à grains est une question que Peter Gredig, céréaliculteur de St. Thomas, en Ontario, et chroniqueur de cette publication, ne connaît que trop bien.

« Un bon ami, voisin et leader de la collectivité a perdu la vie en mars dernier après être entré dans une cellule à maïs en plein déchargement. C’était pourtant l’un des producteurs les plus soucieux de la sécurité que j’aie jamais connus. Père de quatre enfants, son décès a été une dure épreuve pour sa famille et pour la collectivité », confie M. Gredig.

Malgré les améliorations apportées à la sécurité de l’entreposage du grain, qu’il s’agisse de l’aménagement ou des équipements, ou encore de la formation et des techniques de sauvetage, le coincement et l’ensevelissement dans les cellules à grains demeurent des causes importantes de décès évitables dans les exploitations agricoles

« Quiconque travaille en contact avec des cultures entreposées à la ferme est conscient des dangers du grain qui s’écoule. Pourtant, il y a encore des gens qui meurent parce que nous ne voulons pas faire attendre les camionneurs ou que nous sous-estimons le risque lié au fait d’entrer dans une cellule à grains dans certaines situations. Il faut que ça cesse. »

D’après les données les plus récentes du programme Surveillance des blessures dans le secteur agricole au Canada, 40 des quelque 1 000 décès liés au travail agricole recensés au Canada entre 1990 et 2000 se sont produits dans des silos et des cellules à grains.

Malgré les améliorations apportées à la sécurité de l’entreposage du grain, qu’il s’agisse de l’aménagement ou des équipements, ou encore de la formation et des techniques de sauvetage, le coincement et l’ensevelissement dans les cellules à grains demeurent des causes importantes de décès évitables dans les exploitations agricoles.

En fait, le danger semble être grandissant.

« Les volumes de grains manipulés aujourd’hui sont énormes (et) les cellules sont de plus en plus grandes », indique Glen Blahey, spécialiste en santé et sécurité de l’Association canadienne de sécurité agricole (ACSA).

Que ce soit dans du maïs, du blé, du canola ou du soja, M. Blahey indique qu’il y a trois situations courantes où un producteur peut se trouver coincé : lorsqu’il entre dans une cellule pendant son déchargement, lorsqu’il passe sur une surface apparemment stable qui est en fait un « pont de grain » fragile et qui s’effondre sous le poids du travailleur, et lorsque s’effondre le grain qui s’est agglutiné sur les parois de la cellule.

Ces trois situations, souligne-t-il, peuvent entraîner la mort en l’espace de quelques minutes, voire quelques secondes.

« Il n’y a pas grand-chose qu’on peut faire pour résister à l’effet de succion du grain qui s’écoule, dit M. Blahey. Une fois qu’on est aspiré, le résultat est habituellement fatal. »

Selon les recommandations de M. Blahey, en plus d’utiliser du matériel de sécurité comme des harnais et des câbles, qui sont maintenant offerts avec de nombreux modèles de cellules à grains, les producteurs devraient mettre en œuvre et faire respecter des politiques et des pratiques de prévention dans leurs fermes pour aider à éviter les catastrophes.

Entre autres, ne laissez jamais personne entrer ou circuler seule dans une cellule tandis que des vis à grains fonctionnent, et ne laissez jamais entrer dans les cellules des personnes inexpérimentées ou inconscientes du danger.

« De façon générale, les gens considèrent le grain comme une substance inoffensive », fait remarquer M. Blahey. En vérité, il représente un danger potentiel qui doit être pris en compte. »

D'après un article de l'AgriSuccès (novembre-décembre) de Mark Cardwell.