Les périodes fastes augmentent le besoin de financement

Good times increase the need for financing

Aperçu

  • Une augmentation du financement sera de plus en plus nécessaire parce que les profits réalisés par de nombreux producteurs sont élevés depuis un certain temps
  • La valeur des terres agricoles a connu une hausse marquée dans la majorité des régions du pays, ce qui fait grimper la valeur nette des fermes
  • les producteurs qui partent à la retraite cèdent la ferme entière à leurs successeurs sans conserver une partie des capitaux propres
  • Même si la ferme est rentable et que le transfert se fait à la prochaine génération, les capitaux extérieurs sont essentiels

Au cours des prochaines années, de nombreuses fermes canadiennes seront confrontées au besoin de renflouer leurs capitaux propres.

À première vue, cela semble paradoxal, et je n’y avais jamais vraiment réfléchi avant d’assister  à une présentation à ce sujet de Gord Nystuen de la société Input Capital, à l’occasion du Canadian Global Grains Symposium, à Winnipeg.

Un éventail d'options de financement

Input Capital se présente comme la première société au monde à offrir des contrats de type « streaming » sur des produits agricoles de base, c’est-à-dire qu’elle achète du canola des producteurs des Prairies qui ont recours à des contrats pluriannuels et leur paie immédiatement la plus grande partie du montant de la transaction conclue. En gros, elle offre une forme de financement aux producteurs qui ne disposent pas nécessairement des capitaux propres suffisants pour obtenir du financement par emprunt.

La valeur des terres agricoles a connu une hausse marquée dans la majorité des régions du pays, ce qui fait grimper la valeur nette des fermes.

M. Nystuen estime qu’un vaste éventail d’options de financement sera de plus en plus nécessaire, non pas parce que les conditions financières sont difficiles, mais parce que les profits réalisés par de nombreux producteurs sont élevés depuis un certain temps.

Hausse de la valeur nette des terres agricoles

La valeur des terres agricoles a connu une hausse marquée dans la majorité des régions du pays, ce qui fait grimper la valeur nette des fermes. Et dans les secteurs soumis à la gestion de l’offre, la valeur des contingents n’a pas diminué. Mais si la majorité des fermes affichent de solides bilans et qu’un ratio des capitaux propres nets de 75 % constitue la norme, pourquoi la question des capitaux propres deviendrait-elle tout à coup préoccupante?

Dans le cas des fermes qui sont vendues à des tiers, les prix d’achat atteignent habituellement des sommets inégalés. Dans le cas des fermes qui sont exploitées sur une importante portion de terre louée, le loyer gruge aussi les capitaux.

Il est temps de prendre sa retraite

Les fermes passent souvent d’une génération à la suivante, mais il est peu probable que les producteurs qui partent à la retraite cèdent la ferme entière à leurs successeurs sans conserver une partie des capitaux propres. Après tout, ils ont besoin d’argent pour leur retraite, et il s’agit de l’argent qu’ils ont gagné.

Les parents voudront peut-être toucher l’entièreté des capitaux propres dans le cadre du transfert à la prochaine génération, ou peut-être accepteront-ils que leurs successeurs leur versent la moitié de cette somme pour faciliter le transfert. Ceux qui possèdent des investissements à l’extérieur de la ferme accepteront peut-être d’être compensés pour 25 % seulement de la valeur de la ferme.

L'apport en capitaux extérieurs est essentiel

Chaque ferme et chaque situation familiale est unique, mais une ferme modeste peut facilement représenter des millions de dollars de capitaux propres. Même si la ferme est rentable depuis longtemps et qu’elle passe d’une génération à l’autre, le besoin de capitaux extérieurs sera considérable.

Les profits augmentent la valeur des terres et des contingents, ce qui est une situation beaucoup plus saine qu’une rentabilité médiocre ou nulle qui ferait stagner ou diminuer la valeur des actifs. Cependant, la rentabilité ne réduit pas le besoin de financement. En fait, elle accroît ce besoin, même dans les nombreuses situations où la ferme reste dans la famille.

Les périodes fastes en agriculture ne font pas diminuer le besoin d’avoir accès à des capitaux extérieurs et à diverses options de financement. En fait, c’est plutôt le contraire.

D'après un article de l'AgriSuccès (septembre/octobre 2016) de Kevin Hursh @kevinhursh


Saviez-vous que nous offrons des événements d'apprentissage sur ce genre de sujets partout au Canada? Trouvez un événement près de chez vous.