Cinq conseils pour faire face à l’incertitude des marchés du canola

Alors que des problèmes d’accès au marché continuent de porter atteinte aux exportations de graines de canola vers la Chine, une aide est à la disposition des producteurs de canola. Celle‑ci comprend notamment une augmentation des limites sur les avances en vertu du Programme de paiements anticipés (PPA) du ministère de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire.

Jim Everson, président du Conseil du canola du Canada, affirme que c’est l’occasion idéale pour le Canada d’intensifier ses efforts pour offrir ses produits de première qualité à d’autres marchés.

« Nous devons saisir cette occasion de développer des marchés, en particulier en Asie, en mettant à profit nos accords commerciaux », déclare M. Everson.

Pendant que l’industrie et le gouvernement travaillent à résoudre la situation et à trouver d’autres marchés pour le canola, les producteurs peuvent prendre certaines mesures proactives afin de minimiser les répercussions financières sur leurs activités.

Robyn Morley, consultante en gestion agricole au sein de MNP, un cabinet de comptabilité, de fiscalité et de services-conseils aux entreprises, offre les cinq conseils suivants aux producteurs de canola qui ont été touchés par l’incertitude du marché.

1. Contrôler les coûts

Mme Morley conseille de contrôler les coûts au moyen de la planification de la production. Elle explique que s’il n’est pas judicieux de restreindre les nutriments et les pratiques qui offrent une rentabilité économique, ce n’est pas le cas pour tous les intrants.

« Il sera très important d’analyser les conditions de croissance et les conditions météorologiques tout au long de la saison de croissance », prévient Mme Morley.

2. Connaître les coûts d’intrants et les coûts d’exploitation

Une compréhension des coûts d’intrants et des coûts d’exploitation pour l’année peut aider les producteurs à prendre des décisions efficaces aux chapitres de la production, de la gestion et du marketing pendant toute l’année. La ventilation des coûts peut permettre de déterminer les inefficacités ou les dépenses superflues.

Ce que recommandent les experts : un soutien et des ressources supplémentaires, une gestion stratégique des coûts, des plans de marketing plus ciblés et une planification financière d’urgence. Partagez sur Twitter

3. Établir un équilibre entre les désirs et les besoins

Les producteurs devraient également vérifier leurs dépenses discrétionnaires et analyser véritablement si un achat satisfait un désir ou répond à un besoin, explique-t-elle.

4. Affiner les plans de marketing

Même si des efforts sont actuellement déployés pour trouver d’autres marchés et surmonter les barrières commerciales, on ne sait pas encore à quel moment ces marchés s’ouvriront. Mme Morley recommande également aux producteurs de mettre l’accent sur leurs plans de marketing.

Les plans de marketing sont en lien direct avec la connaissance de votre coût de production, explique-t-elle. Si vous savez combien il vous en coûte pour produire votre culture, vous saurez également quel sera votre prix minimal correspondant à votre seuil de rentabilité au moment de la vente de votre grain ».

5. Connaître vos finances

Il est plus important que jamais que les producteurs soient au courant de leurs finances.

« Si cette situation se poursuit à long terme, un plan de contingence adéquat devra être mis en place pour tenir compte de ces circonstances incontrôlables, déclare Mme Morley. En fonction de la situation financière de l’exploitation agricole, cette baisse de prix pourrait porter un coup très dur à celle-ci. Il faudra peut-être de deux à dix ans pour absorber cette perte de recettes sur le marché. Il est vital de planifier adéquatement. »

Trouver des experts

Les consultants en gestion agricole peuvent aider les producteurs à comprendre leurs coûts d’intrants et leurs coûts d’exploitation, leurs prix de vente au seuil de rentabilité et les données financières qu’ils doivent connaître.

Les producteurs peuvent également consulter les ressources centralisées [en anglais seulement] du Conseil du canola du Canada. Ils y trouveront des réponses à des questions fréquemment posées ainsi que des mises à jour régulières de l’information sur le commerce avec la Chine.

En conclusion

Les experts recommandent un plan proactif pour minimiser les répercussions sur la ferme. Le contrôle des coûts au moyen de la planification de la production, d’une compréhension des coûts d’intrants et des coûts d’exploitation ainsi qu’un examen des dépenses discrétionnaires sont quelques-unes des étapes importantes de la création d’un plan de contingence.

Article par : Trudy Kelly Forsythe