Un entrepreneur étudie la production d’avoine sans gluten

Un entrepreneur de l’Ontario, Jamie Draves, s’y connaît dans la construction d’une infrastructure de production et de traitement des grains : il a déjà mené une expérience couronnée de succès avec le quinoa.

M. Draves, président‑directeur général de Katan Kitchens, une entreprise spécialisée dans la mise au point d’aliments sains, ambitionne maintenant de mettre au point un système de production et de traitement de l’avoine certifiée sans gluten dans le Nord de l’Ontario. Il a obtenu une contribution de 19 200 $ du Grains Innovation Fund de l’association Grain Farmers of Ontario (GFO) pour la réalisation de son projet pilote.

Lancé en 2010, le Grains Innovation Fund soutient des projets qui ouvrent de nouveaux marchés ou permettent d’élargir des marchés existants pour les grains de l’Ontario, ainsi que des projets qui vantent les grains de l’Ontario comme étant le meilleur choix, améliorent les prix tirés des grains de l’Ontario, promeuvent de nouvelles utilisations des variétés à identité préservée, ou trouvent des utilisations pour les résidus de cultures.

Occasion

M. Draves souhaite créer un système de production et de traitement de l’avoine certifiée sans gluten parce qu’il croit qu’il existe une « occasion de développer la chaîne de valeur créée pour le quinoa en bâtissant une installation de traitement de différentes cultures ».

Il considère aussi que l’avoine sans gluten dans le Nord de l’Ontario représente « une excellente occasion que nous n’avons pas encore saisie et qui avantagera tous les acteurs de la chaîne de valeur ».

M. Draves utilise le financement qu’il a obtenu pour évaluer ce débouché et trouver un processus de certification sans gluten moins coûteux pour les producteurs.

« Nous nous efforçons d’abaisser les coûts de la certification pour les producteurs et d’améliorer le système afin qu’il satisfasse aux normes sur les aliments sans gluten », souligne‑t‑il.

Demandes nombreuses

Nicole Mackellar, directrice du développement des marchés de GFO, indique que depuis le lancement du programme, en 2010, GFO reçoit habituellement de 30 à 40 demandes par année. L’association a versé plus de 900 000 $ pour financer 35 projets depuis 2010.

Les demandeurs retenus peuvent obtenir un financement représentant au maximum 60 % des coûts de leur projet, jusqu’à concurrence de 50 000 $.

Mme Mackellar ajoute que le nombre de demandeurs retenus varie d’une année à l’autre selon l’ampleur et la portée des projets. Certaines années, seulement deux projets sont approuvés, alors que d’autres années, de nombreux demandeurs obtiennent le feu vert.

Nouvelles utilisations alimentaires

Bon nombre de projets ont permis d’établir de nouvelles utilisations alimentaires domestiques pour les grains de l’Ontario, comme les projets sur la commercialisation d’une croustille à base de blé de l’Ontario et d’une croustille à base de maïs de l’Ontario.

« Nous soutenons aussi de nombreux projets d’exportation qui améliorent concrètement la visibilité des grains de l’Ontario sur les marchés internationaux », dit‑elle.

En conclusion

Hâtez‑vous! La période de réception des demandes se termine le 6 novembre. Pour obtenir de plus amples renseignements sur le fonds et sur le processus de demande, veuillez consulter le site Web de GFO (en anglais seulement).

Article par : Susan Mann