Élimination des carcasses d’animaux : envisagez le compostage

À l’approche des grands froids, il est encore plus important d’avoir un plan d’élimination des carcasses d’animaux.

Mme Kim Stanford, chercheuse au ministère de l’Agriculture et de la Foresterie de l’Alberta, souligne que les éleveurs seront incapables de creuser des fosses pour leurs animaux morts une fois que le sol aura gelé. S’ils y arrivent, ajoute-t-elle, ils devront couvrir les fosses pour des raisons de sécurité.

Mme Stanford indique que des chercheurs ont découvert que le compostage s’avère une solution de rechange fort efficace, peu importe la température.

« Vous devez utiliser une source de carbone – nous utilisons un substrat de paille – sur laquelle vous déposez les carcasses, puis vous les recouvrez d’une couche de fumier d’une épaisseur de six à sept pieds », explique Mme Stanford. 

Compostage et épandage

À la colonie huttérienne de Granum, on composte les carcasses avec succès, et on épand la matière obtenue dans les champs et les pâturages.

Kenny Hofer, responsable du compostage, indique que toutes les mesures sont prises pour prévenir les risques de contamination.

« Nous nous efforçons de choisir des sites qui sont habituellement situés à 150 mètres de distance des sources d’eau », dit-il.

M. Hofer ajoute qu’il est important de tenir des registres détaillés durant le processus de compostage.

Surveillance des températures

« Il faut consigner toutes les données de départ, dont la température, dit-il. La température à l’étape du compostage actif, lorsque la matière se transforme en nutriments, varie environ de 45 °C à 65 °C, et peut parfois atteindre 70 °C. »

Une fois que la température descend sous les 45 °C, M. Hofer mélange le tout et attend que le processus se reproduise; il répète cette opération deux autres fois.

Mme Stanford indique que peu importe la façon dont vous disposez de vos carcasses d’animaux (équarrissage, compostage ou enfouissement), il est impératif de tenir les prédateurs à l’écart. S’ils y voient une bonne affaire, ils resteront dans les parages et commenceront à s’attaquer aux animaux nouveau-nés.

En conclusion

La gestion des animaux morts constitue un défi l’hiver venu. Le compostage est une solution de rechange à envisager.

Article par : Craig Lester