Ça passe ou ça casse

Analyse du marché

Aperçu

  • La problématique des perspectives de prix à l’horizon repose sur les stocks actuels très élevés de grains
  • On sait que ce sera très certainement le soya qui aura la faveur des producteurs 3. Tôt ou tard, la météo génère son lot d’inquiétudes qui ne manque pas de faire grimper à tout coup les prix

D’ici quelques semaines, à partir d’avril, les producteurs du Québec, de l’Ontario et des États-Unis amorceront une nouvelle saison.

À moins d’un revirement spectaculaire, on sait que ce sera très certainement le soya qui aura la faveur des producteurs, avec des ensemencements records aux États-Unis, et possiblement aussi au Québec et en Ontario. À ce sujet, il faudra surveiller de près la publication du rapport des intentions d’ensemencements américains qui sera publié le 31 mars. Au Canada, ce rapport sera disponible pratiquement un mois plus tard, soit le 21 avril.

Que les ensemencements en soya soient records ou non, et que ceux du maïs et du blé soient en baisse, la grande interrogation restera encore et toujours les conditions météo du printemps et de l’été.

Nous aurons certainement des soubresauts intéressants des prix des grains dans les prochaines semaines au cours du printemps et de l’été.

Ce n’est pas la première fois que nous parlons d’ensemencements records dans les dernières années; que la balance soit du côté du soya, du maïs ou du blé. En fait, historiquement, nous avons fait face à cette réalité en plusieurs occasions par le passé, ce qui n’aura pas empêché les prix des grains de suivre leur cours et de bondir en certaines occasions au printemps, sinon en été.

Dans le contexte actuel, avec des ensemencements records anticipés cette année en soya aux États-Unis, en hausse de l’ordre de +5 % par rapport à l’an dernier, on peut citer les années 2006, 2008 et 2014 comme comparables. Dans les trois cas, les hausses annuelles d’intentions d’ensemencements en soya ont été de respectivement +7 %, +15% et +6 %. Pourtant, dans tous les cas, les prix seront parvenus à bondir au printemps, sinon à l’été. La raison en est bien simple. D’une manière ou d’une autre, tôt ou tard, la météo se veut plus inquiétante, générant son lot d’inquiétudes qui ne manque pas de faire grimper à tout coup les prix.

Néanmoins, pour 2017, la problématique qui rend particulièrement tranchantes les perspectives de prix à l’horizon repose sur les stocks actuels très élevés de grains que nous avons présentement sous la main.

Ainsi, d’un côté, si la météo tourne vraiment au vinaigre ce printemps ou cet été, qu’il y ait des ensemencements records ou non de soya, les prix retourneront sans aucun doute à la hausse. Pourquoi? Car si les producteurs sèment davantage de soya, ce ne sera pas le cas du maïs et du blé. Résultat, nous serons peut-être bien confortables malgré tout en soya, mais certainement pas en maïs et en blé. Et les prix de ces derniers ne manqueront pas alors de bondir et d’emporter au passage celui du soya.

À l’opposé, si la météo collabore bien au cours de la saison, la situation sera alors beaucoup plus difficile. Nous obtiendrons possiblement une récolte record de soya, et des récoltes « adéquates » de maïs et de blé. Avec des stocks déjà confortables cette année, il sera alors très difficile d’entrevoir de meilleurs prix à la fin de 2017 et pour 2018.

Dans les deux cas, ce qu’on retient c’est que oui, nous aurons certainement des soubresauts intéressants des prix des grains dans les prochaines semaines au cours du printemps et de l’été. Ce qu’on ne sait pas par contre, c’est si la météo se voudra dans l’ensemble favorable ou non à de bonnes récoltes en bout de course à l’automne. Et à défaut de prévoir, il n’est jamais mauvais de saisir la balle au bond lorsque l’occasion se présente de vendre certains volumes à l’avance à bon prix.

Jean-Philippe Boucher agr., MBA, est consultant en mise en marché des grains, fondateur du site Grainwiz, de l’hebdomadaire des marchés agricoles (LFMA) et co-fondateur de la Tournée des Grandes Cultures du Québec. Il est également chroniqueur et blogueur pour le Bulletin des agriculteurs, formateur et conférencier. Pour le rejoindre: jpboucher@grainwiz.com.