Entrée de la location de terres dans l'ère électronique

Les Veurink

Aperçu

  • Avec la popularité grandissante de la location de terres agricoles canadiennes, les questions au sujet des prix et de la disponibilité des terres deviennent très pertinentes pour les producteurs
  • Avant de créer RentThisLand.com, Andrew et Kevin Veurink trouvaient cela difficile de dénicher des terres agricoles à louer
  • RentThisLand.com offre un moyen facile de mettre en contact les propriétaires fonciers et les locataires et d'établir des contrats de location de terres agricoles

Depuis la fin des années 1970, la proportion de terres agricoles canadiennes louées par rapport à celles qui appartiennent à leurs exploitants ne cesse d’augmenter, ce qui rend les questions au sujet des prix et de la disponibilité des terres extrêmement pertinentes pour les producteurs.

Les prix fluctuent principalement en fonction de facteurs comme la productivité et l’emplacement. Mais, pour l’essentiel, certaines balises peuvent vous aider à déterminer si le prix demandé est juste. Comparez le coût de vos intrants à vos recettes prévues et à votre objectif de rentabilité : vous devriez être en mesure d’établir si le taux de location respecte votre zone de confort.

Il en va autrement de la disponibilité. Avant même de commencer à réfléchir au prix, comment faites-vous pour dénicher les terres à louer? Une bonne façon de faire est de vous tenir à l’affût et de porter une attention accrue aux conversations informelles au sujet de la location de terres, une méthode dont l’efficacité est variable. Vous pouvez aussi vous adresser directement à des voisins qui ont peut-être des terres à louer sur le marché. Cependant, ce genre de sollicitation est parfois mal accueilli. 

« Ces jeunes-là s’y connaissent en matière de location de terre, et chaque caractéristique de leur site Web améliore le processus de location. C’est une solution qui s’impose d’elle-même pour les propriétaires fonciers et les agriculteurs. »

Il y a environ trois ans, les frères Andrew et Kevin Veurink se sont trouvés dans cette situation précaire : ils cherchaient une terre à louer près de la ferme familiale, dans la région de Hagersville, en Ontario. La famille Veurink était bien établie dans cette région. Hank, leur père, y a connu du succès comme éleveur de volaille pendant plus de 14 ans (il s’est aussi aventuré dans la production de cultures commerciales).

Cependant, comme d’autres agriculteurs, les frères Veurink se sont heurtés à un mur lorsqu’il a été question de trouver méthodiquement des terres à louer. Et ils n’avaient personne vers qui se tourner pour obtenir de l’aide. Au fil du temps, le bruit a couru qu’ils étaient à la recherche de terres à louer, et des voisins ont commencé à leur faire des offres.

« Nous en étions ravis, confie Andrew, 30 ans. Nous n’avons pas frappé aux portes. Nous tenons à conserver de bonnes relations avec le voisinage, et nous ne voulons marcher dans les plates-bandes de personne. »

C’était la bonne vieille méthode, mais leur patience a été récompensée : ils ont mis la main sur 1 400 acres de terre louée incluant 450 acres appartenant à leur père et, une partie des terrains qu’il louait (une fois celui-ci à la retraite) dans un rayon de 20 kilomètres. Ces terres s’ajoutaient aux 750 acres qu’ils possédaient et qui sont constituées presque exclusivement de sol argileux, où ils produisent du maïs, du soja et du blé.

Lentreprise réalise son potentiel de croissance

Parallèlement au travail à forfait qu’ils accomplissent sur quelque 1 000 acres appartenant à d’autres producteurs (principalement l’ensemencement, la pulvérisation et le moissonnage-battage, qui représentent environ 30 % de leurs activités), les frères Veurink ont bâti une exploitation florissante. Récemment, ils ont ajouté un atelier impressionnant de 6 096 mètres carrés sur une parcelle bien aménagée située près de la ferme. L’atelier leur permet de mener un projet de production d’énergie propre grâce à un ensemble de panneaux solaires disposés sur le toit qui produit 250 kilowatts et qui représente une source de revenu d’appoint pour leur exploitation.

Par ailleurs, ils ont acheté un pulvérisateur enjambeur autotracté doté d’une rampe avant de 37 mètres. La polyvalence de cette machine leur permet d’effectuer des épandages tardifs d’azote et de fongicide sur leur production de maïs.

Nouvelle stratégie dexpansion de la terre

Les frères Veurink sont déterminés à pratiquer l’agriculture encore longtemps, mais la stratégie classique consistant à espérer passivement que des terres soient offertes à la location les a amenés à penser qu’il devait exister une façon plus efficace de mettre en contact les propriétaires fonciers  et les locataires. C’est ainsi qu’ils ont eu l’idée de créer le site RentThisLand.com (en anglais seulement).

Voici le fonctionnement : les propriétaires fonciers s’inscrivent en ligne, créent une annonce, surveillent les offres durant la période d’affichage et choisissent celle qui leur convient. De la même façon, les agriculteurs s’inscrivent en ligne, indiquent l’emplacement, la superficie et le type de sol privilégiés, présentent des offres pour la terre qu’ils veulent louer et, ultimement, ils signent un bail. Les frères Veurink obtiennent une commission de 20 $ lorsque les producteurs présentent une offre et touchent 1,5 % de la valeur du loyer payé par le locataire choisi une fois la transaction conclue. « Nous nous efforçons de rendre le processus le plus équitable possible pour les acheteurs et les vendeurs », explique Kevin, 32 ans.

RentThisLand.com a retenu l’attention dans une grande partie de l’industrie agricole. Cet été, le nombre de producteurs canadiens inscrits a atteint 2 650, et le nombre de propriétaires fonciers a atteint 520. Le site a aussi mérité des éloges du gouvernement de l’Ontario, qui a décerné aux frères Veurink le prestigieux Prix de la première ministre pour l’excellence en innovation agroalimentaire en 2013. Enfin, en dehors du secteur agricole, RentThisLand.com a été présenté lors de la populaire émission Dragons’ Den de CBC et a séduit l’investisseur Bruce Croxon de Round 13 Capital.

« Ces jeunes-là s’y connaissent en matière de location de terre, et chaque caractéristique de leur site Web améliore le processus de location. C’est une solution qui s’impose d’elle-même pour les propriétaires fonciers et les agriculteurs », déclare M. Croxon.

Il est vrai que les frères Veurink travaillent d’arrache-pied pour aider les agriculteurs à trouver des terres à louer et pour être eux-mêmes de bons locataires. Par exemple, il y a cinq ans, ils ont loué une parcelle vallonnée de 147 acres de terre argileuse près de la ferme familiale et ils ont commencé immédiatement à l’améliorer. Ils y ont semé du soja et ont vu les rendements passer d’environ 40 boisseaux l’acre la première année à 54 boisseaux l’acre l’année dernière. « Nous constatons les avantages à long terme », souligne Kevin.

Acheter  la terre et l’améliorer

Les frères achètent aussi des terres lorsqu’elles sont mises en vente. Ces trois dernières années, ils ont acheté quatre fermes et ont aussi commencé immédiatement à les améliorer à l’aide de chaux, de fumier et, dans certains cas, de drainage souterrain. Leur dernier achat, une parcelle de 94 acres, l’été dernier, donnera sa première récolte seulement l’année prochaine Entre-temps, les deux frères continuent de l’améliorer pour la mettre aux normes qu’ils se sont fixées.

Les frères Veurink attribuent leur réussite à leurs relations de travail harmonieuses (certains considèrent en avoir rarement vu de meilleures dans un partenariat agricole), et au fait qu’ils ne craignent pas le risque. S’il leur arrive de commettre des erreurs, le fait est qu’ils sont jeunes et passionnés par leur profession, si bien qu’ils auront le temps de corriger le tir s’ils se heurtent à un obstacle.

« L’efficacité est la clé, conclut Kevin, qui s’occupe de l’administration de la ferme. Nous participons tous les deux aux décisions et à la maintenance, et nous nous partageons les autres tâches comme le moissonnage- battage et la pulvérisation, l’ensemencement et le camionnage. Il s’agit de connaître ses points forts, de recourir à de l’aide professionnelle au besoin et de ne pas avoir peur de prendre de risques. » De sages conseils autant pour les locataires que pour les propriétaires.

D'après un article de l'AgriSuccès (novembre/décembre 2015) de Owen Roberts.