Chers grands-parents, soyez prudents, nous avons besoin de vous

grandpa-and-grandson

Aperçu

  • Des facteurs comme la diminution du temps de réaction et l'affaiblissement de l'ouïe et de la vue contribuent à une incidence accrue des accidents agricoles chez les personnes âgées
  • Les producteurs de 80 ans et plus forment le groupe le plus à risque de subir des blessures graves en milieu agricole
  • La question de la sécurité doit être abordée si vous percevez que la personne représente un danger pour elle-même et les autres
  • Une fois que vous avez mentionné le problème, il est important de demander à la personne ce qu'elle en pense

Le célèbre poète anglais Geoffrey Chaucer a déjà écrit que le temps et la marée n’attendent personne, pour illustrer que nul ne peut arrêter le temps. Ce proverbe prend tout son sens en agriculture, où les gens continuent souvent de travailler bien après 70 ans.

L’activité physique régulière peut aider à retarder les effets du vieillissement, mais inévitablement, la capacité d’exécuter certaines tâches diminue, le temps de réaction est plus long et l’ouïe et la vue s’affaiblissent. Tous ces facteurs contribuent à une incidence accrue des accidents agricoles chez les personnes âgées.

Les producteurs plus âgés sont à risque

Selon les dernières statistiques du programme Surveillance des blessures dans le secteur agricole au Canada, les producteurs de 80 ans et plus forment le groupe le plus à risque de subir des blessures graves en milieu agricole.

C’est un sujet très délicat. Toutefois, il faut absolument l’aborder si vous percevez qu’il existe un danger réel pour la sécurité.

Près de 20 % des 1 975 décès constatés dans les fermes du Canada de 1990 à 2008 sont survenus dans ce groupe d’âge, ce qui représente un taux de mortalité de presque 80 décès pour 100 000 habitants, alors que le taux de mortalité global est de 13 décès pour 100 000 habitants.

Environ 40 % des producteurs décédés en milieu agricole ont plus de 60 ans. Soixante-dix pour cent de ces décès étaient attribuables à de la machinerie, et les trois causes les plus courantes étaient les renversements, les écrasements et les enchevêtrements.

Osez aborder la question

Que faut-il faire lorsqu’une personne âgée ne semble plus en mesure de s’occuper du bétail ou de conduire le camion de céréales ou le tracteur de façon sécuritaire?

« C’est un sujet très délicat, reconnaît Richard Marcotte, un psychologue de Québec. Toutefois, il faut absolument l’aborder si vous percevez que la personne représente un danger réel pour sa sécurité ou celle des autres. »

M. Marcotte soutient qu’il faut avant tout intervenir au bon moment et au bon endroit. « Il faut intervenir en privé, et non pendant que la personne fait autre chose, ni en présence d’autres personnes, afin de ne pas la mettre dans l’embarras. »

« Il faut faire preuve de tact, mais dire les choses franchement. On peut dire par exemple : “Papa, il faut que je te dise quelque chose de très important, parce que je tiens à toi”. Il faut ensuite exposer le problème franchement : “Je crois que tu ne peux plus conduire le tracteur de façon sécuritaire et que c’est devenu dangereux pour toi et pour les autres”. »

M. Marcotte ajoute qu’une fois que vous avez mentionné le problème, il est important de demander à la personne ce qu’elle en pense. « Ne faites pas la leçon à la personne, prévient- il, mais écoutez-la. »

Si elle réagit avec colère ou émotion, M. Marcotte recommande de mettre fin à la conversation, en précisant toutefois que vous en discuterez plus tard. « Donnez à la personne un jour ou deux pour assimiler ce que vous lui avez dit, affirme-t-il. Mais si vous êtes convaincu qu’il s’agit d’une question de sécurité, revenez à la charge. N’abandonnez pas. »

D'après un article de l'AgriSuccès (juillet/août 2016) de Mark Cardwell.

À LIRE : Dresser une liste pour ceux qui nous sont chers