Étoiles montantes : Sara Kate Smith

La liste des réalisations de cette jeune agricultrice de Barriere, en Colombie-Britannique, pour la seule année 2018 se lit comme la biographie d’une personne beaucoup plus âgée que 19 ans; pourtant, c’est bel et bien l’âge de Sara Kate Smith, représentante jeunesse à la réunion annuelle des ministres canadiens de l’Agriculture, ambassadrice provinciale des 4-H, représentante au Comité consultatif sur la jeunesse des 4-H de la Colombie-Britannique et lauréate du Prix de distinction pour l’excellence en leadership (PDEL) des 4-H Canada.

Sara Kate a joint le club des 4-H de Yellowhead comme membre de la deuxième génération et elle croit sincèrement que cet organisme l’a amenée à exceller.

Le PDEL a récompensé Sara Kate pour son engagement communautaire et ses compétences en communication; son prix comprenait une bourse d’études de 20 000 $ sur quatre ans.

« L’une des raisons pour lesquelles j’ai mérité une bourse, selon moi, est qu’en 2016, j’ai organisé une conférence sur le thème de la communication intitulée Speak Out Loud à l’intention des membres 4-H de la Colombie-Britannique », explique-t-elle.

À cette conférence, Sara Kate a établi des contacts avec des personnes de sa collectivité et avec les conférenciers, dont beaucoup venaient de différents secteurs de l’agriculture. En 2017, elle a été la représentante nord-américaine lors d’un Sommet du réseau mondial des 4-H et elle a conduit un atelier sur l’importance de l’image de marque personnelle.

Aujourd’hui, elle en est à sa deuxième année d’un diplôme en sciences politiques et envisage d’entreprendre une maîtrise, mais elle a l’impression que son cheminement professionnel n’est pas encore fixé. L’été dernier, elle a participé à l’organisation d’un salon professionnel international réunissant 600 délégués pour des acheteurs de bois de partout dans le monde. Ce rôle était tout indiqué pour la jeune femme dont la famille est propriétaire de la scierie Gilbert Smith Forest Products Ltd depuis trois générations.

En plus de lui verser une bourse d’études universitaires, les PDEL ont jumelé Sara Kate avec une mentore, la Néo-Écossaise Mandy Rennehan, fondatrice de Freshco, la première entreprise canadienne offrant une gamme complète de services d’entretien de commerces au détail, sur appel, 24 heures sur 24, sept jours sur sept.

« Cette femme m’impressionne. Notre première conversation téléphonique a été pleine d’émotion pour moi parce qu’elle a compris exactement ce que je vivais. Même si nous ne nous étions jamais rencontrées, c’était comme si elle me connaissait depuis toujours. »

L’agriculture ne quitte jamais les pensées de Sara Kate. En octobre 2018, elle a représenté le Canada à la réunion de cinq jours du Comité de la sécurité alimentaire mondiale des Nations Unies, qui a eu lieu en Italie. Il s’agit d’un exploit étant donné qu’il existe plus de 70 programmes indépendants des 4-H pilotés par les pays eux-mêmes et plus de 7 millions de membres à l’échelle mondiale.

« Les représentants du secteur public attendus à cette réunion plénière des Nations Unies ont exprimé le désir d’avoir un représentant jeunesse, et les 4-H ont été choisis en raison de leurs programmes réputés pour les jeunes et de leurs liens avec l’agriculture internationale », dit-elle.

« Des portes ne cessent de s’ouvrir et les possibilités qui se présentent peuvent modifier votre trajectoire. La participation à cette assemblée des Nations Unies, par exemple, pourrait modifier la trajectoire de ma carrière. »

« Des portes ne cessent de s’ouvrir et les possibilités qui se présentent peuvent modifier votre trajectoire. » Voyez comment les 4-H ont donné des ailes à cette jeune agricultrice de la Colombie-Britannique.

Q et R :

Utilises-tu les médias sociaux?

Honnêtement, je trouve que rien ne vaut une rencontre en personne pour établir un contact; le courriel permet de maintenir la communication par la suite.

Quelles sont tes lectures préférées?

Les romans de Preston et Child pour le plaisir, et des biographies comme celles d’Arlene Dickinson, de Sophia Amoruso et de Sheryl Sandberg. L’un de mes livres préférés sur les affaires est un bouquin que mon père m’a donné. Il s’agit d’un livre de Jeffrey J. Fox intitulé Rain: What a Paperboy Learned About Business.

Quel est ton emploi de rêve en agriculture?

Je me vois travailler avec les gens – agriculteurs et producteurs – dans un rôle qui, d’une manière ou d’une autre, contribuerait à soutenir l’industrie.

Qui admires-tu dans le domaine de l’agriculture?

Les gens que j’admire le plus sont ceux qui contribuent à apporter un changement positif et qui procurent chaque jour des aliments aux Canadiens.

Comment te prépares-tu à des événements importants comme celui en Italie?

J’ai fait des recherches sur les sujets qui seront abordés et sur les mesures que les Nations Unies prendront pour assurer la sécurité alimentaire.

Que dirais-tu à un jeune citadin de 11 ans pour l’encourager à joindre les 4-H?

Je lui parlerais des possibilités que j’ai eues. On essaie toutes sortes de choses dans un environnement amusant et positif. C’est un des meilleurs organismes de développement des jeunes au monde.

Quelle leçon importante as-tu apprise de ta mentore?

Ma mentore m’aide à trouver un juste équilibre, c’est-à-dire que cette personne m’enseigne à dire non lorsqu’il le faut. Je dois avouer que j’y travaille toujours!

D’après un article de l’AgriSuccès (janvier 2019) par Myrna Stark Leader.