Prêter attention aux problèmes de santé mentale : une bonne résolution

Il existe encore des préjugés à l’égard des problèmes de santé mentale.

Récemment, un ami de longue date et collègue agriculteur m’a confié qu’il souffrait d’anxiété, en particulier devant la prise de décisions opérationnelles courantes. Sous l’effet de la surprise, je n’ai pas trop su quoi répondre. En y repensant, je me dis que j’aurais dû me montrer beaucoup plus empathique.

Une personne qui souffre de maux de dos, d’arthrite au genou ou de migraines inspire facilement notre compassion et notre indulgence. Pourquoi est-ce différent lorsqu’il s’agit d’un problème de santé mentale? Très peu d’entre nous jouissent d’une santé physique exemplaire. Nous avons une vue imparfaite, des dents abîmées ou certains problèmes lancinants qui découlent d’une vieille blessure. Certains ont la chance d’être en très bonne santé, mais de façon générale, la santé physique se détériore à mesure que nous vieillissons.

De la même façon, très peu d’entre nous jouissent d’une santé mentale parfaite.

Le plus souvent, il s’agit de problèmes bénins : dépression légère, difficulté à faire face aux situations stressantes ou insomnie.

Quelquefois, il s’agit de troubles plus sérieux qui requièrent une aide professionnelle, au même titre que certains problèmes de santé physique complexes.

L’agriculture peut être une entreprise stressante en raison des conditions météorologiques, de la situation des marchés, ainsi que des questions financières et familiales.

S’il est vrai que les agriculteurs sont particulièrement exposés au risque de perte auditive, ils sont également exposés au risque d’atteinte à la santé mentale.

Un problème de santé mentale n’est pas plus honteux qu’un problème de santé physique, et les deux méritent la même indulgence et le même soutien.

J’en fais une résolution du Nouvel An.

D'après un article de l'AgriSuccès (janvier 2018) de Kevin Hursh.

Vos commentaires et vos idées d’articles sont toujours les bienvenus. Envoyez-moi un courriel à kevin@hursh.ca. ou rendez-moi visite sur Twitter : @kevinhursh1