Jeunes agriculteurs : Mener l'agriculture canadienne vers un avenir meilleur

Un avenir brillant s'offre aux jeunes agriculteurs du Canada malgré le vieillissement généralisé de la population agricole. Les jeunes producteurs comptent souvent parmi les plus prospères du pays et déploient des efforts acharnés pour innover et saisir les nouveaux débouchés.

Un profil démographique qui donne à réfléchir

Entre 1941 et 2011 (année du dernier recensement), le nombre d'exploitations agricoles au Canada est passé de plus de 700 000 à un peu plus de 200 000. Entre 2006 et 2011, 23 643 fermes (10,3 %) ont disparu. À chaque période de recensement de cinq ans, nous constatons aussi une baisse du nombre de producteurs qui se lancent en agriculture par rapport à la période précédente.

La population agricole canadienne est vieillissante; l'âge moyen des producteurs s'établit actuellement à 54 ans. Voici certains faits intéressants :

  • En 2001, l'âge moyen des agriculteurs canadiens était de 49,9 ans.
  • En 2011, les producteurs âgés de 55 ans et plus représentaient le groupe d'âge le plus nombreux (48,8 % de la population totale) pour la première fois dans l'histoire des recensements.
  • La proportion des jeunes agriculteurs a diminué de plus de la moitié depuis 1991. Cette année‑là, les producteurs âgés de moins de 35 ans représentaient 19,9 % de la population totale; en 2011, ils ne représentaient que 8,2 % de la population.

L'agriculture canadienne attire de nouveaux producteurs qui sont jeunes

  • 06, 30 % des nouveaux producteurs étaient âgés de moins de 40 ans.
  • En 2011, 15 % des nouveaux producteurs étaient âgés de moins de 35 ans.

Ces chiffres témoignent peut-être des obstacles bien connus à l'entrée des jeunes producteurs, mais ils indiquent aussi que de tous les nouveaux venus en 2006, un plus grand nombre étaient âgés de moins de 40 ans. Cette donnée est réjouissante même si l'on ne s'en rend pas nécessairement compte au premier coup d’œil. 

Une histoire qui n'est pas simple

Le recensement de 2006 indiquait que le nombre de producteurs âgés de moins de 40 ans ayant quitté l'industrie était équivalent au nombre de producteurs des groupes plus âgés ayant quitté l'industrie. En outre, un nombre moins élevé de jeunes producteurs étaient restés dans l'industrie pendant plus de cinq ans (71 % comparativement à 81 % pour l'ensemble des producteurs établis). 

Ce taux de roulement élevé chez les jeunes agriculteurs (nombreuses entrées et nombreuses sorties au cours d'une période de cinq ans) contraste particulièrement avec celui qu'on observe chez les producteurs âgés de plus de 60 ans, groupe d'âge où le taux de roulement est le plus bas (le taux de sortie est élevé, mais le taux d’entrée est faible). 

Ce taux de roulement élevé chez les jeunes agriculteurs (nombreuses entrées et nombreuses sorties au cours d'une période de cinq ans) contraste particulièrement avec celui qu'on observe chez les producteurs âgés de plus de 60 ans, groupe d'âge où le taux de roulement est le plus bas (le taux de sortie est élevé, mais le taux d'entrée est faible).

Les jeunes producteurs établis connaissent un franc succès

Dans une industrie qui ne cesse d'attirer de jeunes producteurs, certains renoncent rapidement après leurs débuts tandis que la majorité s'établit sur des fermes prospères. Si les jeunes producteurs établis éprouvaient des difficultés, ce serait une autre histoire; cependant, le fait est qu'ils réussissent souvent mieux que le reste de l'industrie. En 2006 et en 2011, ils étaient plus susceptibles d'apparaître dans la catégorie des producteurs enregistrant le revenu le plus élevé, et ils étaient les moins susceptibles d'apparaître dans la catégorie des producteurs enregistrant le revenu le plus faible (figure 1).

Figure 1 : Les producteurs âgés de moins de 40 ans comptent parmi ceux qui enregistrent les revenus les plus élevés (2006)

Le roulement des jeunes producteurs qui commencent en agriculture et de ceux qui quittent l'industrie témoigne peut‑être d'un esprit d'entreprise axé sur l'expérimentation et l'innovation. C'est ce genre d'esprit d'entreprise qui assure la durabilité d'une industrie complexe parce qu'il répond à des préférences nouvelles et variées de la part des consommateurs et saisit les possibilités d'innovation technologique. Il peut indiquer un changement structurel nécessaire dans les secteurs et encourager l'innovation dans l'industrie en ce sens où les exploitants plus âgés et établis adoptent de nouvelles idées pour concurrencer les nouveaux venus.

Comme ils évoluent dans un environnement stimulant, les jeunes producteurs peuvent aider à changer la donne et inspirer vitalité et croissance dans l'industrie agricole canadienne.