La Banque du Canada augmente son taux directeur

INFORMATIONS RÉCENTES : Mercredi, la Banque du Canada a augmenté son taux directeur de 25 points de base, comme l’avaient prévu en masse les marchés. Elle continuera de surveiller l’évolution de l’économie et de l’inflation canadiennes afin de déterminer les ajustements futurs à apporter aux taux d’intérêt. Bien que les coûts d’emprunt demeurent à un niveau historiquement bas, la décision de la Banque du Canada est une bonne raison de prendre le temps d’analyser vos stratégies financières, surtout en ce qui concerne le choix entre un taux fixe et un taux variable.

Après environ sept ans de faibles taux d’intérêt, des représentants de la Banque du Canada (BduC) ont laissé entendre que le temps d’une hausse des taux d’intérêt était proche. En fait, cela pourrait se produire dès le 12 juillet 2017. Les possibilités d’une hausse des taux d’intérêt en juillet s’approchent actuellement de 80 %. Peu importe ce qui se passera lors de l’annonce en juillet 2017, il faut s’attendre à ce que les coûts d’emprunt augmentent durant la seconde moitié de 2017.

La possibilité d’une hausse des taux repose sur trois facteurs

1. L’inflation devrait augmenter au cours des 18 prochains mois
 

À 1,3 %, l’inflation actuelle est faible et se situe aux échelons inférieurs de l’objectif de 2 % de la BduC. C’est une des raisons qui pourraient amener la BduC à attendre avant de relever son taux directeur. Les prévisions en matière d’inflation qui seront publées mercredi en diront long sur la voie que prendront les taux d’intérêt. Une prévision d’augmentation de l’inflation entraînerait des taux d’intérêt plus élevés.

2. L’économie s’est presque remise du faible prix du pétrole
 

Bien que le prix du pétrole demeure bas, l’économie canadienne s’est assurément adaptée à cette nouvelle réalité. La réduction des taux de 2015 a contribué à éliminer une partie de la surcapacité de l’économie. Toutefois, le taux de chômage a diminué et les investissements commerciaux ont augmenté. La production canadienne de pétrole brut augmentera en 2017 et en  2018 (en anglais seulement).  

3. La croissance économique devrait s’accélérer
 

La croissance du PIB canadien est forte et l’on prévoit que la BduC confirmera ses prévisions positives d’avril dernier alors qu’elle affirmait que l’économie prospérerait de 2,5 % en 2017, et de près de 2 % en 2018. Je m’attends à ce que la BduC fasse des prévisions de croissance plus élevées pour 2017 et 2018. 

Que cela signifie-t-il pour le dollar?

Le dollar canadien valait en moyenne 0,749 $ US durant la première moitié de 2017. Nous prévoyons qu’il s’élèvera à un peu plus de 0,75 $ US pour le reste de l’année.  La récente appréciation du dollar découle des prévisions du marché selon lesquelles une hausse des taux aura lieu, et le dollar augmentera à son sommet de 2017, soit au-dessus de 0,771 $ US.  

Les coûts d’emprunt devraient grimper durant la seconde moitié de 2017

Des messages voulant que les conditions économiques garantissent des taux d’intérêt plus élevés dans un avenir rapproché ont déjà fait augmenter les taux d’intérêt sur les marchés financiers. Cela se traduira vraisemblablement par des coûts d’emprunt légèrement plus élevés, mais dont le rythme d’augmentation est plus lent. Consultez notre billet Pour des finances en pleine forme! expliquant les répercussions d’une augmentation des taux d’intérêt sur votre coefficient du service de la dette.  


Leigh Anderson
Économiste agricole principal

Leigh Anderson a commencé à travailler à FAC en 2015 en tant qu’économiste agricole principal. Sa spécialité est le suivi et l’analyse du portefeuille de FAC et de la santé de l’agroindustrie ainsi que l’évaluation des risques inhérents à ces activités. Avant d’entrer au service de FAC, il a travaillé à la direction des politiques du ministère de l’Agriculture de la Saskatchewan.
M. Anderson est titulaire d’une maîtrise en économie agricole de l’Université de la Saskatchewan.

@AndersonLeigh3