L’augmentation de la production de sucre du Brésil est une excellente nouvelle pour les producteurs de maïs canadiens

Le Brésil continue d’accroître sa production de sucre, ce qui représente une excellente nouvelle pour les producteurs de maïs canadiens. Plus de sucre brésilien signifie que le Brésil importe plus d’éthanol en provenance des États-Unis, ce qui se traduit par une hausse des prix du maïs canadien.

La production de canne à sucre chute, alors que la production de sucre grimpe

Le département de l’Agriculture des États-Unis (USDA) (en anglais seulement) prévoit que le Brésil produira 39,7 millions de tonnes de sucre transformé au cours de la présente année de commercialisation. Cela représente une hausse de 1,3 % par rapport à l’an dernier et le plus important volume de production enregistré jusqu’à présent.

Pour l’année de commercialisation 2017-2018, le USDA prévoit également une croissance de 5 % sur 12 mois des exportations brésiliennes de sucre (pour atteindre 29,1 millions de tonnes). Comme la demande mondiale de sucre ne cesse de croître, les marchés d’exportation ne manquent manifestement pas pour le Brésil, qui est le premier producteur et exportateur de sucre de la planète. Aucun grand marché ne monopolise les exportations du Brésil; celles-ci sont plutôt dictées par la demande provenant de nombreux marchés (Figure 1).

Plusieurs régions du Brésil feront vraisemblablement face à des conditions climatiques irrégulières cette année. La crise financière qu’a connue récemment le pays a également réduit les investissements en vue de remettre en état les plantations de canne à sucre vieillissantes. Ces deux facteurs combinés ont conduit le USDA à prévoir une baisse de 1 % de la récolte globale de canne à sucre au Brésil.

Une diminution de la production de canne à sucre n’aboutit généralement pas à une hausse de la production et des exportations de sucre. Or, grâce à la rentabilité accrue du sucre, le Brésil consacre davantage de canne à sucre à la production de sucre au lieu de l’éthanol.

Pourquoi la production sucrière du Brésil est importante pour les producteurs de maïs canadiens

Les prix du maïs sont actuellement bas en regard des résultats observés par le passé, mais la situation serait probablement pire si le Brésil consacrait davantage de canne à sucre à la production d’éthanol. Le fait que le Brésil ait réorienté une partie de sa production de canne à sucre afin de produire du sucre au lieu de l’éthanol a permis d’ouvrir un marché plus vaste pour l’éthanol fabriqué avec du maïs américain. En effet, depuis que le Brésil mise davantage sur la production de sucre que la production d’éthanol, le pays a considérablement accru ses importations d’éthanol. Selon l’Agence d’information sur l’énergie (en anglais seulement) des États-Unis, les exportations américaines d’éthanol sur 12 mois vers le Brésil étaient en hausse de presque 600 %, pour atteindre 1,1 million de barils en avril 2017 (données les plus récentes disponibles).

Le USDA prévoit que la production américaine d’éthanol demeurera élevée et que la production de maïs chutera de 5,9 % en 2017-2018. En 2016-2017, l’éthanol et ses sous-produits ont utilisé 36,0 % du maïs produit aux États-Unis et on prévoit que ce taux passera à 38,6 % en 2017-2018.

Ce qu’il faut retenir ici, c’est que les conditions économiques mondiales qui favorisent l’accroissement de la production de sucre au Brésil contribuent également à resserrer l’offre de maïs en Amérique du Nord. Ce débouché commercial pour l’éthanol à base de maïs américain, conjugué aux effets des conditions climatiques sur la récolte de cette année, contribuera à réduire les ratios stocks-utilisation du maïs aux États-Unis en 2017-2018. C’est donc une excellente nouvelle pour les producteurs de maïs et pour l’agriculture canadienne.

Blair Baillargeon, étudiant stagiaire, équipe de l'Économie agricole