Pourquoi tant de Canadiens souffrent-ils toujours de la faim?

En cette époque caractérisée par la surabondance d'aliments, un nombre croissant de personnes ont les moyens d'acheter plus d’aliments transformés et des sources de protéines plus dispendieuses.

C'est une excellente nouvelle, tant pour les populations qui peuvent augmenter leur apport calorique et diversifier leur alimentation que pour les producteurs agricoles et agroalimentaires canadiens qui répondent à une grande partie de la demande mondiale. Et si le Canada importe certaines des denrées de la plus grande valeur au monde, il jouit aussi des meilleures offres d'aliments salubres, fiables et nutritifs au monde.

Malheureusement, ce ne sont pas tous les Canadiens qui en profitent.

Même si le Canada se classe invariablement parmi les pays offrant la meilleure qualité de vie, l'organisme Banques alimentaires Canada estime que 13 % des Canadiens vivent dans l’insécurité alimentaire; chaque mois, ils sont plus de 850 000 à se tourner vers les banques alimentaires.

Il ne s'agit pas nécessairement d'un problème d'offre d'aliments; pour beaucoup de Canadiens, l'insécurité alimentaire résulte en grande partie d'un revenu insuffisant.

À la base du problème se trouve donc le revenu : entre 1981 et 2014, les 10 % des ménages canadiens les mieux nantis ont vu leur revenu augmenter de 47,7 % si l'on tient compte de l'inflation. À l’opposé, les 10 % des ménages dont le revenu est le plus faible ont vu leur revenu augmenter de 1,0 % en chiffres absolus. Cela signifie que les ménages qui étaient pauvres en 1981 pouvaient difficilement acheter, en 2014, n'importe quel produit dont le prix a augmenté plus vite que l'inflation.

Il est maintenant plus difficile pour les ménages pauvres d'acheter des aliments

Entre 1981 et 2007, les prix des aliments ont augmenté moins rapidement que le taux d'inflation. Ainsi, tous les produits alimentaires que les ménages avaient les moyens d'acheter en 1981 (peut‑être pas en quantité suffisante, certes) étaient toujours à leur portée en 2007.

Cependant, entre 2008 et 2014, le coût des aliments s'est accru plus rapidement que le taux d'inflation. L'IPC des produits alimentaires a augmenté de 17,1 %, tandis que l'inflation générale a progressé de 9,7 %. Entre 2008 et 2015, les prix des fruits et des légumes frais en particulier ont augmenté de 31,1 %, alors que l'inflation générale a progressé de 11 %.

Compte tenu de l'accroissement de l'inflation alimentaire observé ces huit dernières années (la hausse la plus marquée ayant été enregistrée en 2015), le nombre de foyers vivant dans l'insécurité alimentaire est maintenant plus élevé que jamais.