Ce que vous devez savoir au sujet du marché du pétrole

Le pétrole est sans doute le produit de base le plus commercialisé dans le monde; il a aussi un impact considérable sur les marchés agricoles.

Le cours du pétrole a un effet sur la valeur du dollar canadien et, par conséquent, sur les marges de profit des producteurs agricoles. Il a également une incidence sur le prix des intrants.


Examinons les observations suivantes tirées du dernier rapport mensuel sur l’énergie (Monthly Energy Review – en anglais seulement) de l’agence américaine de renseignements sur l’énergie (U.S. Energy Information Administration – EIA) :

  • La production mondiale de brut continue de progresser, notamment en raison de la production accrue en Iraq, en Arabie Saoudite et aux États-Unis. En date du 31 août, la production depuis le début de l’exercice était plus élevée en 2015 qu’en 2014, et il en était de même pour la production des douze derniers mois. La production canadienne a également augmenté : la moyenne mensuelle de la production quotidienne depuis le début de l’exercice était de 3 678 barils en 2015, ce qui représente une hausse de 3,1 % par rapport à 2014.

  • La consommation mondiale de pétrole est en hausse, une augmentation principalement attribuable aux États-Unis. Dans la plupart des autres pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques, la consommation affiche une baisse légère.

La demande de pétrole dans les marchés émergents est difficile à cerner. Prenons la Chine, par exemple. Certains rapports suggèrent que la baisse du prix du brut s’étant répercuté à la pompe, les consommateurs chinois ont acheté plus d’essence. Toutefois, d’autres rapports (en anglais seulement) font état d’une hausse des stocks dans ce pays, une situation qui remet en question la durabilité de l’augmentation de la consommation.

Comment la production de pétrole influe-t-elle sur les revenus agricoles canadiens?

Que faut-il retenir du rapport mensuel sur l’énergie de l’EIA? Tous les indicateurs américains sur l’exploitation pétrolière laissent entrevoir un ralentissement.

La production pétrolière serait donc appelée à diminuer, ce qui devrait ramener les stocks à des niveaux normaux. En ce moment, les stocks américains sont environ 35 % plus élevés que les stocks moyens des cinq dernières années. Et qui dit diminution des stocks, dit remontée des prix.

À quand cette hausse du prix du pétrole? Il faudra certainement attendre un certain temps avant que le prix du pétrole franchisse les 50 $ US et demeure à ce niveau. Ce n’est qu’à ce moment-là que le marché pétrolier aura un effet différent sur la situation économique des producteurs agricoles.

Entre-temps, il vaut mieux profiter de la faiblesse du dollar canadien. Ce coup de pouce est particulièrement évident lorsque l’on considère que le département de l’Agriculture des États-Unis (USDA – en anglais seulement) prévoit une baisse des revenus agricoles américains de 38 % en 2015. La baisse prévue des revenus agricoles au Canada est, en comparaison, beaucoup moins importante. 

Il faudrait toutefois se rappeler qu’on ne pourra pas compter indéfiniment sur un dollar faible. Améliorer sa productivité en innovant et en en faisant des investissements judicieux : voilà la clé d’un avenir prospère.

Jean-Philippe Gervais, économiste agricole en chef