Combien le huard vaudra-t-il à la fin de 2016?

La valeur du dollar canadien par rapport à celle du dollar américain aide à déterminer la rentabilité du secteur agricole canadien : elle a une incidence sur les prix des produits de base que nos producteurs reçoivent et sur les prix des intrants qu'ils paient. La dépréciation récente du huard par rapport au billet vert offre un avantage incontestable au Canada, mais combien de temps cela durera‑t‑il?

Craig Klemmer et Jean-Philippe Gervais offrent des points de vue contrastés sur la valeur qu'aura notre dollar à la fin de l'année.

Jean-Philippe Gervais

Jean-Philippe Gervais

Vice-président et économiste agricole en chef

@jpgervais



Le huard vaudra plus de 0,75 $ US à la fin de 2016

Les marchés financiers déterminent la performance des monnaies, qui est fonction des cours pétroliers, des taux d'intérêt aux États‑Unis et d'autres facteurs. Même si l'on prévoit que les prix du pétrole demeureront bas et que les taux d'intérêt augmenteront aux États‑Unis, je m'attends à ce que le huard dépasse 0,75 $ US à la fin de l'année.

Pour trois raisons...

1. Les attentes ont plus de poids que les décisions en tant que telles

Les marchés financiers sont tournés vers l'avenir. Ils ne sont pas ancrés dans le présent et sont encore moins tournés vers le passé. Ainsi, toute décision de la Réserve fédérale des États‑Unis de hausser son taux directeur en décembre a déjà été largement assimilée par les marchés financiers et prise en compte dans leur évaluation du huard. La probabilité d'une hausse de taux en décembre aux États‑Unis est assez élevée (70 %). Alors, dans les faits, cette hausse ne fera pas reculer le huard sous les 0,75 $ US.

2. Le marché du pétrole est stable

Les cours pétroliers ont augmenté au cours des six premiers mois de 2016, puis ils ont reculé et frôlent maintenant 50 $ US le baril. Une remontée des cours pétroliers dépendra de la décision collective des grands producteurs de réduire la production. Or, un tel accord serait peu susceptible de durer et aurait pour conséquence à court terme de faire grimper les prix du pétrole, ainsi que le huard.

3. L'économie canadienne rebondira

Si la Banque du Canada abaissait son taux directeur, cela affaiblirait probablement le huard. Toutefois, je pense que l'économie canadienne est en voie d'expansion, ce qui devrait convaincre les marchés financiers que la Banque du Canada n'abaissera pas les taux d'intérêt à court terme. Les exportations devraient se redresser, les données relatives aux ventes du secteur manufacturier canadien indiquent une croissance dans 15 des 21 secteurs, et les dépenses des ménages sont très fortes. Une performance de l'économie canadienne supérieure aux attentes influencera considérablement l'évaluation de la monnaie canadienne par les marchés.

Craig Klemmer

Craig Klemmer

Économiste agricole principal

@CraigKlemmer


Le huard vaudra moins de 0,75 $ US à la fin de 2016

Les facteurs qui influencent le plus la valeur du dollar canadien sont les fluctuations des cours pétroliers, l'écart entre l'économie du Canada et celle des États‑Unis, et la vigueur des dépenses de consommation aux États‑Unis. Les évaluations des marchés financiers sont fondées sur les éléments fondamentaux de ces facteurs.

Pour trois raisons...

1. Les cours pétroliers vont probablement demeurer bas

Une forte progression des cours pétroliers est peu probable, de sorte que le huard demeurera sous les 0,75 $ US. Récemment, les cours pétroliers ont remonté par suite de la décision de nombreux grands producteurs internationaux de limiter la production, et en raison de la diminution des stocks de pétrole aux États‑Unis. Toutefois, il faudrait que ces baisses de production soient soutenues pour que les prix du pétrole augmentent suffisamment pour entraîner une appréciation du huard. Cela est improbable en raison des pertes de revenu potentielles que subiraient les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) s'ils abaissaient la production.

2. L’économie des États-Unis fera meilleure figure que celle du Canada

Comme la croissance économique s'annonce plus vigoureuse aux États‑Unis qu'au Canada, le huard aura du mal à trouver du soutien. Les prévisions récentes de la Banque du Canada indiquent qu'en 2016, les économies des États‑Unis et du Canada croîtront de 1,5 % et de 1,1 % respectivement. La vigueur accrue de l'économie des États‑Unis suscitera des investissements supplémentaires dans le dollar américain au détriment des investissements dans le dollar canadien.

3. Une hausse de taux d’intérêt est attendue aux États-Unis

La Réserve fédérale des États-Unis devrait hausser les taux d'intérêt en décembre dans un contexte où l'économie des États‑Unis ne cesse de croître et où le marché du travail s'est largement redressé. Une hausse de taux pourrait aussi être accompagnée de l'annonce d'une hausse subséquente, ce qui raffermirait le dollar américain par rapport au dollar canadien.