Ce que vous trouverez dans le Rapport sur la politique monétaire de la Banque du Canada de janvier 2016

La Banque du Canada a dévoilé son Rapport sur la politique monétaire trimestriel le 20 janvier 2016. Ce rapport est habituellement une véritable mine de renseignements utiles pour les marchés agricoles, fournissant de l’information non seulement au sujet des taux directeurs, mais également à propos du dollar canadien ($ CAN) et des perspectives de croissance économique de la Chine et de l’Inde, qui sont deux principaux marchés d’exportations agricoles du Canada.

Il y a beaucoup d’incertitude présentement à propos des taux d’intérêt. Je crois que le taux de financement à un jour demeurera inchangé pour l’instant. La question est de savoir combien de temps il restera stable.

Le taux est stable pour l'instant, mais une baisse des taux pointe-t-elle à l'horizon?

Voici ce que la Banque du Canada a fait :

  • elle a offert une perspective où les coûts d'emprunt n'augmenteront pas à court terme;
  • elle a maintenu le taux de financement à un jour inchangé pour l'instant;
  • elle a baissé le taux directeur d'ici le début de l’été en raison de la faiblesse persistante des marchés du pétrole et des autres produits de base. Les marchés financiers reflètent pleinement cette possibilité.
     

Je serais étonné de voir les taux d'intérêt à court terme et à long terme évoluer dans des directions opposées à ce stade, mais cela pourrait arriver plus tard au cours de l'année 2016, surtout maintenant que la Réserve fédérale américaine (en anglais seulement) a mis en œuvre une première hausse de taux.

La hausse de taux aux États-Unis n'a pas modifié les décisions prises par la Banque du Canada à propos de son taux directeur, qui est fondé sur ses prévisions quant à l'économie du Canada. À l'heure actuelle, les deux économies empruntent des chemins divergents.

Jusqu'où le huard chutera-t-il?

Le huard pourrait atteindre de nouveaux creux par rapport au dollar américain.  Il pourrait aussi reprendre de la vigueur au cours de la seconde moitié de 2016 si les prix des produits de base grimpent, notamment le pétrole. C'est possible, mais les perspectives de la Banque du Canada pour le pétrole ne seront pas favorables. Les stocks pétroliers indiquent que l'offre mondiale éclipse toujours la demande potentielle. Ce n'est pas vraiment la recette pour raffermir les prix du pétrole à moyen terme.

D'un autre côté, une croissance économique positive aux États-Unis pourrait accroître les exportations canadiennes et accélérer la croissance économique au Canada. Une amélioration de l'économie canadienne, même si elle se produit seulement au cours de la seconde moitié de 2016, pourrait permettre au huard d'atteindre 0,70 cent US.    

La Chine et l'Inde contrôlent-elles toujours la demande de produits agricoles?

Les prix des lentilles ont récemment connu une hausse, ce qui s'explique essentiellement par les difficultés de production que connaît l'Inde. Ces problèmes ne dureront pas éternellement, le raffermissement des prix prévu à long terme découlera d'un renforcement de la demande liée à la hausse du revenu des consommateurs. De même, les perspectives pour les marchés des oléagineux sont directement rattachées à la vigueur de la demande provenant de la Chine.

La croissance économique de la Chine ralentira en 2016; l'Inde affichera des résultats plus optimistes. Mais au-delà de la croissance du produit intérieur brut, je surveille des signes de stabilité économique qui pourraient laisser entendre une augmentation du revenu disponible des consommateurs. Nous avons besoin d'une forte demande des produits agricoles en cette période d'expansion des approvisionnements mondiaux.

Je ne fais que spéculer, bien sûr, mais je pense que vous feriez bien de surveiller la situation au cours de la première moitié de 2016. Continuez à nous lire pour obtenir plus d'information sur le dollar canadien, les taux d'intérêt et la croissance économique mondiale.

Jean-Philippe Gervais, économiste agricole en chef