Les producteurs américains prévoient réduire la superficie consacrée au maïs

Les problèmes nationaux comme ceux qui touchent le transport des céréales ont une lourde incidence sur les bénéfices des producteurs, mais, soyons réalistes, les prix des produits au Canada sont aussi en grande partie déterminés par des événements qui surviennent à l’étranger, en particulier aux États-Unis. Les perspectives d’ensemencement de l’USDA (Prospective Plantings), publiées le 31 mars, révèlent les plans des producteurs américains pour 2014.

En guise de contexte, mentionnons que l’année dernière, les producteurs des États-Unis ont ensemencé 95,4 millions d’acres de maïs, 76,5 millions d’acres de soja et 56,2 millions d’acres de blé. Au Canada, la superficie ensemencée s’élevait, au total, à 73 millions d’acres pour ce qui est des cultures commerciales.

Début mars de cette année, un sondage a été mené auprès des producteurs américains. Les résultats pour 2014 indiquent que les producteurs prévoient réduire de 4 % la superficie consacrée au maïs, qui s’établirait à 91,7 millions d’acres. Ils prévoient accroître de 6 % la superficie consacrée au soja, la portant à un sommet de 81,5 millions d’acres, et réduire de 1 % celle consacrée au blé, qui se chiffrerait à 55,8 millions d’acres. Comparativement aux estimations présentées au Forum des perspectives agricoles de l’USDA en février, la superficie prévue de soja est haussée de 4 %, et les superficies prévues de maïs et de blé sont abaissées de 2 %.

Quelles seront les répercussions pour les producteurs canadiens? Les perspectives d’ensemencement des États-Unis favoriseront une hausse des prix du maïs et du blé, mais elles risquent de faire fléchir les prix du soja. Si l’on suppose des rendements dans la moyenne, les exportations de soja devront être considérables sinon les stocks de report se reconstitueront, ce qui permettrait au marché nord-américain, actuellement tendu, de souffler un peu.

Les marchés sont en évolution constante, comme en témoigne la saison de croissance 2014. Les prix du maïs montent en flèche ces derniers temps, reprenant une partie de l’avantage relatif que le soja détenait par rapport au maïs sur le plan des bénéfices. Il sera intéressant de voir si la remontée des prix du maïs se poursuivra et si elle se traduira par une révision à la hausse des intentions d’ensemencement à l’approche des semailles.

Enfin, les préoccupations grandissantes liées à la sécheresse risquent d’avoir une incidence sur les décisions d’ensemencement. Nous surveillerons les rapports mensuels de l’USDA pour vous tenir informés des facteurs qui influeront sur la taille des récoltes aux États-Unis et pour aider votre entreprise dans la prise de décisions commerciales.

 

James Bryan, économiste agricole