Comprendre les facteurs qui influent sur la valeur des terres agricoles

Aujourd’hui, notre équipe d’agroéconomistes a publié un rapport  sur les terres agricoles canadiennes. Les deux objectifs du rapport sont de comprendre les facteurs qui influent sur la valeur des terres agricoles et de présenter un aperçu des tendances possibles pour 2015.

La valeur des terres agricoles dépend de trois principaux éléments : les taux d’intérêt, les recettes des cultures et un effet d’impulsion. De faibles taux d’intérêt favorisent une forte demande visant les terres agricoles. Les recettes des cultures influent sur le potentiel de revenu des terres agricoles et un revenu plus élevé fait augmenter la valeur de ces terres. L’effet d’impulsion est lié aux tendances, et historiquement, la valeur des terres agricoles canadiennes fluctue lentement.  

Pour prédire les tendances futures de la valeur des terres agricoles, il faut s’appuyer sur des hypothèses concernant les taux d’intérêt et les recettes des cultures. On présume que les taux d’intérêt demeureront faibles jusqu’à la fin de 2015 et même en 2016. Des projections d’AAC portent à croire que les recettes des cultures diminueront légèrement dans la plupart des provinces en 2015.

Pour établir des projections propres aux provinces, nous avons tenu compte, en plus de ces hypothèses, de facteurs plus locaux comme l’incidence du prix du pétrole sur la valeur des terres en Alberta. La valeur des terres agricoles a augmenté en 2014 et nos projections pour 2015 révèlent une tendance semblable, quoiqu’à un rythme plus modéré. C’est ce que nous appelons un atterrissage en douceur, c’est-à-dire, que la valeur des terres agricoles cessera graduellement d’augmenter et se stabilisera à des niveaux correspondants aux perspectives positives à long terme pour les marchés agricoles.

La valeur des terres agricoles est-elle à la hauteur des attentes historiquement?

Les tendances que suit la valeur des terres agricoles correspondent-elles au potentiel de revenu des terres? C’est une question difficile, mais on peut se faire une idée de la réponse en examinant le ratio du prix des terres agricoles et des recettes des cultures. Ce ratio est un outil largement utilisé sur les marchés financiers, bien que le revenu net soit généralement la mesure privilégiée dans de tels cas. Or, dans le cas présent, les recettes des cultures permettent de déterminer les tendances de la valeur des terres agricoles mieux que le revenu net.

Notre analyse démontre que la valeur des terres agricoles a récemment commencé à augmenter, ainsi que le ratio prix-recettes des cultures. Pourtant, le ratio correspond à sa moyenne à long terme dans bon nombre de provinces. Ailleurs, comme au Québec et en Ontario, le ratio du prix des terres agricoles et des recettes des cultures est supérieur à la moyenne historique de ces provinces.

Les perspectives pour 2015 demeurent positives

Bien que nous prévoyions que la valeur des terres agricoles demeurera élevée, le rythme global d’appréciation devrait ralentir en raison de plus faibles recettes des cultures. Bien entendu, le deuxième semestre de 2015 sera déterminant. Les conditions météorologiques, la valeur du dollar canadien et une foule d’autres facteurs économiques influeront sur les recettes des cultures et, en définitive, sur la valeur des terres agricoles.

Les terres agricoles peuvent représenter jusqu’à 65 % des actifs agricoles, souvent plus. Elles constituent un élément important de l’exploitation et du bilan d’un producteur. Les producteurs doivent examiner attentivement leur exploitation et leur bilan afin de s’assurer qu’ils peuvent tirer leur épingle du jeu dans un certain nombre de scénarios en ce qui a trait au revenu, aux dépenses, aux dettes et à la valeur des actifs.  

Madeline Turland, Économiste agricole-stagiaire