La statistique que vous devez connaître au sujet des marchés des céréales et des oléagineux

La prochaine campagne agricole est à nos portes. Tandis qu’ils affinent leurs stratégies de mise en marché, les producteurs de céréales et d’oléagineux sont bombardés d’information sur les marchés. Cependant, certains rapports sont plus importants que d’autres, notamment le rapport World Agricultural Supply and Demand Estimates (qui porte sur les estimations concernant l’offre et la demande agricoles mondiales) du département de l’Agriculture des États-Unis (USDA).

À propos du maïs, nous avons appris la semaine dernière que la superficie qui y était consacrée aux États-Unis en 2015 s’annonçait moins vaste que ce qu’on prévoyait et que les rendements étaient plus élevés. Les estimations concernant l’utilisation de cette céréale pour la production d’éthanol ont été révisées à la hausse,  et les estimations sur la demande d’exportation de maïs et son utilisation comme fourrage en 2015-2016 ont été révisées à la baisse. Comment les producteurs sont-ils censés interpréter toutes ces données?

La réponse est simple : il suffit d’utiliser le ratio stocks-utilisation.

La Tribune agroéconomique s’engage à surveiller le ratio stocks-utilisation des céréales et des oléagineux durant toute la campagne agricole. Nous avons préparé une vidéo qui explique les principes fondamentaux du ratio stocks-utilisation. En résumé, la vidéo explique l’équilibre entre l’offre et la demande : plus le ratio est élevé, plus l’offre est abondante par rapport à la vigueur de la demande, ce qui laisse supposer que les prix sont appelés à diminuer. À l’inverse, un ratio faible indique une offre restreinte par rapport à l’utilisation totale, ce qui laisse présager une hausse des prix. 

Examinons le graphique ci-dessous. Les petits carrés indiquent le prix moyen du maïs aux États-Unis au cours d’une année commerciale de même que le ratio stocks-utilisation à la fin de la même année commerciale. Les prix du maïs étaient en moyenne très élevés en 2012-2013, année où le ratio se situait à environ 7 %. Par contraste, durant l’année commerciale 2014-2015, le prix moyen du maïs était de 3,70 $ US alors que le ratio stocks-utilisation s’établissait à 12,9 %.

La barre rouge illustre le rapport négatif entre les prix et les stocks disponibles. Plus les stocks prévus en fin de campagne sont faibles (et que le ratio stocks-utilisation est bas), plus le prix s’approche de l’extrémité supérieure gauche du graphique.    

La plupart des contrats à terme pour le maïs dont la livraison est prévue durant l’année commerciale 2015-2016 affichent un prix supérieur au prix moyen prévu par le USDA. Cela indique que les intervenants du marché :

a)      ont des attentes moins élevées, en moyenne, que le USDA concernant la taille de la récolte de maïs des États-Unis ou;

b)      s’attendent à une demande plus vigoureuse pour le maïs ou;

c)       ont ces deux attentes à la fois.

Les prévisions concernant la récolte de soja des États-Unis ont été revues à la baisse la semaine dernière, faisant ainsi diminuer le ratio stocks-utilisation du soja. Par conséquent, les prix du soja se sont raffermis tout de suite après la publication du rapport de l’USDA. Les prévisions concernant les stocks de blé aux États-Unis ont été révisées à la hausse, de même que les estimations concernant l’utilisation globale de blé. Il en a résulté une augmentation des prix moyens prévus aux États-Unis pour la campagne 2015-2016.

Un bon plan de mise en marché est indispensable à la réussite d’une exploitation de céréales et d’oléagineux. Nous nous engageons à surveiller le ratio stocks-utilisation de la majorité des produits de base tout au long de l’année et de vous faire part de nos observations dans ce blogue.

Jean-Philippe Gervais, économiste agricole en chef