L’offre et la demande, un principe économique toujours pertinent

Comment les prix des produits agricoles sont-ils fixés sur le marché?

On me dit souvent que les prix que les producteurs obtiennent pour leurs produits de base agricoles diffèrent de ceux qui résulteraient de l’évolution normale de l’offre et de la demande. Au banc des accusés figurent les fonds indexés sur le cours de marchandises ou encore la pression sur les prix qu’exerce la chaîne d’approvisionnement.

Il est vrai que la dynamique du marché a changé au cours des dernières années. Mais au fond, la loi de l’offre et de la demande prévaut toujours.

Prenons par exemple un rapport du département de l’Agriculture des États-Unis (USDA) qui a généralement des répercussions importantes sur les marchés, celui sur ses estimations mensuelles concernant l’offre et la demande agricoles mondiales. Supposons qu’il révèle aux acheteurs qu’à l’inverse des prévisions, l’offre se raréfie : les prix augmenteront par conséquent. Il peut aussi indiquer aux fournisseurs que la consommation ralentit et qu’à terme, les prix diminueront. Ce sont, dans l’immédiat, quelques idées que les producteurs peuvent prendre en compte dans leur plan de commercialisation.

Voici un aperçu des plus récentes estimations de l’USDA publiées le 10 février dernier :

  • Une plus forte demande de maïs sur les marchés mondiaux est à prévoir. Dans un marché où les stocks de maïs se sont refaits et où le rapport stocks-utilisation est plus élevé que l’an dernier, une forte demande extérieure est essentielle afin de maintenir les prix jusqu’à la fin de l’année de commercialisation.
  • Les réserves nord-américaines de soja sont limitées et il devient nécessaire de surveiller les conditions météorologiques en Amérique du Sud.  Les mauvaises conditions météorologiques en Argentine ont ramené à la baisse, par rapport au mois dernier, les prévisions concernant la production de soja. Inversement, la production du Brésil a été révisée à la hausse. L’équilibre global entre l’offre et la demande devrait limiter une flambée des prix. 
  • Les importations américaines de blé canadien devraient augmenter de 10 millions de boisseaux en raison de l’engorgement du système de manutention des grains dans les Prairies canadiennes.  En général, on prévoit une bonne demande de blé qui soutiendra les prix de ce produit.

Une série d’autres projections de l’USDA sera publiée le 13 février. Portant toujours sur les produits de base agricoles, les projections fourniront une perspective à long terme sur une échelle de 10 ans. Elles seront utiles pour établir différents cas de figure et évaluer des plans d’affaires.    

Revenez donc bientôt sur la Tribune! Nous parlerons plus en détail des projections à long terme de l’USDA et nous fournirons des moyens de les utiliser afin de prendre des décisions éclairées en matière d’expansion de votre exploitation, d’achat d’équipement, de location ou d’achat, etc.

- Jean-Philippe Gervais, Économiste agricole en chef