À quel point la première ligne de défense financière des fermes canadiennes
est—elle solide?

Le rapport Perspectives concernant les actifs et la dette agricoles pour 2017-2018 de FAC dresse un portrait de la santé financière globale de l’agriculture canadienne en se basant sur le rapport Bilan du secteur agricole de Statistique Canada. Les ratios financiers de l’industrie permettent de dégager des tendances mais ne reflètent aucune exploitation en particulier et sont d’une utilité limitée pour l’analyse comparative.

Dans le cadre d’une collaboration entre Statistique Canada, FAC et un analyste de la recherche, nous avons mis à profit l’Enquête financière sur les fermes de 2015 afin de dresser un tableau plus précis de la santé financière des exploitations agricoles canadiennes. Au cours des prochaines semaines, nous vous communiquerons de l’information afin de vous aider à situer les données financières de votre exploitation dans un contexte plus large et à comprendre les principaux outils financiers.

Dans le présent billet, j’analyserai en particulier la position de liquidité de l’agriculture canadienne. Une mesure clé de la liquidité est le ratio de fonds de roulement, qui mesure la capacité d’une exploitation à rembourser ses dettes à leur échéance sans perturber le cours normal de ses opérations. Il s’agit de la première ligne de défense d’une exploitation. Le fonds de roulement se calcule en mesurant le total de l’actif à court terme par rapport au passif à court terme

Qu’est-ce que le ratio du fonds de roulement vous dit?

Il n’existe pas de règles strictes régissant le ratio du fonds de roulement, mais la documentation financière laisse entendre qu’un ratio se situant dans une fourchette de 1,5 à 3,0 est bon. S’il dépasse 3,0, il se peut que l’efficacité de l’entreprise à utiliser son encaisse ne soit pas optimale. Une exploitation agricole dont le ratio du fonds de roulement se situe entre 1 et 1,5 est liquide en principe, mais elle pourrait être exposée à des difficultés financières si les conditions du marché se détériorent. Un ratio du fonds de roulement inférieur à 1,0 signifie que l’exploitation agricole n’a pas l’actif à court terme suffisant pour rembourser ses dettes à court terme.

Les exploitations agricoles canadiennes sont liquides

Dans l’ensemble, la position de liquidité du secteur agricole canadien est solide. En 2015, les fermes canadiennes affichaient un ratio de fonds de roulement moyen de 3,0. Les exploitations de céréales et d’oléagineux ainsi que les exploitations avicoles affichaient les ratios de fonds de roulement les plus élevés, soit 3,6 et 3,0 respectivement.

Les exploitations laitières, de production de pommes de terre et de production fruitière affichent le ratio de fonds de roulement moyen le plus faible soit, 1,8, 1,8 et 1,7 respectivement. La position de liquidité moyenne de tous les autres secteurs est considérée adéquate car leurs ratios dépassent tous 1,5.

Existe-t-il des possibilités de faiblesse de la liquidité dans certains secteurs de l’industrie? 

Si la position de liquidité globale de tous les secteurs de l’agriculture canadienne est adéquate, certains aspects sous‑jacents sont toutefois à surveiller.

Les données de l’Enquête financière sur les fermes révèlent que presque 80 % des producteurs bovins affichent une position de liquidité supérieure à 2,0. Ceci n’est pas étonnant car les prix du bétail étaient élevés en 2014 et dans la première partie de l’année 2015. La forte demande de céréales et d’oléagineux, de légumes de serre, de légumes de plein champ et de volaille ont permis à ces secteurs de bénéficier de fortes liquidités. 

Les exploitations affichant un ratio de fonds de roulement de moins de 1,25 risquent de ne pas avoir un fonds de roulement suffisant pour faire face à des perturbations dans la production ou la trésorerie. Approximativement 50 % des exploitations laitières et fruitières affichent des ratios de fonds de roulement de moins de 1,25. Les liquidités seront donc un aspect à surveiller. Dans les secteurs où les flux de production sont continus et dont la trésorerie est prévisible comme le secteur laitier, il n’est pas étonnant de constater que la position de liquidité moyenne est inférieure à celle des secteurs qui ne vendent qu’une fois par année.

Dans l’ensemble, les fermes canadiennes jouissaient de liquidités adéquates en 2015. L’évolution des prix des produits de base au cours des deux dernières années a inévitablement eu des conséquences sur la position de liquidité des fermes canadiennes. Le fonds de roulement reste la première ligne de défense de l’exploitation contre les fluctuations du marché.  

Votre exploitation dispose‑t‑elle de liquidités suffisantes? Il est important de discuter avec votre institution financière et avec votre comptable afin de vous assurer que votre situation financière vous permet de tirer profit des occasions d’affaires ou qu’elle vous protège contre les perturbations qui surviennent sur le marché.


Craig Klemmer
Économiste agricole principal

Craig Klemmer a commencé sa carrière à FAC en 2009 en tant qu’économiste agricole. Il se spécialise dans la surveillance et l’analyse de l’environnement macroéconomique, la modélisation de l’état de santé de l’industrie et la prestation d’analyses des risques liés à l’industrie. Avant son arrivée à FAC, il a travaillé à la Direction de l’élevage du ministère de l’Agriculture de la Saskatchewan. M. Klemmer est titulaire d’une maîtrise en agroéconomie de l’Université de la Saskatchewan.

@CraigKlemmer