Contrats de location de terres agricoles : hausse des loyers au compta

Nous avons beaucoup entendu parler du marché de location des terres agricoles, mais le dernier Recensement de l'agriculture montre ce qui a véritablement changé entre 2011 et 2016 et ce qui est resté stable sur le marché. Même si les loyers au comptant ont de plus en plus la faveur comme type de contrat de location, dans l’ensemble, la propriété des terres agricoles canadiennes est demeurée relativement stable.

La superficie des terres agricoles louées augmente, mais le pourcentage de la superficie totale varie peu

Au Canada, la superficie consacrée aux terres agricoles est passée de 160,2 millions d’acres à 158,7 millions d’acres, entre 2011 et 2016. Or, si la superficie totale consacrée aux terres agricoles a baissé au Canada, le nombre d’acres loués a, pour sa part, augmenté. En 2011, 36,8 millions d’acres – soit 23 % de l’ensemble des terres agricoles pour l’année – étaient loués ou cédés à bail. En 2016, un peu plus de 40,1 millions d’acres (ou le quart de toutes les terres agricoles) étaient cultivés sur des terres louées ou cédées à bail. Cela représente une augmentation de 2 % des terres louées en proportion de toutes les terres agricoles du Canada entre 2011 et 2016 et une hausse de 9 % de la superficie de terres agricoles louées pendant la période.

Cela veut dire qu’en 2016, presque 100 millions d’acres (ou 63 % de la superficie totale des terres agricoles canadiennes) étaient cultivés par les propriétaires fonciers eux-mêmes. À cela s’ajoutaient les terres données à bail par la Couronne, qui représentent 21 millions d’acres supplémentaires ou 13 % des terres agricoles canadiennes.

Les structures de location s’orientent vers la location au comptant

Si la propriété des terres cultivées au Canada n’a guère changé au cours de la dernière période de recensement, on ne peut pas en dire autant du type de contrat de location privilégié par les producteurs.

Entre 2011 et 2016, les propriétaires fonciers et les locataires se sont tournés davantage vers les contrats de location au comptant. En proportion de tous les contrats de location de terres agricoles, ce type de contrat a connu une croissance plus rapide que tout autre type de contrats. La proportion de terres administrées au moyen d’une location au comptant a grimpé de 10 % (pour atteindre 34 millions d’acres) entre 2011 et 2016. Il n’est pas surprenant de constater que le total des loyers au comptant payés par les producteurs canadiens a augmenté de presque 40 % au cours de cette période. En 2016, les loyers au comptant représentaient plus de 4 % des dépenses agricoles totales, un montant qui a crû de 0,7 points de pourcentage pendant la période de recensement, en proportion des dépenses totales.

Les terres agricoles administrées au moyen de contrats de métayage ont aussi augmenté, mais dans une moindre mesure. Au cours de la période de recensement, le nombre d’acres cultivés en vertu de ce type d’entente a augmenté de 3 %, pour atteindre une superficie de 4,5 millions d’acres. Or, malgré l’augmentation de la superficie, les dépenses totales consacrées à ce type de location (métayage) ont chuté de 13 % (ce qui, en proportion des dépenses agricoles totales, ne représentait que 0,5 %).

La superficie administrée en vertu d’autres ententes de location moins traditionnelles a baissé de 6 %, pour s’établir à 1,5 million d’acres, au cours de la même période.

Comment savoir si le moment est propice pour acheter ou louer des terres agricoles? Un bon point de départ consiste à comprendre vos coûts de production, vos paiements au comptant et vos sources de revenus probables. Il est aussi essentiel de connaître l’incidence des taux d’intérêt et votre position de liquidité. Pour plus de détails, visitez FAC.ca.


Craig Klemmer
Économiste agricole principal

Craig Klemmer a commencé sa carrière à FAC en 2009 en tant qu’économiste agricole. Il se spécialise dans la surveillance et l’analyse de l’environnement macroéconomique, la modélisation de l’état de santé de l’industrie et la prestation d’analyses des risques liés à l’industrie. Avant son arrivée à FAC, il a travaillé à la Direction de l’élevage du ministère de l’Agriculture de la Saskatchewan. M. Klemmer est titulaire d’une maîtrise en agroéconomie de l’Université de la Saskatchewan.

@CraigKlemmer