Les données financières des exploitations agricoles au Canada et aux États-Unis : examen des différences

Vous vous préparez pour une nouvelle année? L’équipe de l’Économie agricole de FAC veut fortifier la santé financière de votre exploitation agricole. Tout au long du mois de mars, nous publierons des billets pour vous aider à situer les données financières de votre exploitation agricole pour 2017 dans un contexte plus large. Nous allons également vous expliquer à quoi les principaux outils financiers peuvent vous servir. Consultez notre blogue chaque semaine pour suivre l’évolution de l’agriculture canadienne et apprendre comment garder une longueur d’avance.

Le démarrage d’une exploitation agricole exige beaucoup de travail et de capitaux. Dans un environnement où l’on doit faire face à des questions de production, de commercialisation et de risque financier, la valeur élevée des actifs agricoles peut être problématique, surtout pour les jeunes producteurs.

Dans ce billet, nous examinerons la valeur des actifs agricoles au Canada, la façon dont l’endettement a servi à les financer et comment la rentabilité a contribué à la valeur de ces actifs au cours des cinq dernières années. Nous comparerons ces actifs à ceux des États-Unis afin d’évaluer la santé financière de l’économie agricole de nos deux pays et d’en dégager la tendance pour 2017.

La croissance de la valeur des actifs agricoles canadiens dépasse celle des actifs américains

La valeur des actifs canadiens augmente chaque année depuis cinq ans, et devrait continuer de grimper en 2017, ce qui témoigne d’une économie agricole vigoureuse. Une grande partie de cette augmentation est en lien avec les terres, qui représentent généralement la majorité de tous les actifs agricoles canadiens (consultez à ce sujet notre rapport Valeur des terres agricoles 2015). L’augmentation des recettes monétaires agricoles, qui sont une fois de plus supérieures à la moyenne quinquennale, a joué un rôle clé dans les acquisitions de terres récentes. La période de faibles taux d’intérêt que nous venons de traverser a aussi contribué à ces acquisitions.

Des recherches préliminaires indiquent qu’en 2016, la dette a augmenté de près de 7 % au Canada et qu’en 2017, elle devrait augmenter de 3 % à 5 % en 2017. Ces hausses s’expliquent par la croissance prévue de la valeur des actifs agricoles en 2016 et 2017. La valeur des actifs a grimpé plus rapidement que la dette jusqu’en 2015, lorsque la tendance s’est inversée. Pour 2016 et 2017, on prévoit que la dette augmentera plus rapidement que les actifs.

C’est pourquoi le ratio d’endettement du Canada était en moyenne de 15,6 % entre 2011 et 2015 et devrait augmenter légèrement en 2016 et 2017. Ce ratio permet de mesurer le levier financier du secteur agricole canadien : environ 16 $ de la dette globale a servi à financer 100 $ du total de l’actif agricole.

Ratio d’endettement

Le ratio d’endettement (en anglais seulement) indique la proportion de l’actif d’une entreprise qui est financée par des emprunts plutôt que par des capitaux propres.

Une exploitation dont l’actif est financé par plus d’emprunts que de capitaux propres présente de plus grands risques d’insolvabilité ou d’incapacité de rembourser ses dettes. Cette situation peut devenir problématique quand le flux de trésorerie est soumis à des pressions ou, plus habituellement, quand les taux d’intérêt grimpent.

Logique

Un faible ratio d’endettement procure la souplesse nécessaire pour :

  1. prolonger le terme de la dette actuelle lorsque les profits sont moindres et que la capacité de remboursement est restreinte;
  2. emprunter plus d’argent si une occasion se présente.

La forme financière de votre exploitation est-elle bonne? Écoutez la vidéo Calculez votre ratio d’endettement.

Comparaison entre les ratios d’endettement du Canada et des États-Unis

En 2017, pour la quatrième année consécutive, la valeur des actifs aux États-Unis devrait baisser, ce qui s’explique en grande partie par les reculs prévus de la valeur des terres en 2016 et 2017. Les États-Unis enregistrent une dette supérieure à la valeur des actifs depuis 2012, lorsque leur ratio d’endettement a atteint le creux de 11,3 %. Le ratio de l’agriculture américaine a légèrement augmenté depuis, indiquant un levier financier d’environ 13 % en 2016, qui devrait atteindre 14 % en 2017.

Il est important de surveiller le ratio d’endettement, car il permet de prédire les difficultés au chapitre du remboursement de la dette. Pour l’instant, nous ne croyons pas qu’il soit justifié de s’inquiéter pour le ratio d’endettement du Canada. Bien qu’un écart plus important entre les ratios du Canada et des États-Unis ait été enregistré par le passé, ces différences étaient souvent attribuables aux caractéristiques sous-jacentes à l’industrie agricole de chaque pays, et pas nécessairement aux décisions des producteurs à l’égard du financement.

Voici quelques-uns des facteurs qui expliquent l’écart entre les ratios d’endettement canadien et américain :

  • En raison du climat plus froid et des saisons de croissance moins longues au Canada, les investissements visant à abriter les animaux et à cultiver la terre sont de nature et de montants différents.
  • Les producteurs sont plus nombreux à posséder des terres agricoles au Canada que leurs homologues
    des États-Unis, où la location de terres est courante; ils doivent donc emprunter davantage pour financer leurs acquisitions.
  • La plus grande intégration verticale des fermes américaines se traduit par un plus faible niveau d’endettement déclaré et de meilleurs ratios financiers. De nombreux producteurs américains ne financent pas leurs achats d’intrants agricoles à l’aide de marges de crédit classiques.

Même si le niveau d’endettement de l’agriculture canadienne est supérieur à celui de l’agriculture américaine, selon d’autres mesures de sa santé financière, l’industrie canadienne est relativement prospère et résisterait à un ralentissement de l’économie.

Revenu monétaire net : l’histoire de deux pays

Les liquidités nécessaires pour faire des investissements ou des retraits proviennent des recettes monétaires agricoles. Le revenu monétaire net, soit les recettes moins les charges d’exploitation (qui comprennent le remboursement de la dette), a varié récemment pour les deux pays. Aux États-Unis, le revenu monétaire net a commencé à baisser en 2013 pour enregistrer une perte de 22,7 % en 2015. Le département de l’Agriculture des États-Unis (USDA) estime qu’il a perdu encore 10 % entre 2015 et 2016.

Le revenu monétaire net du Canada a enregistré une croissance positive de 2013 à 2015, soit une hausse de 11,5 % en 2014 et de 8,2 % en 2015. La dépréciation du huard a joué un rôle prépondérant dans les différents résultats et s’est avérée un atout majeur pour la rentabilité du Canada. Le rendement de l’actif estimé pour les deux pays montre l’importance du revenu monétaire net du Canada, qui est plus élevé que celui des États-Unis.

Rendement de l’actif

Le rendement de l’actif témoigne de la rentabilité d’une entreprise par rapport à son actif total. Il indique l’efficacité de la direction à utiliser l’actif afin de générer un bénéfice.

Statistique Canada calcule le rendement de l’actif en divisant le revenu monétaire net (comme mesure du bénéfice annuel) par l’actif total d’une année donnée. C’est donc cette méthode que nous avons employée afin de calculer le rendement de l’actif des États-Unis.

Pour calculer le rendement de l’actif de votre exploitation, écoutez la vidéo Calculez votre ratio de rendement de l’actif.

Tendances canadiennes et américaines au chapitre de la rentabilité : qui jouit de la plus grande souplesse financière?

Les rendements de l’actif du Canada et des États-Unis ont chuté durant la période quinquennale (de 2011 à 2015). Le Canada a affiché une baisse plus lente de ses recettes, attribuable tant à la hausse soutenue de la valeur de ses actifs au cours des cinq dernières années qu’aux augmentations du revenu monétaire net que n’ont pas connues les producteurs américains. Pour ce qui est des États-Unis, une baisse combinée du revenu net et de la valeur de l’actif signifie qu’en date de 2015, leur rendement de l’actif avait connu une chute plus abrupte que la rentabilité canadienne. En effet, il a chuté d’un tiers, tandis que la chute du rendement de l’actif du Canada était de moins
de 10 %.

Trois grandes leçons à tirer

  1. L’agriculture canadienne et l’agriculture américaine affichent toutes deux un faible niveau d’endettement et peuvent résister à un ralentissement de l’économie agricole.
  2.  Le ratio d’endettement est une mesure secondaire de la capacité à rembourser une dette, car il mesure la solvabilité après la liquidation des actifs. La mesure principale de solvabilité est toujours le revenu. Un ratio faible est indicateur de la souplesse nécessaire pour refinancer la dette si une baisse des flux de trésorerie ou des bénéfices nuit au remboursement de la dette.
  3. Le risque financier n’est pas le même pour chaque exploitation agricole. L’analyse de la mesure globale de l’endettement agricole du Canada ne permet pas de connaître le nombre d’exploitations dont le niveau d’endettement est élevé. Soyez au courant de vos ratios financiers. Nous vous avons proposé plusieurs ressources, mais votre comptable ou un directeur des relations d’affaires de FAC sauront vous aider à ce sujet.

Ne manquez pas nos prochains billets. Nous examinerons deux autres mesures de la santé financière des exploitations agricoles canadiennes : les liquidités disponibles pour respecter les obligations de leurs dettes et les fonds de roulement qu’elles utilisent pour se protéger contre des déficits de trésorerie imprévus.

Gérez-vous efficacement vos flux de trésorerie?

La réponse dans notre guide de planification

Obtenez-le