Les choses que vous devriez savoir à propos du Partenariat transpacifique

Que savez-vous du Vietnam, du Pérou ou de la Malaisie?

Chacun de ces pays prend part aux négociations actuelles du Partenariat transpacifique (PTP) et, bien que ce soient des marchés relativement petits et méconnus, ils pourraient s’avérer utiles pour le secteur de l’agriculture et de l’agroalimentaire canadien. Notre récent rapport intitulé Tour du monde des échanges commerciaux offrait un aperçu du PTP; voici quelques faits supplémentaires sur trois de ses plus petits participants.

Vietnam

La Banque asiatique de développement prévoit que le PIB du Vietnam augmentera à un rythme annuel de 5,8 % en 2015, ce qui pourrait être suffisant pour qu’il devienne l’économie émergente qui connaît la plus forte croissance d’ici 2025.

Les exportations de produits agricoles canadiens vers le Vietnam – des céréales et oléagineux pour la plupart – étaient 26 fois plus importantes en 2013 qu’en 2009. La consommation de céréales secondaires durant la dernière décennie a augmenté de 83 % et devrait continuer de croître au cours des dix prochaines années (25 %). Selon toute vraisemblance, le Vietnam ne sera pas en mesure de répondre à la croissance de la consommation par une croissance proportionnelle de sa production, ce qui ouvrira la voie aux fournisseurs canadiens.

Malaisie

La Malaisie est un autre pays qui peut se targuer d’une bonne croissance économique en 2014.

Selon les perspectives agricoles de l’OCDE et de la FAO, la consommation mondiale totale de bœuf, de porc et de blé devrait augmenter de 9,6 % d’ici 2023. La consommation de ces produits en Malaisie (entre autres) devrait augmenter de 25 % d’ici 2023.

Le Canada a augmenté ses exportations de production animale vers la Malaisie de près de 4 000 % au cours des cinq dernières années.

Pérou

Le Pérou est le pays de l’Amérique du Sud qui a connu un rendement exceptionnel au cours de la dernière décennie. Classé comme pays à revenu intermédiaire par la Banque mondiale, et occupant le 40e rang mondial sur le plan du PIB le plus élevé, le Pérou a l’une des économies dont la croissance est la plus rapide au monde. Le revenu élevé des consommateurs devrait continuer de stimuler la croissance de la demande alimentaire – ce qui est toujours une bonne nouvelle pour l’agriculture canadienne.

Les exportations de blé du Canada vers le Pérou, notre huitième importateur le plus important en 2013, représentaient 4 % des exportations totales. La consommation de blé péruvien et les importations de blé devraient croître de 13 % d’ici 2023. Le Canada a signé une entente de libre-échange avec le Pérou en 2008. Nous présumons qu’une décision positive à la suite des négociations du PTP ne changerait pas l’accès au marché dont profitent actuellement les exportateurs canadiens. Elle pourrait toutefois modifier la dynamique de la concurrence pour le marché péruvien si, par exemple, les privilèges d’accès au marché étaient offerts à d’autres parties du PTP comme l’Australie, avec lequel le Pérou effectue peu de commerce agricole.

Le Partenariat transpacifique (PTP)

Depuis 2014, douze pays de la région Asie-Pacifique ont participé aux négociations du PTP, ce qui pourrait aider le Canada à obtenir l’accès à certains des marchés les plus importants au monde, représentant 640 millions de personnes (si l’on exclue les États-Unis et le Mexique) et à des marchés émergents dont la croissance est la plus rapide.

Avec les négociations sur les opérations commerciales en cours, assurez-vous de rester au courant des derniers développements.

 

Martha Roberts, spécialiste en recherche économique