Les prix des bovins canadiens demeurent élevés malgré un recul

Au cours des derniers mois, les prix des bovins ont reculé par rapport aux sommets records enregistrés en 2015 et au début 2016 et cette tendance à la baisse se poursuivra jusqu’en 2020. Or, malgré ce recul, les prix demeurent à des niveaux historiquement élevés.

Qu’est-ce qui cause donc cette baisse et dans quelle direction les prix évolueront-ils?

Défi à court terme : expansion du cheptel, augmentation de l’offre, concurrence

En janvier, le cheptel américain a augmenté de 3 % (en anglais seulement) et le département de l’Agriculture des États-Unis croit que cette croissance se poursuivra. Le cheptel américain étant dix fois supérieur à celui du Canada, les tendances du marché américain ont un effet d’entraînement sur le marché canadien.  

La faiblesse du taux de change Canada-É.-U. aide à protéger le marché canadien contre les baisses de prix aux États-Unis. En 2016, les poids en carcasse ont également atteint des sommets records en Amérique du Nord, entraînant une augmentation de l’offre de bœuf. Or, si ces facteurs ont amorcé une tendance à la baisse au cours des dernières semaines, ils se situent encore à des niveaux historiquement élevés.

La concurrence, principalement dans les secteurs de la volaille et du porc, influence aussi les prix des bovins car les consommateurs nord-américains demeurent sensibles aux prix.

Défi à long terme : les prix des bovins suivront le cycle traditionnel des bovins

Le cycle des bovins (en anglais seulement) montre que les prix grimpent pendant 3 à 5 ans, pour atteindre un sommet pendant une à deux années. Durant cette période, la vigueur des prix favorise l’expansion du cheptel. Les prix reculent pendant 3 à 5 ans et se stabilisent dans un creux à court terme pendant une ou deux années.

Dans son rapport Perspectives agricoles canadiennes 2016, Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) indique que les stocks de bovins continueront de progresser à long terme et que les prix des bovins diminueront. Les volumes plus importants de bœuf exerceront une pression à la baisse sur les prix payés par les consommateurs, ce qui fera grimper la consommation. Les prix des bovins et du bœuf devraient diminuer au cours des cinq prochaines années et il faudra attendre jusqu’en 2020 avant une remontée des prix.

Malgré des difficultés, les prix demeurent à des niveaux historiquement élevés

Même si une baisse des prix des bovins est attendue, AAC prévoit qu’ils demeureront à des niveaux historiquement élevés et qu’ils continueront de favoriser la vigueur du secteur bovin canadien.

Le rapport Perspectives agricoles canadiennes 2016 d’Agriculture et Agroalimentaire Canada fait le point sur la situation actuelle et fournit des prévisions pour les dix prochaines années en ce qui concerne le revenu agricole ainsi que les tendances à long terme qui pourraient avoir une incidence sur le secteur agricole. Continuez à lire les billets de l’équipe de la Tribune agroéconomique de FAC pour d’autres prévisions.


Quels facteurs influenceront les ventes d’équipement en 2016-2017? Consultez le rapport sur les ventes d’équipement de l’Économie agricole de FAC qui paraîtra le 28 juin.